Crise à Lesbos

15 septembre 2020 13:48; Act: 15.09.2020 14:21 Print

L'Allemagne va accueillir 1 500 réfugiés de Grèce

La chancelière allemande Angela Merkel a trouvé un accord avec son ministre de l’Intérieur pour accueillir des réfugiés de Grèce, après les incendies du camp de Moria.

storybild

Les migrants accueillis par Berlin seront essentiellement issus de familles avec des enfants qui ont été reconnus comme réfugiés par les autorités grecques.

Sur ce sujet
Une faute?

Angela Merkel prévoit d’accueillir environ 1 500 migrants actuellement sur les îles de Grèce, après les incendies du camp de Moria à Lesbos. C’est ce qu’a appris mardi l’AFP auprès d’une source gouvernementale. Il s’agira essentiellement de familles avec des enfants qui ont été reconnus comme réfugiés par les autorités grecques, a précisé cette source. Berlin a déjà prévu la prise en charge de 100 à 150 mineurs isolés évacués du camp de Moria, dans le cadre d’une initiative franco-allemande.

Depuis l’incendie du plus grand camp de migrants en Europe dans la nuit du 8 au 9 septembre, la pression monte sur le gouvernement allemand pour qu’il accueille certains des plus de 12 000 exilés chassés par le feu et qui se retrouvent sans abri sur l’île égéenne. Les autorités allemandes ont jusqu’ici insisté sur la nécessité de trouver une solution au niveau européen sur cette épineuse question qui divise les 27 depuis 2015.

Angela Merkel a trouvé un accord avec son ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, sur cet ordre de grandeur mais la source gouvernementale n’était pas en mesure de préciser si les sociaux-démocrates du SPD, partenaires de la coalition gouvernementale, avaient donné leur feu vert.

Geste humanitaire

Des Verts à la Gauche radicale en passant par le SPD et certains responsables conservateurs de la CDU, le parti d’Angela Merkel, les voix se multiplient en faveur d’un geste humanitaire notamment à la faveur des images de Lesbos montrant des migrants dormant sur le bitume dans des conditions d’hygiène catastrophiques. Ces images ont choqué le pays alors que de nombreux lands et communes affirment avoir de la place pour une prise en charge.

Toutefois, selon le quotidien allemand Bild, le gouvernement grec du conservateur Kyriakos Mitsotakis ferait barrage dans une certaine mesure aux projets de l’Allemagne, redoutant, selon lui, que des demandeurs d’asile coincés en Grèce mettent eux aussi le feu à leurs installations dans l’espoir d’être évacués vers l’Allemagne.

Lundi, le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas avait indiqué que le gouvernement devrait tomber d’accord d’ici, mercredi, sur le nombre de personnes qui pourront être acheminées vers l’Allemagne. Avant l’incendie de Moria, plus de 33 000 migrants vivaient dans cinq camps sur les îles grecques de la mer Égée pourtant dotés d’une capacité d’accueil de seulement 5 400 places, en particulier à Lesbos, Samos et Chios. Environ 70 000 autres migrants se trouvent dans d’autres installations en Grèce continentale. Beaucoup d’entre eux souhaitent rejoindre le nord de l’Europe, en particulier en Allemagne.

(L'essentiel/AFP)