Libre circulation

15 juillet 2018 13:25; Act: 16.07.2018 13:07 Print

L'Espagne déplore le recul de Schengen

Le ministre espagnol des Affaires étrangères a estimé, dimanche, que l'esprit de Schengen, avec la libre circulation, avait «tendance à disparaître».

storybild

Josep Borrell estime que l'arrivée au pouvoir de l'équipe de Pedro Sanchez marque un tournant dans le débat migratoire. (photo: AFP/Suzanne Cordeiro)

Sur ce sujet

L'espace européen Schengen de libre circulation des personnes «commence à disparaître» sous la pression de l'immigration, déplore, dimanche, le ministre espagnol des Affaires étrangères, le socialiste Josep Borrell, dans un entretien au quotidien El Pais. «Malheureusement, Schengen commence à disparaître. Par derrière et en catimini, la France, l'Allemagne et l'Italie ont rétabli les contrôles à leurs frontières à cause de la crise migratoire», déclare M. Borrell.

L'Italie et son ministre de l'Intérieur d'extrême droite, Matteo Salvini, refusent régulièrement d'accueillir sur son sol les migrants secourus au large de ses côtes, réclamant qu'ils soient redistribués dans d'autres États membres de l'Union européenne. Dans d'autres pays, la ligne dure en matière d'immigration gagne du terrain, poussée par la montée de partis d'extrême droite.

L'Espagne a accepté, depuis l'arrivée au pouvoir le 1er juin du socialiste Pedro Sanchez, d'accueillir dans ses ports plusieurs bateaux d'ONG refusés par l'Italie, en particulier l'Aquarius mi-juin. «Jusqu'ici, la droite dure imposait ses thèses. Le mérite de l'Espagne, c'est d'avoir marqué un tournant dans le débat migratoire avec l'épisode de l'Aquarius», affirme Josep Borrell. Le ministre, ancien président du Parlement européen, croit néanmoins que si l'Italie «opte pour durcir sa politique migratoire, elle peut prendre le chemin vers la désintégration de l'Europe».

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Yann L le 15.07.2018 13:49 Report dénoncer ce commentaire

    Que Schengen disparaisse à tout jamais!

  • Escolano Michel le 15.07.2018 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je me demande si il pense bien a ce quil dit

  • Claude le 16.07.2018 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais cela suffit ''quoi l Europe veut que l invasion continue pour garder leurs place ' vue que les européens à du mal à se réveiller.

Les derniers commentaires

  • Angelo51 le 18.07.2018 18:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À mourir de rire quand on pense aux dirigeants catalans qui ont dû fuir l'Espagne pour échapper à la tôle. C'est la meilleure de l'année.

  • Claude le 16.07.2018 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais cela suffit ''quoi l Europe veut que l invasion continue pour garder leurs place ' vue que les européens à du mal à se réveiller.

  • Unicorn le 16.07.2018 09:54 Report dénoncer ce commentaire

    Le Gouvernement tient des déclarations administratives sans contenu, rien sur le coût et les ressources pour installer ces migrants, il augmentera les taxes, et les gens voient ce qui se passe sur le terrain. Si l'extrême droite en Italie arrive à causer la restriction des frontières, elle arrivera à causer d'autres gouvernements extrêmes... On dirait que l'UE favorise l'évolution des pays vers des régimes radicaux qui limiteront nos libertés.

  • Olly le 16.07.2018 08:32 Report dénoncer ce commentaire

    Fermer Schengen équivaut à mettre plus de stress et plus d'obligations sur les citoyens de ces pays. Par contre les financiers et les industriels continueront à se déplacer librement. Le mot d'ordre de Schengen sera "Libre circulation au capital, mais pas au citoyen". Quand vous vous rendrez à la Côte d'Azur, Mer du Nord ou Italie vous aurez droit à trois heures d'attente; que dis-je tous ceux qui font la louange des achats en Allemagne ou autre pays étranger devront prendre un jour de congé. Vous qui vous plaignez des bouchons vous en aurez encore plus!

    • Unicorn le 16.07.2018 09:24 Report dénoncer ce commentaire

      n'importe quoi, on ne va pas abolir Schengen, on va restreindre un peu. Même avant Schengen, je passais la frontière de nos voisins sans contrôle, et si embouteillage il y avait, je prenais un poste frontalier sur une route peu fréquentée.

  • Knopchen le 15.07.2018 21:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est grâce à Schengen que Carles Puygdemon a pu trouver refuge en Belgique et voyager en Allemagne. Pas rancuniers les espagnols.