Londres

18 juillet 2018 21:57; Act: 19.07.2018 11:36 Print

Johnson: «Il n'est pas trop tard pour sauver le Brexit»

Face au Parlement, l'ex-chef de la diplomatie britannique n'a pas manqué de saper l'autorité de la Première ministre, à qui il reproche d'avoir dévié vers un «Brexit qui n'en a que le nom».

storybild

L'ex-chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson, a estimé mercredi devant le Parlement qu'«il n'est pas trop tard pour sauver le Brexit». Il s'est exprimé dix jours après sa démission du gouvernement pour désaccord sur la stratégie de Theresa May. (photo: AFP/ho)

Sur ce sujet

Boris Johnson s'est exprimé mercredi face au Parlement, dix jours après sa démission du gouvernement pour désaccord sur la stratégie de Theresa May. L'ex-chef de la diplomatie britannique a reproché à la Première ministre conservatrice d'avoir dévié vers un «Brexit qui n'en a que le nom» et lui a demandé de «changer de tactique», dans une courte déclaration visant une fois de plus à saper son autorité, au moment où elle négocie la sortie du pays de l'Union européenne, prévue le 29 mars 2019. «Nous avons encore le temps dans ces négociations», a-t-il affirmé, prônant une coupure nette avec l'UE alors que la Première ministre se dirige vers un Brexit «doux», qui maintiendrait des liens étroits avec l'UE.

Boris Johnson a appelé Mme May à renouer avec la vision du Brexit qu'elle avait exposée en janvier 2017 dans son discours de Lancaster House et qui faisait miroiter un Royaume-Uni «fort et indépendant». Une vision qu'il a opposée à la «pitoyable incertitude» qui a émergé selon lui de la réunion de Chequers, le 6 juillet, lors de laquelle le gouvernement a élaboré son projet pour l'après-Brexit, immédiatement critiqué de tous côtés.

Longues négociations

Le ministre avait démissionné trois jours après cette réunion et la publication du plan du gouvernement, estimant que le rêve du Brexit était «en train de mourir». «Le problème, ce n'est pas que nous n'ayons pas réussi à faire valoir la nécessité d'un accord de libre-échange comme celui qui a été présenté à Lancaster House, c'est que nous n'avons même pas essayé», a-t-il déclaré au Parlement. «Nous devons essayer aujourd'hui parce que nous n'aurons pas d'autre chance de bien le faire», a-t-il lancé, dans un discours passionné.

Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d'ici octobre, pour permettre aux parlements européens et britannique de le ratifier avant la concrétisation du Brexit. Les négociations traînent en longueur et butent en particulier sur la question de la frontière qui va séparer l'Irlande, entre le nord, qui fait partie du Royaume-uni, et le sud, indépendant et membre de l'UE.

Sortie sans accord

Par ailleurs, la Première ministre britannique Theresa May a déclaré mercredi que «l'Union européenne doit savoir que le Royaume-Uni est prêt à une sortie de l'UE même sans accord et que cette option du "no deal" est étudiée à Londres».

«Nous devons vraiment nous assurer que nous préparons les modalités d'une sortie sans accord tout en négociant avec l'Union européenne sur la conclusion d'un accord. L'Union européenne ne doit pas en douter: nous faisons ces préparatifs», a-t-elle souligné.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Myriam Connoly le 19.07.2018 10:35 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'on en finisse qu'il partent donc sans accord, sans passer par la case départ et sans toucher 20 mégabucks.

  • Sauver le RU le 19.07.2018 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    Sauver le Brexit est un slogan qui ne veut rien dire, alors qu'ils devraient plutôt chercher à sauver le RU! Désastre préprogrammé s'ils sortent à la date prévue dans deal avec l'UE, sans parler des menaces qui pèsent sur le pays, plus de détails sont attendus aujourd'hui sur les espions russes soupçonnés d'utilisation du Novitchok

  • Rigoberta Menchu le 19.07.2018 02:41 Report dénoncer ce commentaire

    Mr Johnson est le seul à défendre son pays comme Donald Trump aux Etats-Unis et Vladimir Poutine en Russie et il a raison de se battre contre Mme May et contre le diktat de Bruxelles qui veut humilier le Royaume-Uni et aussi contre Merkel qui voudrait leur imposer de prendre des migrants et encore plus de migrants. Tous les pays devraient avoir comme Premier Ministre ou Président des gens comme Mr Johnson, Donald Trump ou Vladimir Poutine! Le peuple a parlé, il faut l'écouter maintenant!

Les derniers commentaires

  • Myriam Connoly le 19.07.2018 10:35 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'on en finisse qu'il partent donc sans accord, sans passer par la case départ et sans toucher 20 mégabucks.

  • Sauver le RU le 19.07.2018 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    Sauver le Brexit est un slogan qui ne veut rien dire, alors qu'ils devraient plutôt chercher à sauver le RU! Désastre préprogrammé s'ils sortent à la date prévue dans deal avec l'UE, sans parler des menaces qui pèsent sur le pays, plus de détails sont attendus aujourd'hui sur les espions russes soupçonnés d'utilisation du Novitchok

  • Europhile le 19.07.2018 08:09 Report dénoncer ce commentaire

    Brexit hard et puis c'est tout! ça sera dur pour les deux côtés mais on en resortira plus fort au final. Et bon débarras Theresa!

  • Rigoberta Menchu le 19.07.2018 02:41 Report dénoncer ce commentaire

    Mr Johnson est le seul à défendre son pays comme Donald Trump aux Etats-Unis et Vladimir Poutine en Russie et il a raison de se battre contre Mme May et contre le diktat de Bruxelles qui veut humilier le Royaume-Uni et aussi contre Merkel qui voudrait leur imposer de prendre des migrants et encore plus de migrants. Tous les pays devraient avoir comme Premier Ministre ou Président des gens comme Mr Johnson, Donald Trump ou Vladimir Poutine! Le peuple a parlé, il faut l'écouter maintenant!

    • Lorna le 19.07.2018 10:28 Report dénoncer ce commentaire

      Petite question à vous: En 1917 le peuple russe avait aussi parlé. Quelles en ont été les conséquences?