Serbie

08 juin 2019 12:52; Act: 08.06.2019 13:09 Print

L'avion sent l'essence, Houellebecq dit non

L'écrivain français Michel Houellebecq devait se rendre en Serbie, jeudi, mais c'était sans compter avec un incident sur son vol.

storybild

Michel Houellebecq a fait faux bond à un festival littéraire à Belgrade. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un avion qui sent l'essence puis une «rébellion» menée par une «jolie» trentenaire: l'écrivain français Michel Houellebecq a tenté d'expliquer pourquoi il avait fait faux bond à des centaines d'admirateurs venus pour l'entendre vendredi à Belgrade. «Ce serait long à raconter, c'est une scène de roman», a-t-il écrit aux organisateurs du festival littéraire Krokodil, dans un message lu vendredi soir à une salle bondée et incrédule, qui était venue entendre l'écrivain lire des extraits de son œuvre.

Tard la veille, au moment d'embarquer à Paris-Charles-De-Gaulle dans le vol d'Air Serbia, Michel Houellebecq relève «des phénomènes inquiétants, surtout une odeur de carburants très nette». «Il y a eu une sorte de rébellion de passagers, qui ont exigé de sortir de l'appareil», «c'était une femme qui a pris la tête de la rébellion, au départ absolument seule», raconte l'auteur de Sérotonine.

«Cela aurait pu se terminer plus mal»

«Cheveux noirs, la trentaine, jolie. Je ne sais pas si elle était serbe ou française», décrit-il. «Elle a dit exactement ce que j'avais envie de dire»; «c'est elle qui a eu le courage de le dire, pas moi», concède Michel Houellebecq dans ce message projeté sur écran géant de l'amphithéâtre Kombank Dvorana.

Certes, l'écrivain est «triste» de n'être pas venu à Belgrade, mais «quelque part au fond de (lui)», «content d'avoir assisté à cette manifestation de rébellion, qui était juste et saine», à «cette brève confrontation avec l'autorité (qui lui) rappelle le très long épisode français des gilets jaunes».

Alors certes, il y a actuellement trois liaisons quotidiennes entre Paris et Belgrade et Michel Houellebecq pouvait matériellement être présent malgré l'annulation de son vol initial. Mais «je n'ai vraiment pas envie de reprendre l'avion dans l'immédiat, il faut annuler», lâche Michel Houellebecq. «Je suis désolé de tout cela, mais je me dis que cela aurait pu se terminer plus mal».

(L'essentiel/afp)