Justice en Grande-Bretagne

13 juillet 2018 16:36; Act: 13.07.2018 16:43 Print

Il incitait à un attentat contre le prince George

Le Britannique Husnain Rashid, qui voulait qu'un attentat soit commis contre le prince George, 4 ans, a été condamné vendredi, à Londres, à la prison à perpétuité.

storybild

Le prince George était l'une des cibles. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Le tribunal de Woolwich (est de Londres) a condamné ce partisan de l'organisation État islamique à la prison à vie, dont 25 ans incompressibles, pour préparation d'actes terroristes et incitation au terrorisme. Husnain Rashid, 32 ans, avait été arrêté le 22 novembre 2017, pour avoir publié sur la messagerie cryptée Telegram des informations susceptibles d'être utilisées pour mener des attentats contre plusieurs cibles dont le prince George, fils aîné du prince William et de son épouse Kate.

«Le message était clair: vous avez fourni le nom et l'adresse de l'école du prince George, une image de son école et la consigne ou la menace de considérer les membres de la famille royale comme des cibles potentielles», lui a lancé le juge Andrew Lees. Selon l'accusation, Husnain Rashid projetait également de se rendre en Syrie pour combattre dans les rangs du groupe jihadiste État islamique. «Les attaques dans des pays occidentaux étaient à vos yeux la seule alternative acceptable au jihad lui-même», a ajouté le juge.

M. Rashid avait aussi suggéré d'autres cibles comme des stades de football, des bases militaires, des centres commerciaux, des bâtiments du gouvernement, la communauté juive ou encore la Russie pendant la Coupe du monde de football, en utilisant des véhicules, des armes ou des bombes. Ses plans visaient des victimes aléatoires, et ne faisaient pas de distinction entre les adultes et les enfants, les soldats et les civils, a souligné le juge. Via la messagerie Telegram, le Britannique donnait également des instructions pour concevoir du poison, des cocktails molotov et du napalm et suggérait d'empoisonner les glaces vendues au supermarché.

(L'essentiel/afp)