Drame de Gênes

20 août 2018 13:38; Act: 20.08.2018 14:28 Print

«Je suis là, moi. Reste en vie, reste en vie!»

Arrivé sur les lieux juste après le drame, un jeune homme a tenté de venir en aide aux victimes. Son téléphone portable laisse un témoignage déchirant.

Sur ce sujet

«Je fais comment? Je fais comment? Mon Dieu, donne-moi un coup de main.» Etranglée par la panique et le désespoir, la voix d'Ale Cordoba résonne dans le silence. Devant lui, plusieurs véhicules viennent de subir une chute de 80 mètres et les victimes sont innombrables. Le jeune homme est l'une des premières personnes arrivées sur les lieux de la tragédie, écrit «Il Sussidiario». Rangé dans sa poche, son smartphone témoigne de l'horreur de la catastrophe.

Présent dans les environs lorsqu'une partie du pont Morandi s'est effondrée, le jeune homme sort son téléphone portable et se met à filmer. Incrédule face à la tragédie qui vient de survenir, l'Italien zoome à plusieurs reprises sur l'ouvrage et s'égosille: «Le pont n'est plus là: le pont Morandi est tombé... je n'y crois pas, les gars (...) Tout est tombé, toutes les voitures!». Ale et ses amis se mettent alors à courir en direction du lieu où les véhicules sont allés s'écraser.

«Oh mon Dieu, il y a des personnes écrasées ici»

Une fois arrivé devant le portail de chantier qui le sépare de l'horreur, le jeune homme range son téléphone dans sa poche pour venir en aide aux victimes. L'image devient alors noire, mais le son continue de témoigner du drame insoutenable qui vient d'arriver. «Il n'y a personne? On a besoin d'aide!», peut-on entendre hurler. Désemparé, Ale prend la mesure du désastre et se met à sangloter en découvrant les premières victimes. «Oh mon Dieu, il y a des personnes écrasées ici, mon Dieu!», pleure-t-il, avant de se mettre à hurler à plusieurs reprises: «Appelez l'ambulance!».

Le regard d'Ale se pose finalement sur une personne prise dans les décombres du pont. Dans un élan de solidarité et de chaleur humaine, le jeune homme essaie de rassurer la victime: «Hé tu es seul? Hé reste en vie, je suis là, moi», lui assure-t-il, tandis qu'au loin commencent à résonner les sirènes des véhicules de secours.

(L'essentiel/joc)