Au Royaume-Uni

22 octobre 2021 19:02; Act: 22.10.2021 19:07 Print

Ils piquaient des inconnus dans des discothèques

Trois hommes ont été arrêtés par la police britannique après que de nombreux étudiants – femmes et hommes – ont dénoncé des agressions avec des aiguilles hypodermiques.

storybild

Photo d’illustration. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La police britannique a annoncé vendredi, avoir arrêté trois hommes soupçonnés d’avoir tenté d’administrer par aiguilles des substances illicites à des jeunes, après une vague de témoignages d’étudiantes affirmant avoir été droguées par ce moyen en boîte de nuit.

Cela fait des années qu’est connue la pratique qui consiste à introduire des drogues dans la boisson d’une victime. Mais ces derniers jours, de nombreuses jeunes femmes et quelques jeunes hommes ont dénoncé des agressions dans des bars ou boîtes de nuit à l’aide d’aiguilles hypodermiques, provoquant l’effroi au Royaume-Uni.

La police de Nottinghamshire, dans le nord de l’Angleterre, a annoncé qu’elle avait arrêté deux hommes dans le cadre de son enquête sur les incidents de «piqûres» survenus dans la ville.

Les jeunes gens, âgés de 18 et 19 ans, sont soupçonnés d’avoir planifié de droguer des personnes «avec l’intention de leur nuire, de les importuner ou de les blesser», ont indiqué les forces de l’ordre, précisant avoir reçu depuis septembre 2021 des plaintes pour «piqûres présumées avec un objet pointu» en boîte de nuit.

Dans la région voisine du Lincolnshire, la police a arrêté tôt dans la matinée un homme de 35 ans, soupçonné de posséder des drogues avec l’intention de les administrer, après avoir reçu l’aide du personnel d’une boîte de nuit.

Une dizaine d’attaques

Les témoignages se sont multipliés après que deux étudiantes de l’Université de Nottingham, ont pris la parole dans les médias britanniques, affichant leurs marques d’aiguilles et leurs ecchymoses sur la peau.

Zara Owen, étudiante en première année, avait expliqué s’être réveillée après une soirée avec des souvenirs flous et une douleur aiguë dans la jambe, où elle avait repéré une piqûre. Sarah Buckle, en deuxième année, avait elle été emmenée à l’hôpital par ses amis, après s’être brusquement effondrée lors d’une sortie nocturne. Elle a ensuite découvert sur sa main une ecchymose avec une marque sombre au centre, qu’elle a montrée à la chaîne télévisée Channel 4 News.

La police britannique a déclaré enquêter sur des dizaines d’attaques similaires, alors que les étudiants préparent une série de boycotts de certaines discothèques et bars, demandant un renforcement de la sécurité à l’entrée et une meilleure protection.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • aucun doute la dessus ... le 22.10.2021 19:50 Report dénoncer ce commentaire

    decidement ... vous avez pas mal de problemes ici ...

  • Mag le 23.10.2021 08:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est triste ce qui se passe, plus d’éducation plus de respect pour l’autrui

  • Dede le 23.10.2021 06:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est quoi ces commentaires ils n ont absolument rien à voir avec l article !! Ça m etonne pas que je suis censuré tout est mélangé

Les derniers commentaires

  • DIGOS le 23.10.2021 08:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si se sont pas des piqûres,on vous disperse de la poudre dans un verre,sans se rendre compte.

  • chris de Lux le 23.10.2021 08:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    N’importe quoi ! Il ne fait pas chercher des excuses à ces délinquants et accabler des jeunes qui veulent s’amuser en boîte en sécurité! Si un commerçant fait son travail correctement pas de drogue, ni d’agression dans une discothèque

  • Mag le 23.10.2021 08:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est triste ce qui se passe, plus d’éducation plus de respect pour l’autrui

  • Dede le 23.10.2021 06:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est quoi ces commentaires ils n ont absolument rien à voir avec l article !! Ça m etonne pas que je suis censuré tout est mélangé

  • Miss57 le 23.10.2021 04:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sa arrive aussi ici au luxembourg en France dans les boîtes les drogues sont misent dans le verre..

    • Misspasdu57 le 23.10.2021 14:42 Report dénoncer ce commentaire

      Sa arrive??? Et ou sont les virgules??? Que veut dire votre phrase???