Vidéo

05 avril 2019 14:28; Act: 05.04.2019 15:04 Print

L'attaque terrifiante d'un lion sur son dresseur

Un lion s'est retourné contre son dresseur, dans un cirque de l'est de l'Ukraine. Le trentenaire s'en est sorti avec des cicatrices, et n'en veut pas du tout à l'animal.

Sur ce sujet
Une faute?

Un numéro de dressage a failli tourner au drame dans un cirque de Louhansk (est). L’Égyptien Hamada Kouta était en pleine action avec deux lions quand, soudainement, l'un d'entre eux s'est rué sur lui. Sous le regard horrifié du public, dont faisaient partie de nombreux enfants, l'animal a enfoncé ses crocs ainsi que ses griffes dans un bras, une jambe et le dos du dresseur. Projeté au sol, l'homme de 32 ans a réussi à se redresser et faire fuir le fauve. «Mon cœur s'est arrêté de battre quand le lion s'est jeté sur le dresseur», a témoigné une maman présente sous le chapiteau.

L’Égyptien, un dresseur chevronné, assure n'avoir pas paniqué, rapporte le «Daily Mail», qui ne précise pas la date de cet incident. «L'animal m'a sauté dessus et m'a mordu, mais Dieu merci, pas dans le cou. Il m'a immédiatement relâché. J'ai les cicatrices de deux griffes et d'une dent sur la jambe, des marques de dent sur mon bras et une blessure de 4 centimètres de profondeur causée par trois griffes sur mon dos», détaille le trentenaire. Après l'attaque, les fauves sont tous retournés dans leur cage. Mais Kouta les a rapidement rappelés au centre de la piste, «parce qu'il y avait des enfants dans le public».

«Bien sûr, j'étais couvert de sang, mais j'ai demandé à tout le monde de se calmer. Et j'ai recommencé le numéro depuis le début», raconte l’Égyptien. Selon lui, les animaux étaient perturbés et stressés parce qu'ils venaient d'arriver sur les lieux du spectacle, et qu'ils n'avaient pas eu le temps de s'adapter à ce nouvel environnement. Kouta en a vu d'autres, son corps est d'ailleurs recouvert de cicatrices. «Chacune est une expérience. Je fais plus confiance à mes prédateurs qu'aux gens. Quand un animal attaque son dresseur, c'est à 99% la faute du dresseur», assure-t-il.

(L'essentiel/joc)