Difficultés politiques

05 décembre 2018 12:40; Act: 05.12.2018 14:00 Print

L'accord sur le Brexit désormais menacé

Le gouvernement britannique de Theresa May a enchaîné les revers politiques, ce qui rend le vote de l'accord conclu avec l'Union européenne très incertain.

storybild

Les malheurs du gouvernement de Theresa May compliquent les procédures de sortie de l'Union européenne. (photo: AFP/Ben Stansall)

Sur ce sujet
Une faute?

La Première ministre britannique, Theresa May, retourne mercredi devant le Parlement pour défendre son accord de Brexit, ébranlée par plusieurs défaites essuyées la veille, qui ont montré la faiblesse de sa majorité et pourraient contrecarrer le processus de divorce. Après la séance de questions au gouvernement, les députés vont se consacrer à la deuxième des cinq séances de débats sur l'accord de Brexit, fruit de 17 mois de difficiles négociations entre Londres et Bruxelles, avant un vote le mardi 11 décembre.

Le gouvernement doit publier en fin de matinée l'intégralité de l'avis juridique émis par l'Attorney General Geoffrey Cox (ministre chargé de le conseiller juridiquement) sur le contenu de l'accord. Mardi, les députés ont estimé que le gouvernement avait commis un outrage au Parlement en publiant un condensé de 43 pages de cet avis, quand l'original en compte plusieurs centaines. Signe inquiétant pour Theresa May, son allié au Parlement, le parti nord-irlandais DUP, indispensable à sa majorité, a voté avec l'opposition. De plus, la Première ministre a essuyé un autre revers avec l'adoption d'un amendement déposé par un membre de son propre parti, Dominic Grieve.

La presse tire à boulets rouges

Si l'accord de Brexit est rejeté le 11 décembre, la loi prévoit que le gouvernement doit retourner devant le Parlement dans un délai de 21 jours pour préciser la manière dont il compte procéder pour la suite du processus de Brexit. La disposition introduite par Dominic Grieve donne aux députés la possibilité d'amender le texte qui leur sera présenté. Ils seront ainsi libres de proposer des scénarios différents de celui établi par l'exécutif, et de réclamer une réouverture des négociations avec Bruxelles ou l'organisation d'un nouveau référendum, voire le maintien dans l'UE. Mais leur avis ne sera pas contraignant.

La presse britannique n'a pas manqué de souligner la faiblesse de Theresa May. «Le jour où May a perdu le contrôle», titrait ainsi le très eurosceptique Daily Telegraph, jugeant ces défaites «humiliantes» pour la Première ministre. Pour le tabloïd Daily Mirror, Theresa May est «faible et chancelante», et la probabilité d'un rejet de l'accord de Brexit, le 11 décembre, par le Parlement, «augmente rapidement».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Gaspillage Made in Europe le 05.12.2018 21:56 Report dénoncer ce commentaire

    Cela va nous coûter une fortune pour tourner en rond...

  • realist le 05.12.2018 14:47 Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a à priori rien à renégocier du coté de l'EU. S'ils veulent se tirer de ce mauvais pas, ils ont deux possiblités: soit ils prennent la porte sans accord et avec toutes les conséquences, soit ils organisent un second referendum et retirent la demande de Brexit pour revenir tête basse dans l'EU.

  • TontonBeber le 05.12.2018 21:23 Report dénoncer ce commentaire

    Il sera toujours bien temps de négocier après, sans pression.

Les derniers commentaires

  • Gaspillage Made in Europe le 05.12.2018 21:56 Report dénoncer ce commentaire

    Cela va nous coûter une fortune pour tourner en rond...

  • TontonBeber le 05.12.2018 21:23 Report dénoncer ce commentaire

    Il sera toujours bien temps de négocier après, sans pression.

  • Peace & Care le 05.12.2018 19:00 Report dénoncer ce commentaire

    L'angleterre a pris un choix qui doit être respecter. Ce n'est pas la fin, mais le début d'un autre monde. Eux il essayent, nous nous sommes prisionniers. Ceux qui pensent qu'ils peuvent faire plier un aussi puissant pays, même l'EU seront très déçus et notre futur à tous très noir. Ce son nos amies, nos voisins, les notres qui prennent une autre route, il faut les épaulés et leur faciliter la sortie, peut être qu'un jour nous aussi nous auront besoin d'un coup de main.

  • realist le 05.12.2018 14:47 Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a à priori rien à renégocier du coté de l'EU. S'ils veulent se tirer de ce mauvais pas, ils ont deux possiblités: soit ils prennent la porte sans accord et avec toutes les conséquences, soit ils organisent un second referendum et retirent la demande de Brexit pour revenir tête basse dans l'EU.

  • Sandro le 05.12.2018 13:23 Report dénoncer ce commentaire

    Et je répète: Il n'y aura pas de Brexit !

    • boglob le 05.12.2018 15:02 Report dénoncer ce commentaire

      pareil, je le dis aussi depuis le début

    • Marina le 05.12.2018 17:24 Report dénoncer ce commentaire

      Il ne faut pas oublier que c'était le peuple anglais qui voulait le Brexit, pas les politiciens ... à quelques dix personnes près!

    • TontonBeber le 05.12.2018 21:31 Report dénoncer ce commentaire

      Il est pratiquement impossible d'annuler, voire même de postposer le Brexit. Il faudrait déjà une loi annulant celle promulguée le 26 juin dernier. Sans compter qu'il faut l'unanimité des autres Etats européens. Impossible question délais. Et de plus, à la différence des nôtres, les députés britanniques sont très attachés à l'opinion et au mandat donné par leurs électeurs.

    • Bastos le 06.12.2018 11:22 Report dénoncer ce commentaire

      @tonton: Les députés britanniques sont attachés à l'opinion des électeurs? Si c'était vraiment le cas le Brexit serait déjà un vieux souvenir