Crise migratoire

03 juillet 2018 20:18; Act: 04.07.2018 14:54 Print

L'Autriche annonce vouloir protéger ses frontières

Le gouvernement autrichien a réagi, mardi, après les annonces du gouvernement allemand qui veut renvoyer les demandeurs d'asile où ils ont été enregistrés.

storybild

Sebastian Kurz défend une ligne dure sur les questions migratoires. (photo: AFP/Georg Hochmuth)

Sur ce sujet
Une faute?

Le gouvernement autrichien a affirmé mardi être «prêt à prendre des mesures pour protéger» ses frontières, après les restrictions à l'entrée de migrants annoncées par son voisin allemand dans le cadre d'un accord au sein du gouvernement en crise à Berlin. Si l'accord politique trouvé lundi soir est validé par le gouvernement allemand, «nous serons obligés de prendre des mesures pour éviter des désavantages pour l'Autriche et sa population», a expliqué le gouvernement autrichien.

L'Autriche est prête à des mesures pour protéger ses «frontières sud en particulier», avec l'Italie et la Slovénie, a indiqué un communiqué. «Nous attendons davantage de clarté» de la part du gouvernement allemand, a souligné mardi le chancelier autrichien Sebastian Kurz devant le Parlement européen à Strasbourg, où il présentait les priorités de l'Autriche, tout juste installée à la tête de la présidence tournante de l'UE pour les six prochains mois. Mais «d'autres pays réagiront par des mesures nationales, comme l'Autriche», a-t-il déjà prévenu, si Berlin confirme sa volonté de refouler à la frontière les demandeurs d'asile arrivant en Allemagne alors qu'ils ont été enregistrés ailleurs.

C'est ce qui est prévu, sous certaines conditions, dans l'accord conclu lundi soir entre la chancelière allemande Angela Merkel à son ministre de l'Intérieur rebelle Horst Seehofer. Face à la perspective d'un effet domino en Europe d'une telle mesure, M. Kurz a voulu rassurer à Strasbourg sur son attachement à la libre circulation en Europe.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • jeu de dominos le 03.07.2018 20:32 Report dénoncer ce commentaire

    C'est un peu comme un jeu de dominos où finalement tous les pays ferment leurs frontières les uns après les autres en espérant que personne ne passera leurs frontières et que les foules de migrants s'entasseront chez les voisins. C'est un jeu qui n'est pas drôle, surtout pour ceux qui perdent !!!

  • Marko le 04.07.2018 06:32 Report dénoncer ce commentaire

    Je peux vous dire qu'au nord ouest de la Bosnie dans les villes frontalières avec la Croatie : Bihac et Velika Kladusa des masses de migrants attendent de pouvoir passer en UE. Les habitants sur zone sont à bout, on sent que ça va péter.

  • Mieux vaut prévenir que guérir le 03.07.2018 21:32 Report dénoncer ce commentaire

    et chez nous ? les portes restent grandes ouvertes ... avec des Asselborn, Bettel et Schneider alors on n'est pas prêt de les fermer, ou au moins les entrouvir ... Si demain, 20 000 débarquent au pays alors on fait comment pour les en empécher ??? Si le Luxembourg devient comme les pays voisins, alors cela va faire fuire toutes les richesses pour laisser la place à la misère et aux problèmes qui y sont liés. Notre gouvernement devrait cesser de suivre les idéologues d'autres pays.

Les derniers commentaires

  • Leonidas le 04.07.2018 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo pour les autrichiens! Félicitations pour le chancelier Sébastien Kurz. La seule solution qui reste est de s'occuper de protéger les frontières nationales. Par contre si les gouvernements ne prendront pas la décision, par exemple au Luxembourg, alors sera a nous mêmes de former et de préparer des milices de volontaires, c'est ne pas compliqué !!

    • Heinrich H. le 04.07.2018 10:14 Report dénoncer ce commentaire

      Des milices comme dans les années 30? Mais où donc vous croyez vous? Dans Retour vers le futur? La police fait son travail et s'il faut, nos pays ont des forces armées, il faut que les deux soient assez entretenues mais ça coûte ...

  • Mimile le 04.07.2018 08:02 Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup de bruit pour rien, car le nombre de migrants vers l'union européenne est en chute libre depuis deux ans. Les politiciens comme Seehofer et Kurz ne font qu'inventer des problèmes imaginaires pour renforcer leur popularité. Sans compter les bouchons que cela va créer aux frontières, ils feraient mieux de s'occuper des vrais problèmes: éducation, santé, emploi… Mais c'est vrai que là ils brillent surtout par leur absence de réflexion et leur solution simplistes.

    • LiNh le 04.07.2018 09:59 Report dénoncer ce commentaire

      Un contexte qui profite aux extrêmistes qui aiment jouer sur les peurs... c'est bien connu mais ça marche toujours...

  • Marko le 04.07.2018 06:32 Report dénoncer ce commentaire

    Je peux vous dire qu'au nord ouest de la Bosnie dans les villes frontalières avec la Croatie : Bihac et Velika Kladusa des masses de migrants attendent de pouvoir passer en UE. Les habitants sur zone sont à bout, on sent que ça va péter.

  • alex le 04.07.2018 00:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tant qu'il y aura l'ignorance et la misère sur terre il y aura des guerres. et malheureusement ça ne date pas d'hier...

  • Pepe le 03.07.2018 23:46 Report dénoncer ce commentaire

    Une fois de plus, Madame Merkel joue cavalier seul! Madame Merkel, qui aime tellement se substituer aux dirigeants de l'UE (quand ça l'arrange) méprise ici totalement les autre pays-membres de l'UE. Inquiétant pour la cohésion européenne !

    • Heinrich H. le 04.07.2018 10:15 Report dénoncer ce commentaire

      Madame Merkel? Elle l'a fait en 2015 et elle ne le fera plus c'est Seehofer qui la met sous pression et le cavalier seul c'est lui, un type qui avec son parti vire bien bien à droite, l'Afd est contente, Moscou aussi ...