Europe

25 juillet 2019 21:34; Act: 25.07.2019 21:44 Print

Juncker envoie Boris Johnson sur les roses

Le président luxembourgeois de la commission européenne a téléphoné au Premier ministre britannique pour lui dire que l'accord sur le Brexit négocié avec May est le seul possible.

storybild

Juncker a téléphoné à Johnson pour lui dire que l'accord négocié avec May est le seul possible. (photo: AFP/Geoffroy van der Hasselt)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président luxembourgeois de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a réaffirmé jeudi à Boris Johnson que l'accord de divorce conclu avec le Royaume-Uni était le seul possible pour l'Union européenne, a indiqué sa porte-parole. «Le président Juncker s'est entretenu au téléphone avec le Premier ministre Boris Johnson et, après l'avoir écouté, lui a dit que l'accord de sortie est le meilleur et le seul possible pour l'Union européenne», a déclaré Mina Andreeva.

«Il lui a également assuré que la Commission européenne était prête à travailler avec le Royaume-Uni pour compléter la déclaration politique (jointe à l'accord de sortie) et pour analyser toutes ses propositions, à condition qu'elles soient compatibles avec l'accord de sortie», a-t-elle indiqué. «Les deux dirigeants ont échangé leurs numéros de téléphone portable et sont convenus de rester en contact», a-t-elle précisé.

«Inacceptable»

«La Commission reste disponible au cours des prochaines semaines si le Royaume-Uni souhaite tenir des pourparlers et clarifier sa position de manière plus détaillée», a-t-elle annoncé. Boris Johnson a jugé jeudi «inacceptable» l'accord de retrait négocié par Theresa May, à qui il a succédé, et a réclamé à l'Union européenne de rouvrir les négociations. Les demandes de modifications de l'accord de divorce formulées par le Premier ministre britannique Boris Johnson sont «inacceptables» et l'UE doit se préparer à une sortie du Royaume-Uni sans accord, a averti jeudi le négociateur de l'UE Michel Barnier.

Boris Johnson «a déclaré que si un accord doit être conclu, il faut éliminer le filet de sécurité (sur la frontière irlandaise, ndlr). C'est évidemment inacceptable et ne relève pas du mandat du Conseil européen», a affirmé Michel Barnier dans un courriel adressé aux représentants des 27 autres Etats membres, vu jeudi par l'AFP. «Comme le suggère son discours plutôt combatif, nous devons nous préparer à une situation où il donne la priorité à la planification du no deal, en partie pour faire pression sur l'unité de l'UE27», a ajouté Michel Barnier.

«Nous analyserons toute idée du Royaume-Uni sur les questions de retrait qui sont compatibles avec l'accord de sortie existant, et nous sommes bien sûr prêts à retravailler la déclaration politique, conformément aux lignes directrices du Conseil européen», explique Michel Barnier dans son couriel. Une «absence d'accord ne sera jamais le choix de l'UE, mais nous devons tous être prêts pour tous les scénarios».

(L'essentiel/afp)