Élections législatives

27 septembre 2021 07:15; Act: 27.09.2021 13:32 Print

L’Allemagne entre dans une période d’incertitude

Le socialiste Olaf Sholz est arrivé en tête des élections en Allemagne, selon les premiers résultats officiels provisoires publiés lundi matin. Les tractations pour former un gouvernement pourraient durer des semaines.

storybild

Le candidat du SPD Olaf Sholz après les premières estimations dimanche soir. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L’Allemagne, pôle de stabilité sous l’ère Merkel, entre dans une phase beaucoup plus imprévisible avec de difficiles tractations en vue pour former le prochain gouvernement suite aux législatives: tant les sociaux-démocrates, vainqueurs d’une courte tête, que les conservateurs en revendiquent la direction.

Dès lundi matin, les directions des différents partis susceptibles d’entrer dans une future coalition se réunissent à Berlin et devraient donner des indications sur les alliances qu’elles envisagent. Selon les premiers résultats officiels provisoires diffusés lundi matin sur le site de la commission électorale, le centre-gauche du SPD et leur chef de file Olaf Scholz ont recueilli 25,7% des suffrages, devançant de peu l’union conservatrice CDU-CSU d’Armin Laschet, qui accuse un score historiquement bas de 24,1%.

Jamais les conservateurs n’étaient tombés sous le seuil de 30%. Il s’agit d’un cuisant revers pour le camp de la chancelière Angela Merkel au moment où elle doit prendre sa retraite politique.

Au-delà, tout reste à faire dans le pays. Car en Allemagne ce ne sont pas les électeurs qui élisent directement le chef du gouvernement mais les députés, une fois constitués une majorité. Cette dernière est cette fois particulièrement compliquée à constituer car elle doit réunir trois partis, du jamais-vu depuis les années 1950, du fait d’un émiettement des suffrages. «La partie de poker commence», constate le magazine Der Spiegel. Car «après le vote, les questions essentielles restent ouvertes: qui sera chancelier? Quelle coalition va gouverner le pays à l’avenir?», pointe-t-il.

Un gouvernement «avant Noël»

Pour les sociaux-démocrates, les choses sont claires: «Ce qui est certain, c’est que de nombreux citoyens» ont voté SPD car «ils veulent un changement de gouvernement et aussi parce qu’ils veulent que le prochain chancelier s’appelle Olaf Scholz», a déclaré cet homme de 63 ans. Le hic: son rival de centre-droit, malgré un résultat «décevant», n’est pas disposé à rejoindre les bancs de l’opposition: «Nous ferons tout ce que nous pouvons pour construire un gouvernement dirigé par l’Union» CDU-CSU, a assuré le candidat chrétien-démocrate.

En Allemagne, les discussions pour former un nouvel exécutif relèvent des seuls partis politiques. À l’issue du précédent scrutin de 2017, l’actuelle grande coalition n’avait pu être formée que plus de six mois plus tard, entraînant une paralysie politique en Allemagne, notamment sur les questions européennes. Toutefois, aussi bien le SPD que le centre-droit ont dit viser une conclusion avant Noël. Y parviendront-ils?

Plusieurs coalitions possibles

«L’Allemagne prendra la présidence du G7 en 2022», a rappelé Armin Laschet, et c’est pourquoi un nouveau gouvernement doit «venir très rapidement». Dans la configuration actuelle, plusieurs solutions sont possibles pour une majorité au Bundestag.

Le SPD pourrait ainsi s’allier avec les Verts, arrivés troisièmes du scrutin avec 14,8%, et les libéraux du FDP, un parti de droite qui a recueilli 11,5%. Alternativement, ce sont les conservateurs qui pourraient gouverner avec les Verts et le FDP. Selon un sondage de Yougov publié dans la nuit de dimanche à lundi, une majorité des électeurs favorisent la première option. Et 43% d’entre eux estiment qu’Olaf Scholz doit devenir le prochain chancelier de la première économie européenne.

Faiseurs de roi

Tout dépendra donc du bon vouloir de deux petits partis, qualifiés lundi par le quotidien Bild de «faiseurs de roi». Le chef du FDP Christian Lindner a d’ailleurs estimé dimanche qu’il serait «souhaitable» pour son parti et les écologistes «de discuter d’abord entre eux» avant de décider s’ils s’allient avec les conservateurs ou les sociaux-démocrates.

Pour le plus vieux parti d’Allemagne, les semaines à venir auront valeur de test. Pendant toute la campagne, les sociaux-démocrates ont mis un terme à leurs légendaires disputes entre ailes gauche et centriste pour soutenir sans faille leur chef de file, ministre des Finances actuel d’Angela Merkel. «Mais comment réagira-t-il si son nouveau «héros Olaf» doit faire le deuil de la moitié de son programme pour amadouer la droite libérale?», s’interroge le quotidien Süddeutsche Zeitung. Car le FDP n’acceptera jamais une augmentation de l’impôt pour les plus fortunés, souhaitée par le SPD et les Verts. Et au bout du compte, souligne le journal, la formation d’une coalition sera soumise au vote des membres du SPD. Or en 2018, ils avaient préféré nommer un duo d’inconnus de l’aile gauche du parti.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • chris le 27.09.2021 07:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous les petits vont s allier et laisser les 2 gros de côtés … comme au Luxembourg. En démocratie les perdants prennent le pouvoir

  • cousin german le 27.09.2021 08:53 Report dénoncer ce commentaire

    Olaf Sholz - ministre fédéral des Finances (tiens comme macron) - favorable à la poursuite de la rigueur budgétaire (c'est l'EU qui est content).

  • Vladimir Vladimirovitch le 27.09.2021 11:06 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ils ne voulaient pas garder le leader suprême Angela Merkel jusque 2036 ???

Les derniers commentaires

  • Vladimir Vladimirovitch le 27.09.2021 11:06 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ils ne voulaient pas garder le leader suprême Angela Merkel jusque 2036 ???

  • Le Dessert Final le 27.09.2021 09:09 Report dénoncer ce commentaire

    Mais l'Europe entre dans une période de certitude, que c'est presque la FIN

    • packtiech le 27.09.2021 11:05 Report dénoncer ce commentaire

      Plutôt l'Europe devait soumettre à l'URSS/Russie!

  • cousin german le 27.09.2021 08:53 Report dénoncer ce commentaire

    Olaf Sholz - ministre fédéral des Finances (tiens comme macron) - favorable à la poursuite de la rigueur budgétaire (c'est l'EU qui est content).

  • chris le 27.09.2021 07:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous les petits vont s allier et laisser les 2 gros de côtés … comme au Luxembourg. En démocratie les perdants prennent le pouvoir

    • Klibbertmech d'URSS/Russie le 27.09.2021 11:04 Report dénoncer ce commentaire

      Honteux ! Mieux vaut leader suprême avec Présidence pour la vie !