Boris Johnson

06 avril 2020 18:30; Act: 06.04.2020 18:41 Print

«Il était plus gravement malade qu'il le pensait»

Boris Johnson, 55 ans, entrera dans l'histoire comme l'artisan clé du Brexit mais n'aura pas réussi à se préserver du Covid-19 et voit sa gestion de la pandémie critiquée.

Boris Johnson et Covid-19: l'arroseur arrosé.

Sur ce sujet
Une faute?

Contaminé par le nouveau coronavirus et hospitalisé, le Premier ministre britannique Boris Johnson a «bon moral» et reste «aux commandes» du gouvernement, selon son équipe, au moment où la pandémie s'aggrave.

Fidèle à son personnage d'excentrique, le Premier ministre britannique n'hésitait pas, alors que la pandémie était déjà bien installée début mars, à narguer le virus en prétendant continuer à «serrer la main à tout le monde». Sa gestion de la crise a été fortement critiquée pour le retard pris à décider le confinement de ses concitoyens et il ne sera pas parvenu à acquérir la stature de son modèle Winston Churchill, Premier ministre combatif du Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre mondiale.

«C'est quelqu'un de solide»

Après avoir été diagnostiqué il y a dix jours, M. Johnson, 55 ans, seul chef d'État ou de gouvernement d'une grande puissance à avoir été contaminé, a été hospitalisé dimanche soir pour subir des examens, ont annoncé ses services. Le dirigeant continuait à éprouver des symptômes de la maladie, dont de la fièvre.

Lundi matin, le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, l'a remplacé pour présider la réunion quotidienne consacrée au Covid-19. Si Boris Johnson était par la suite trop malade pour exercer ses fonctions de chef du gouvernement, M. Raab les assumerait. Le président américain Donald Trump s'est dit «sûr» que son «ami» allait se remettre: «C'est quelqu'un de solide».

«Très frustrant»

Selon le quotidien The Times, Boris Johnson a été placé sous oxygène. Son porte-parole n'a pas confirmé, appelant à prendre avec «prudence» ces informations. Downing Street n'a pas précisé quels tests seraient réalisés.

Le Dr Rupert Beale, du Laboratoire de biologie cellulaire des infections, à l'institut Francis Crick, a expliqué dans un communiqué, que dans une telle situation, les médecins devaient en principe surveiller «les signes vitaux importants tels que les saturations en oxygène», «réaliser des analyses de sang pour vérifier sa réponse immunitaire» et faire passer un électrocardiogramme.

«Il a écrit trop de livres sur Churchill»

Depuis l'annonce de sa maladie, Boris Johnson continuait à diriger la riposte du gouvernement en quarantaine, depuis son appartement de Downing Street, d'où il postait des messages vidéos sur Twitter appelant ses compatriotes à rester chez eux. Pour son ministre du Logement, Robert Jenrick, cette hospitalisation doit être «très frustrante» pour lui. M. Johnson a travaillé «incroyablement dur» pendant une période «particulièrement intense» a-t-il souligné sur la BBC.

Selon le quotidien de gauche The Guardian, «Johnson était plus gravement malade que lui ou ses fonctionnaires n'étaient prêts à l'admettre, et a été vu par des médecins inquiets de sa respiration». Certains commentateurs jugent que le chef du gouvernement aurait dû se reposer, l'appelant à lever le pied.

«Boris a travaillé non stop pendant sa maladie et maintenant nous voyons le résultat», a commenté Sarah Vine, chroniqueuse au tabloïd Daily Mail et épouse du ministre Michael Gove, proche du chef du gouvernement. Un député conservateur a conseillé à Boris Johnson de cesser d'imiter l'ex Premier ministre Winston Churchill. «Il a écrit trop de livres sur Churchill, (...) il devrait être Boris Johnson et ne pas essayer d'être quelqu'un d'autre», a confié cet élu au quotidien conservateur The Telegraph.

(L'essentiel/utes/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Résident le 06.04.2020 19:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    franchement quand vous voyez dans des interviews d'yl i a 3-4 semaines comment le mec s'en fichait du virus et disaot avec sa gueule à claque "il faut que les gens se preparent à perdre leurs proches", tu te demandes s'il merite vraiment notre pitié...lui il n'en aurait certemment pas pour nous.....

  • seewide le 06.04.2020 19:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas tout le monde pense de cette façon à propos de lui. Il est responsable de beaucoup de morts dans sa gestion de cette crise...

  • Mmmlux le 06.04.2020 20:14 Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur Catastrophe pris pour une fois à son propre piège......les fables de Lafontaine sont et resteront d'actualité mais elle ne sont pas britanniques !

Les derniers commentaires

  • BeauJo le 07.04.2020 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    Franchement, ca fait longtemps qu on a remarque qu il etait atteint...

  • monika le 07.04.2020 01:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il à pris cette pandémie avec une telle désinvolture qui a coûté la vie à des milliers de personnes et maintenant il faudrait le plaindre ? non pas du tout il a été pris à son propre piège !!

  • #UE&UK forever le 06.04.2020 23:54 Report dénoncer ce commentaire

    Bon rétablissement à vous M. Le Premier Ministre! Pour l'instant, le Brexit attendra. Nos pensées sont avec nos amis et alliés britanniques!

  • zako le 06.04.2020 22:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne sais pas si au final toutes les decisions ou toutes les attitudes excentriques de certains chef d'état ne sont pas sciemment prises. Lorsqu'on est chef d'état parfois on se doit à la retenue même si on voir le désastre arriver. Cette retenue n'a de but que de vouloir éviter la panique. Après il y aussi ceux qui sont aveuglés par leur bêtise ou imbus d'eux-mêmes. Toutefois, laissons leur la chance de faire pénitence , en espérant qu'ils reconnaissent leur tort a minima.

  • NoComent le 06.04.2020 21:02 Report dénoncer ce commentaire

    Franchement je ne plains pas Monsieur "Immunité Collective", sa légèreté coûte la vie à des milliers de personnes, qu'il partage leurs souffrances n'est que justice

    • TontonB le 06.04.2020 22:07 Report dénoncer ce commentaire

      Pourtant l'immunité collective est la seule manière par laquelle la crise peut se terminer. Le tout est de choisir le bon chemin pour y arriver.