Rejet d'un référendum

23 octobre 2020 19:10; Act: 23.10.2020 19:16 Print

L'euthanasie en voie de légalisation au Portugal

Le Portugal pourrait devenir le quatrième pays européen à légaliser l'euthanasie, après les Pays-Bas et la Belgique en 2002, puis le Luxembourg en 2009.

storybild

Après l'adoption en février 2020 de cinq propositions de loi qui doivent encore être versées dans un seul texte, celui-ci sera soumis à un nouveau vote. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La majorité de gauche au Parlement portugais a rejeté, vendredi, un projet de référendum sur l'euthanasie, permettant la reprise du processus législatif qui a ouvert la voie à sa dépénalisation. Après l'adoption en février dernier de cinq propositions de loi qui doivent encore être versées dans un seul texte, celui-ci sera soumis à un nouveau vote et le Portugal pourrait alors devenir le quatrième pays européen à légaliser l'euthanasie après les Pays-Bas et la Belgique en 2002, puis le Luxembourg en 2009.

Les députés ont néanmoins dû examiner un projet de référendum suite à une pétition lancée par les opposants à l'euthanasie avec le soutien de l'Eglise catholique, qui a recueilli un peu plus de 95.000 signatures. Si le texte n'avait pas été rejeté vendredi, les électeurs portugais auraient été appelés à répondre à la question suivante: «Êtes-vous d'accord que tuer une autre personne à sa demande ou l'aider à se suicider doit continuer à être puni par le droit pénal en toutes circonstances?»

Le chef de l'État, fervent catholique

Lorsque le Parlement votera sur un texte final légalisant l'euthanasie, celui-ci sera ensuite soumis à la promulgation du président de la République, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa. Le chef de l'État n'a pas ouvertement pris position sur ce thème mais, en tant que fervent catholique, il risque d'y opposer son véto ou d'envoyer le texte à la Cour constitutionnelle pour qu'elle juge de sa conformité avec la loi fondamentale du pays.

Un éventuel véto du président serait toutefois annulé par un deuxième vote des députés.

(L'essentiel/afp)