En Italie

02 juin 2020 15:01; Act: 02.06.2020 15:50 Print

Ils remplacent le ballon de foot par... un hérisson

Des adolescents se sont filmés en train de torturer à mort un petit animal en le prenant pour un ballon de foot, près de Turin. Ils auraient déjà été identifiés.

storybild

Selon la Ligue italienne des droits des animaux, le hérisson est mort d’une hémorragie interne. (photo: Facebook)

Sur ce sujet
Une faute?

Un hérisson a eu le malheur de croiser le chemin d’un groupe d’adolescents, ce week-end, près de Turin (Piémont). Les jeunes se sont acharnés sur l’animal, le prenant pour un ballon de foot et le martyrisant jusqu'à la mort. Le calvaire de la petite bête a été filmé et publié sur Instagram, où les ados espéraient faire un carton. Signalées par des internautes outrés, ces images ont fini par atterrir sous les yeux des responsables de la Ligue italienne des droits des animaux (Lida), écrit Tgcom24.

«Un acte criminel a été commis pour une poignée de likes sur les réseaux sociaux», tempête Laura Masutti, en charge de la section locale de la Lida. C’est elle-même qui a dénoncé les faits à la police. «J’ai récupéré le hérisson frappé à coups de pied à Ciriè, naturellement il était mort», a-t-elle écrit sur Facebook, dimanche.

«Une souffrance atroce»

«Je suis profondément horrifiée que certains enfants soient nos concitoyens, peut-être nos voisins, que nous croisons tous les jours et que nous avions peut-être vu se promener en poussette avec leur maman. (…) Des parents qui élèvent des petits monstres sans pitié, sans sentiments, sans conscience, sans avenir», s’est indignée Laura Masutti.

Les auteurs de la vidéo auraient déjà été identifiés. Ils seront mis en examen pour cruauté envers les animaux. «Ce pauvre hérisson a vraiment dû beaucoup souffrir. Il n’avait pas de blessures externes, donc les sauts et les lourdes chutes sur l’asphalte ont dû lui causer un traumatisme interne, une souffrance atroce pour lui. Et nous ne savons pas ce qui s’est passé avant d’enregistrer cette vidéo, la police va vérifier», conclut Laura Masutti.

(L'essentiel/joc)