Drame à Gênes

16 août 2018 13:58; Act: 16.08.2018 14:05 Print

Ils partaient faire la fête quand tout a basculé

Ils étaient quatre. Quatre jeunes amis partis faire la fête lors d'un teknival en Italie. Ils figurent parmi les 39 personnes tuées après l'effondrement du viaduc à Gênes.

Sur ce sujet

Le petit groupe, âgé d'une vingtaine d'années, évoluait dans le milieu des «teufeurs», jeunes fréquentant les festivals de musique techno. Le 2 août, Mélissa lance un appel à ses amis sur Facebook pour trouver «une ou un conducteur qui serait chaud (pour) seconder notre conductrice Axelle pour aller au teknival d’Italie». «On demande une cotise pour l’essence et la bouffe ça serait cool de trouver qqn. Il nous reste une dizaine de jours avant que l’on parte (...). Partagez ça serait cool de trouver qqn», écrit avec enthousiasme cette jeune brune.

Originaire de Souillac (Lot), elle indiquait sur sa page habiter désormais à Toulouse et être «en couple» avec une autre victime, Nathan. Selon la Dépêche du Midi, Mélissa avait été adoptée par une famille de Souillac, où son père est médecin à la retraite. Le couple avait déjà perdu un fils, le demi-frère de Mélissa, il y a trois ans, selon le quotidien régional. Son père s'est rendu en Italie à la suite du drame.

La conductrice, Axelle était originaire de Lautrec (Tarn), où sa mère s'occupe notamment d'un café associatif. Elle était la conductrice du groupe. Avertis par les gendarmes, les parents se sont eux aussi rendus en Italie. Répondant à l'appel de Mélissa, un ami du Vaucluse, William, a rejoint le groupe à Nîmes. Le 13 août, il indiquait sur sa page Facebook partir au teknival en Italie: Il «nous reste une place si (quelqu'un) un est chaud on le récupère».

Diaporama: Un viaduc s'écroule à Gênes

(L'essentiel/afp)