En Amérique du Sud

05 octobre 2019 14:48; Act: 05.10.2019 16:25 Print

«Incapable de s'alimenter, il gisait dans son crottin»

La Suisse, comme d'autres pays en Europe, importe du cheval depuis l'Amérique du Sud. Là-bas, certains animaux vivent toujours dans des conditions effroyables.

Sur ce sujet
Une faute?

Les conditions dans lesquelles sont traités les animaux dans les abattoirs sud-américains sont souvent horribles, comme nous le rapportions en mai 2018. Après ces scandales, l'Association suisse des importateurs de viande de cheval (AIVC) s'était pourtant engagée à appliquer de nouvelles normes concernant le bien-être animal. Josef Pittino, le président de l'AIVC, avait alors promis: «Donnez-nous un an! Les nouvelles normes concernant la protection des animaux ne peuvent pas être appliquées du jour au lendemain.»

Mais très peu d'efforts ont été entrepris, comme en témoigne la vidéo ci-dessus. Des images prises par l'Association zurichoise de protection des animaux (TSB) montrent des bêtes émaciées, blessées, qui, à cause de leurs souffrances, n'arrivent presque plus à avancer.

Les abattoirs Clay, en Uruguay, sont notamment pointés du doigt.

«Deux chevaux grièvement blessés, probablement avec des os fracturés, sont restés pendant plus d'un mois sans qu'aucun soin de leur soit apporté», rapporte la TSB. En Argentine, la situation n'est pas décrite différemment. «Un cheval gisait sur le sol dans ses excréments, recouvert de blessures, avec juste la peau sur les os. Il n'était même pas capable de s'alimenter.»

Josef Pittino souligne pour sa part un «processus d'amélioration de la situation» sur lequel continue de travailler l'AIVC. Il existe notamment un manuel qui vise à faire respecter les normes de bien-être animal en Amérique du Sud. Il est par exemple interdit d'utiliser des chiens d'attelage, des bâtons électriques, de frapper les chevaux à la tête ou dans les parties génitales, ainsi que de mettre des fils métalliques dans leur bouche. Il rappelle également qu'aucune bête ne doit souffrir.

Des contrôles inopinés réalisés par un organisme indépendant ont lieu pour vérifier le respect de ces normes. Une plage de trois mois durant laquelle ces inspections peuvent être menées est cependant indiquée aux abattoirs. D'après l'Association zurichoise, cela laisse assez de temps aux exploitants pour faire disparaître toute trace visible de maltraitance.

Accord de libre-échange controversé

Qu'est-ce que le simple consommateur peut faire pour lutter contre ça? L'AIVC prévient qu'un boycott des abattoirs ne serait pas efficace. Les animaux continueraient d'être abattus, peut-être dans des conditions encore pires. En outre, comme les chevaux ne sont pas consommés dans ces pays, ils seraient de toute manière condamnés.

En août, la Suisse a conclu un accord de libre-échange avec l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay. Il doit cependant encore être validé par le Parlement, ce qui n'est pas encore acquis, les Verts et les milieux paysans s'y opposant. «Depuis de nombreuses années, nous soulignons l'absence de règles concernant le bien-être animal au niveau du commerce international», rappelle Regula Rytz, présidente des Verts, au «Tages-Anzeiger».

Les Verts ont décidé de rejeter l'accord si des normes de développement durable ne peuvent être appliquées. Au besoin, ils le combattront par un référendum. L'Union suisse des paysans ne s'est pour sa part pas encore prononcée sur la question. Tout dépendra des mesures prises pour le développement durable du secteur agroalimentaire en Suisse.

(L'essentiel/pac/doz)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • arnaud le 05.10.2019 18:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans les elevages industriel francais belge et allemande se n' est pas mieux. vous voulez manger sain? aller directement chez les producteur bovin, porcin, chevaline. vous ne serais pas dupé sur la marchandise, avec des prix beaucoup moi cher qu' en grande surface. du producteur au consommateur il n' y a sue ca de vrais

  • michel23 le 05.10.2019 16:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Boycotter la viande de cheval ! S’ils n’en vendent plus ils arrêteront l’élevage. C’est triste pour les chevaux vivants mais que faire ? C’est triste aussi pour nos cochons. ????✈️

  • Discret le 05.10.2019 18:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...De plus en plus un sentiment de " poussée latente " pour devenir végétarien et finir d’alimenter ce fleau ...... même si chacun de nous individuellement , ne répresente qu’une petite goutte dans l’océan !...

Les derniers commentaires

  • Luxo le 05.10.2019 22:13 Report dénoncer ce commentaire

    Toutes ces vidéo de maltraitance animale doivent être montrées réguliérement et elles doivent passer en boucle dans les boucheries et les rayons de supermarché.

  • palma le 05.10.2019 20:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne manger plus de viande.

  • NoComent le 05.10.2019 19:39 Report dénoncer ce commentaire

    Cessez de faire l'autruche, la viande que vous avez dans votre assiette vient toujours d'un animal qui a souffert pour vous la donner ! Même s'il a grandi en pâture sa fin en abattoir ne s'est pas faite sous anesthésie vous savez !

  • Discret le 05.10.2019 18:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...De plus en plus un sentiment de " poussée latente " pour devenir végétarien et finir d’alimenter ce fleau ...... même si chacun de nous individuellement , ne répresente qu’une petite goutte dans l’océan !...

  • arnaud le 05.10.2019 18:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans les elevages industriel francais belge et allemande se n' est pas mieux. vous voulez manger sain? aller directement chez les producteur bovin, porcin, chevaline. vous ne serais pas dupé sur la marchandise, avec des prix beaucoup moi cher qu' en grande surface. du producteur au consommateur il n' y a sue ca de vrais