En Allemagne

08 décembre 2021 14:39; Act: 09.12.2021 11:38 Print

Ils ont eu le nez fin en 1990: «Prends donc la Merkel!»

La désormais ex-chancelière allemande est attachée à son fief du nord-est de l'Allemagne qui l'a élue députée à sept reprises depuis 1990.

storybild

C'est Wolfhard Molkentin qui a lancé Angela Merkel dans le grand bain. (photo: AFP/John Macdougall)

Sur ce sujet
Une faute?

La dernière fois qu'«Angela» s'est assise à la table de Wolfhard Molkentin dans son pavillon astiqué comme un sou neuf du nord-est de l'Allemagne, c'était en décembre, trente et un ans après avoir été lancée en politique par ce fidèle de la première heure. Christa, son épouse, a servi du café et des parts de gâteau à la chancelière venue à Grammendorf pour une visite amicale à ceux qui la soutiennent depuis qu'elle a, pour la première fois, été élue députée dans cette circonscription, au lendemain de la Réunification.

Angela Merkel n'a brigué aucun mandat le 26 septembre. Mais elle continue de disposer de solides appuis dans ce territoire de terres sauvages et ventées, bordées par les eaux métalliques de la mer Baltique. Wolfhard Molkentin, ancien responsable local de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), fut l'un des tout premiers à repérer ses qualités politiques. «Au fond, elle est restée telle qu'elle était (...)», assure cet octogénaire, assis à la table où il a reçu «Angela» dont il conserve les clichés dans un album photo.

«Prends donc la Merkel!»

«C'était une personne très simple, stable et digne de confiance, ce qu'elle est toujours», poursuit-il en convoquant ses souvenirs. Décembre 1990, premières élections de l'Allemagne réunifiée. Les régions de l'ex-RDA sont en plein chamboulement. Il faut trouver des candidats CDU, mais dans la circonscription 267 qui comprend la ville de Stralsund et l'île de Rügen, Molkentin n'a personne. Désemparé, il se tourne vers le président de la toute nouvelle fédération régionale de la CDU. «Prends donc la Merkel!» lui souffle son interlocuteur.

«C'est qui la Merkel?», lui répond-il. À l'époque, «la Merkel» est la porte-parole adjointe du dernier gouvernement de RDA, autant dire complètement inconnue. Mais dès la première rencontre avec les militants, «j'ai pensé: "avec elle, on va pouvoir faire quelque chose"». Elle sera finalement élue députée avec 48,5% des voix puis réélue à sept reprises.

(AFP)

«Elle est restée nature»

Dans quelques jours, la plaque indiquant la permanence de «Dr. Angela Merkel, membre du Bundestag allemand», dans une rue proprette de la vieille ville de Stralsund, sera décrochée. À deux pas d'une plage de sable blanc sur l'île de Rügen, un ancien pêcheur, Hans-Joachim Bull n'a pas non plus oublié sa rencontre avec Angela Merkel durant sa première campagne électorale. Elle a 36 ans, une jupe longue, un sourire timide et elle écoute avec attention les doléances des pêcheurs asphyxiés par les quotas européens.

«Elle ne nous a jamais promis que cela irait mieux. Mais elle nous a dit "j'emporte vos problèmes avec moi"», se souvient cet homme de 64 ans. De cette discussion dans une cabane en désordre aujourd'hui détruite, est restée l'une des photos les plus célèbres de la future chancelière aux joues rosies par le schnaps des pêcheurs. «Elle en a bien bu 4 ou 5!», s'amuse encore M. Bull. «On s'est dit qu'on pouvait parler avec cette femme, elle était nature et même devenue chancelière, elle est restée nature», ajoute-t-il.

(AFP)

«Je suis fier, c'est un bel héritage»

Cette fidélité aux origines, M. Molkentin en témoigne aussi: elle lui envoie toujours des cartes d'anniversaire, il lui a livré son oie de Noël chaque année jusqu'en 2020. Il fut aussi invité lors de toutes les investitures de la chancelière au Bundestag, ainsi qu'en 2006, lorsqu'elle reçut George W. Bush dans sa région. Dans l'album photo, Christa désigne un cliché. Son époux est assis à table à côté du président américain d'alors. «Tu lui avais même prêté tes lunettes, il avait oublié les siennes!», pouffe-t-elle.

(AFP)

Mardi, outre Armin Laschet, Angela Merkel était accompagnée par le candidat qui veut lui succéder dans sa circonscription, Georg Günther. Coupe de cheveux aussi étonnante que celle d'Angela Merkel en 1990, le jeune novice n'avait que trois ans quand elle fut élue pour la première fois. «Je suis fier, c'est un bel héritage», assure ce fonctionnaire des impôts près d'un stand où des militants CDU font griller des saucisses.

(DPA)

(L'essentiel/AFP)