Arrestations en Allemagne

16 septembre 2021 11:16; Act: 16.09.2021 15:27 Print

Ils menaçaient d'attaquer une synagogue

La police a mené plusieurs arrestations au lendemain d'une menace d'attaque contre une synagogue de Hagen, dans l'ouest de l'Allemagne, en pleine fête juive de Yom Kippour.

storybild

La célébration de la principale fête religieuse juive avait dû être annulée en raison de cette «menace». (photo: DPA)

Sur ce sujet
Une faute?

Ces interpellations, dont le nombre n'a pas encore été précisé, sont intervenues après que la synagogue de Hagen (ouest) a fait l'objet mercredi soir d'une surveillance très resserrée des forces de l'ordre liée à une menace d'attaque. Aucune confirmation officielle n'a été donnée à ce stade par la police locale. Un Syrien de 16 ans figurerait notamment parmi les personnes interpellées, selon les médias Spiegel et Bild, évoquant des soupçons d'attaque à l'explosif contre le lieu de culte, où plusieurs dizaines de personnes devaient célébrer Yom Kippour, mercredi soir.

C'est un service de renseignements étranger qui aurait alerté les autorités allemandes. Le jeune Syrien aurait annoncé une attaque imminente sur un forum de discussions surveillé. La célébration de la principale fête religieuse juive avait dû être annulée en raison de cette «menace».

Deux morts en 2019

La police de Rhénanie du nord-Westphalie avait déployé mercredi soir autour du bâtiment religieux plusieurs hommes lourdement armés. Plusieurs rues autour de la synagogue avaient aussi été barrées en lien avec «une possible situation dangereuse en relation avec une institution juive», la synagogue de Hagen, selon la police.

Cette affaire intervient près de deux ans après une attaque menée contre la synagogue de Halle, là aussi durant Yom Kippour. L'auteur présumé, un extrémiste de droite, avait tenté d'entrer, sans y parvenir, dans la synagogue pour y tirer sur les fidèles. Il avait toutefois tué deux personnes dans la rue et dans un snack avant d'être arrêté.

(AFP)

L'Allemagne est confrontée ces dernières années à une double menace jihadiste et extrémiste de droite, cette dernière ayant été érigée au rang de risque numéro un après plusieurs attentats ou attaques déjouées.

(L'essentiel/afp)