En Italie

15 octobre 2018 00:26; Act: 15.10.2018 00:36 Print

L'évacuation des migrants soulève l'indignation

Le ministère de l'Intérieur a ordonné le transfert de migrants qui résidaient à Riace, en Calabre. Le programme d'accueil du village était présenté comme un modèle d'efficacité.

storybild

Une manifestation en soutien à Domenico Lucano, maire de Riace et accusé d'avoir commis des irrégularités au profit des demandeurs d'asile.

Sur ce sujet
Une faute?

La colère montait dimanche en Italie après que le ministère de l'Intérieur, dirigé par le leader d'extrême droite Matteo Salvini, eut ordonné le transfert dans des centres d'hébergement des migrants qui avaient été accueillis dans un village de Calabre. Ce projet était présenté comme un modèle d'intégration. «Honte. Ce n'est pas l'Italie», a notamment déclaré sur Twitter l'ancien Premier ministre Enrico Letta.

Samedi, après l'arrestation début octobre du maire du village de Riace, Domenico Lucano, sous l'accusation d'avoir commis des irrégularités au profit des demandeurs d'asile, le ministère de l'Intérieur a ordonné le transfert vers des centres d'hébergement des migrants qui se sont installés dans le village.

Le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini (extrême droite) et son parti la Ligue ont fait de Riace un exemple de leur «guerre contre le business de l'immigration» alors que ce village est présenté par les partisans du maire comme une expérience phare d'intégration de nouveaux venus dans une commune moribonde.

Modèle à reproduire

«Stop Salvini. Ne fermez pas les yeux», a lancé pour sa part l'Association nationale des partisans d'Italie (ANPI) dans un appel au Mouvement 5 étoiles (M5S), parti antisystème membre de la coalition au pouvoir aux côtés de la Ligue. L'ANPI a estimé que le gouvernement devrait plutôt partir en guerre contre le crime organisé en Calabre, bastion de la mafia.

Quelque 200 personnes qui se sont établies dans cette localité dépeuplée seront affectées, selon des médias italiens. «Pour des raisons de décence, sur un territoire aussi beau et difficile que la Calabre, souvenez-vous que c'est la mafia qui devrait être poursuivie, et non un homme honnête comme (le maire) Lucano», a souligné l'ANPI.

L'initiative du maire Domenico Lucano, dont le programme d'accueil des migrants a été accompagné de la restauration de maisons abandonnées et de la réouverture d'ateliers d'artisans, a été présentée comme un modèle pouvant être reproduit pour faire revivre d'autres communes moribondes.

Maire en résidence surveillée

M. Lucano a été placé en résidence surveillée, notamment sous l'accusation d'avoir organisé des «mariages de convenance» au profit de demandeurs d'asile. Ses avocats s'apprêtent à faire appel contre le ministère. «Les priorités de Salvini en Calabre sont d'envoyer ailleurs les familles et les enfants et de démanteler un modèle d'intégration qui a fonctionné et qui est reconnu partout dans le monde», a déclaré l'ancienne présidente du parlement Laura Boldrini.

«Si Lucano est (considéré comme) le danger en Calabre, ça veut dire que la mafia est en train de gagner», a averti de son côté l'ancien maire de Naples, Luigi de Magistris, qui a été pendant neuf ans procureur en Calabre. «Si le gouvernement décide de déporter les victimes fragiles et persécutées de régimes d'oppresseurs dans le monde, Riace doit devenir un bastion de la résistance», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 2018 le 15.10.2018 02:47 Report dénoncer ce commentaire

    pour l'honneur de la réalité, c'est Minniti qui a ouvert l'enquête sur le modèle Riace en juillet 2016 il a envoyé des inspecteurs de la préfecture de Reggio Calabria qui ont envoyé le rapport (écrit noir sur blanc) sur le détournement de fonds, les relations de parenté entre Le personnel organique des instances dirigeantes, ainsi que les membres de l'administration municipale, la facturation sans facture, le manque de contrôle sur les migrants, etc., etc., ont conduit la ministre Minniti à bloquer les fonds de Riace en août 2017, suscitant la colère de Lucano, mais aucun de ceux qui aujourd'hui crient au scandale n'a dit un mot contre Minniti (PD)

  • Luxo le 16.10.2018 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprend pas que notre pays reste silencieux et insensible à cette rafle! Alors que nous avons la possibilité de les accueillir chez nous, comme nous avons il y a quelques années accueillis des Italiens qui aujourd'hui sont bourgmestres ou députés.

  • Grand Maître le 15.10.2018 17:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On dirait que tout le monde peut venir et s'installer. Même un Français,un Luxembourgeois ou un Belge devrait faire vite à s'inscrire en commune...Pas les migrants. Alors BASTA ! !

Les derniers commentaires

  • Luxo le 16.10.2018 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne comprend pas que notre pays reste silencieux et insensible à cette rafle! Alors que nous avons la possibilité de les accueillir chez nous, comme nous avons il y a quelques années accueillis des Italiens qui aujourd'hui sont bourgmestres ou députés.

    • voyons donc le 16.10.2018 12:10 Report dénoncer ce commentaire

      faudrait demander à M. Juncker et Asselborn qui font leur spectacle durant les débats à Bruxelles pour tenter de mettre la pression sur le nouveau gouvernement italien

  • Léon le 15.10.2018 18:17 Report dénoncer ce commentaire

    Une bonne chose.

  • Grand Maître le 15.10.2018 17:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On dirait que tout le monde peut venir et s'installer. Même un Français,un Luxembourgeois ou un Belge devrait faire vite à s'inscrire en commune...Pas les migrants. Alors BASTA ! !

  • Rudolf H le 15.10.2018 17:00 Report dénoncer ce commentaire

    Il aurait fallu prévoir plus de wagons.

  • bobo énervant le 15.10.2018 15:17 Report dénoncer ce commentaire

    Après les migrants, ce sera le tour des femmes, puis des syndicats puis de la presse, enfin Salvini pourra faire passer toute une série de lois liberticides, s'assurer le pouvoir et ensuite démanteler la justice. Champ libre; et tout ça avec l'assentiment du bon peuple puisqu'il aura débarrassé le pays de quelques migrants. Triste

    • quoi??? le 16.10.2018 10:01 Report dénoncer ce commentaire

      mais que dites-vous?