Attaque en Norvège

14 octobre 2021 15:12; Act: 14.10.2021 16:45 Print

«Je n’oublierai jamais ces cris de mort»

La paisible ville de Kongsberg est sous le choc après le drame de mercredi soir, où cinq personnes ont été tuées avec un arc et des flèches. Un habitant raconte l'horreur.

Sur ce sujet
Une faute?

Cinq personnes sont mortes et deux autres ont été blessées dans l’attaque survenue mercredi à Kongsberg, une ville paisible du sud-est de la Norvège. Il était 18h13, mercredi soir, quand le premier message d’alerte est arrivé à la police: un individu armé d’un arc et de flèches se comportait de manière étrange près d’un supermarché. Un quart d’heure plus tard, les autorités ont annoncé qu’une opération policière était en cours au centre-ville et qu’une personne avait été tuée. Les forces de l’ordre ont demandé aux habitants de rester chez eux, mais la gravité de la situation n’était pas encore connue.

Pendant trente-quatre minutes cauchemardesques, ce Danois de 37 ans a abattu cinq personnes et blessé deux autres passants. Deux jeunes étudiants qui étaient en train de faire leurs courses ont assisté à une scène impressionnante: un homme grièvement blessé essayait de s’enfuir du magasin. «Il avait une flèche dans le dos. C’était choquant», confie David. Selon Dagbladet, il s’agissait d’un policier en congé ce jour-là. L’homme a rassuré les témoins en leur expliquant que tout allait bien et qu’il se rendait aux urgences.

«Je n’avais jamais rien entendu de tel»

Thomas, lui, a été marqué par les hurlements insoutenables qu’il a entendus lors de l’attaque. «Des cris hystériques de femmes. Je n’avais jamais rien entendu de tel. C’étaient des cris de mort», témoigne l’habitant. Le silence étant revenu, Thomas est descendu dans la rue et s’est retrouvé face à une scène de guerre, policiers et ambulanciers s’affairant autour des victimes. J’ai parlé à une femme qui avait une grosse déchirure au niveau de la cuisse. Autour, il y avait une grande mare de sang. «Cela frappe, cela fait un grand choc», explique-t-il.

L’habitant pense ne jamais pouvoir tout à fait se remettre de ce qu’il a vécu. «C’est tellement irréel que tu ne peux pas l’intégrer. C’est quelque chose que je porterai avec moi toute ma vie. Je n’oublierai jamais ces cris», conclut-il. Entendu par les enquêteurs dans la nuit, le suspect doit être présenté devant un juge dans la journée en vue de son placement en détention provisoire. Selon son avocat, il se montre coopératif. «Il s’explique en détail et il parle et coopère bien avec la police», a déclaré Fredrik Neumann. L’homme a reconnu les faits.

(L'essentiel/joc)