Europe

01 décembre 2019 11:47; Act: 02.12.2019 14:45 Print

Juncker passe la main et solde les comptes

Le Luxembourgeois remet ce dimanche les clefs de la présidence de la Commission européenne, à l'Allemande Ursula von der Leyen, et solde les comptes avec des États membres.

storybild

Le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker lors de sa dernière conférence de presse le 29 novembre 2019 au siège de la Commission européenne à Bruxelles. (photo: AFP/Kenzo Tribouillard)

Sur ce sujet
Une faute?

Jean-Claude Juncker est connu et redouté pour son franc-parler. Il a dit, dans ses nombreux entretiens, avoir été déçu par les pressions exercées par certains chefs d'État et de gouvernement pour «éjecter» la Grèce de la zone euro et par le manque de solidarité face aux drames des réfugiés syriens et des migrants. Il se refuse d'en dire plus. «Cela m'obligerait à dire du mal de trop de personnes». Mais tout a été consigné dans un carnet, qu'il a surnommé «le petit Maurice», et il a promis d'écrire ses mémoires.

Elles couvriront 30 années de l'histoire européenne. Ministre des Finances du Grand Duché de 1989 à 2009, puis Premier ministre du Luxembourg pendant 18 ans, du 20 janvier 1995 au 4 décembre 2013 (il a cumulé les deux fonctions jusqu'en 2009), Jean-Claude Juncker, 64 ans, était le dernier des architectes du traité de Maastricht (1992) encore en fonction.

«Président de la Commission n'est pas une tâche facile»

«J'ai souvent dit que l'euro et moi sommes les seuls survivants du traité de Maastricht. L'euro reste le seul», a-t-il ironisé, vendredi, lors de sa dernière conférence de presse. Jean-Claude Juncker a enterré beaucoup de ses amis et la mort imprègne de plus en plus ses réflexions. Il l'a côtoyée en 1989 lorsqu'il a été plongé dans le coma pendant trois semaines, après un grave accident de voiture, cause de lancinants maux de dos.

Il reste le plus attachant et le plus surprenant des présidents de la Commission. Sa personnalité fantasque et complexe y est pour beaucoup. Il aura été difficile à gérer. Proche de la chancelière Angela Merkel, il a ouvertement critiqué plusieurs décisions d'Emmanuel Macron, et ses relations avec le président français se sont très vite tendues.

Il s'est aussi heurté au populiste hongrois Viktor Orban, dont il a réclamé l'exclusion du PPE, leur famille politique. Il n'a pas non plus épargné David Cameron, qu'il juge responsable du divorce avec le Royaume-Uni. Il a terminé son mandat fatigué. Opéré le 12 novembre pour un anévrisme aortique, il est quand même revenu faire ses adieux à Bruxelles. «Je suis heureux de quitter. Président de la Commission n'est pas une tâche des plus faciles», a-t-il confié.

Succession de crises

Son mandat a été une succession de crises. Le «LuxLeaks», le scandale des systèmes d'optimisations fiscales, l'a cueilli au lendemain de sa prise de fonctions. Sept mois de tensions avec la Grèce ont suivi, puis il a dû immédiatement gérer le drame des réfugiés syriens et des migrants, le Brexit, et enfin le bras de fer avec Donald Trump.

«Sa commission a été (politique) quand elle a joué finement face à Donald Trump pour ne pas envenimer la guerre commerciale. Elle l'a aussi été avec Michel Barnier dans sa gestion du Brexit et le maintien de la cohésion des 27», analyse Sébastien Maillard, directeur de l'institut Jacques Delors.

Des erreurs reconnues

«En revanche, elle n’a pas su être assez (politique) dans la crise migratoire. Sa proposition de répartition automatique des demandeurs d’asile s'est heurtée à l’hostilité des pays de l'Est et elle a perdu son autorité face à eux», estime-t-il.

Jean-Claude Juncker a commis des erreurs et les a reconnues publiquement. Il n'a pas mesuré la portée du malaise créé par les LuxLeaks, il n'a pas osé s'élever contre les partisans du Brexit au Royaume-Uni, il a sous-estimé l'opposition des pays de l'Est à ses propositions pour répartir les migrants.

Un autre reproche qui lui a été fait est de s'être désintéressé de la gestion au jour le jour de la commission, confiée à son chef de cabinet, l'Allemand Martin Selmayr. Il laisse à Ursula von der Leyen une maison traumatisée en interne par ce bourreau de travail, détesté dans les services qui espèrent ne pas avoir à revivre une telle expérience.

(sl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean-Daniel le 01.12.2019 12:23 Report dénoncer ce commentaire

    La perte d'autorité envers les pays de l'Est on peut remercier Prodi et Barroso qui ont élargie l'UE à l'Est alors qu'elle n'était pas prête. On a encore l'exemple de la Pologne qui disait ils prennent ce qui les intéresse dans l'UE et le reste ils s'en moquent quitte à ne pas respecter les règles! Et après on s'étonne de la montée des individualisme à l'Ouest? Pauvre Europe.

  • Européen. le 01.12.2019 13:20 Report dénoncer ce commentaire

    Un bilan particulièrement négatif. La situation est-elle récupérable ?

  • Luisa B. le 01.12.2019 15:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un grand homme! Merci pour tout Mr. Juncker. Une trés bonne retraite á vous.

Les derniers commentaires

  • Knipchen le 02.12.2019 07:41 Report dénoncer ce commentaire

    Sur le fond, quelques erreurs comme tout le monde en fait, mais surtout beaucoup de très bonnes choses qui pavent un parcours exceptionnel. Un grand Homme Politique qui a marqué son époque. Merci Monsieur Juncker.

  • CNAP le 02.12.2019 07:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je vous souhaite une bonne retraite Monsieur Junker, profitez bien , voyagez beaucoup avec votre compagne ! Puis , des erreurs, tout le monde fait, et personne est parfaite !

  • taratata le 01.12.2019 20:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon.... Tu peux mieux faire peut etre. ...

  • Monia le 01.12.2019 19:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un Grand Homme loyal et charismatique qui a su affronter de nombreuses situations délicates durant son long mandat avec grande classe humour. Vous allez nous manquer cher Monsieur Juncker ... profitez de votre repos bien mérité ❤️

  • Luisa B. le 01.12.2019 15:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un grand homme! Merci pour tout Mr. Juncker. Une trés bonne retraite á vous.