Consultations royales

29 mai 2019 10:58; Act: 29.05.2019 11:13 Print

L'extrême droite reçue par le roi des Belges

Le roi Philippe de Belgique poursuit ses consultations avec les dirigeants politiques, dont ceux du Vlaams Belang, trois jours après les élections législatives.

storybild

Tom Van Grieken est arrivé au Palais royal, mercredi. (photo: AFP/Benoit Doppagne)

Sur ce sujet
Une faute?

Le roi des Belges Philippe reçoit mercredi le chef du parti d'extrême droite du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, dans le cadre de ses consultations pour la constitution d'un nouveau gouvernement fédéral, trois jours après les élections législatives dans le pays, a annoncé le Palais royal. C'est la première fois depuis 1936 qu'un parti d'extrême droite est reçu par le roi, chargé de lancer le processus de négociations entre les chefs des partis belges.

Le Vlaams Belang est devenu dimanche la deuxième force politique de Flandre, derrière les nationalistes flamands du N-VA, avec 18 sièges sur les 150. Le Vlaams Blok, ancêtre du Vlaams Belang, avait obtenu le même nombre de sièges lors des élections législatives de 2003, mais n'avait pas été invité par le roi Albert II. «Rien que l'idée de voir arriver le Vlaams Belang au Palais me fait froid dans le dos, mais au vu du résultat démocratique en Flandre, personne n'en tiendra rigueur au Roi de le recevoir», a commenté Maxime Prévot, chef des centristes francophones du CDH, cité par l'agence Belga.

M. Prévot a été reçu mercredi matin par le roi, tout comme l'actuel premier ministre, le libéral francophone Charles Michel. À l'issue de ce premier tour de consultations avec les présidents de partis, le roi Philippe doit nommer un informateur pour explorer les pistes possibles. Outre la forte poussée de l'extrême droite en Flandre, le scrutin de dimanche a été marqué par la percée des écologistes et de la gauche radicale chez les francophones. Le morcellement du paysage politique belge laisse augurer de longues tractations pour un futur gouvernement en Belgique, qui a déjà vécu 541 jours sans gouvernement de plein exercice entre mi-2010 et décembre 2011.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • FullmétalJF le 29.05.2019 12:01 Report dénoncer ce commentaire

    Si le programme d'un parti viole la Constitution et prône la violence pour arriver à ses fins, il faut l'interdire purement et simplement mais, à partir du moment où il est agréé, il est normal qu'il soit traité comme les autres, participe aux négociations et obtienne l'accès aux médias. C'est la démocratie qui l'exige. Ceux qui veulent exclure un parti pour des raisons idéologiques montrent que ce sont eux qui ne respectent pas la démocratie. Personne n'a le monopole de la démocratie. Réflexion valable pour tous les pays.

  • Constat navrant le 29.05.2019 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Extrême droite en Flandres, extrême gauche en Wallonie, décidément, la Belgique est irrémédiablement coupée en deux. Et c’est encore plus visible sur le terrain quand on circule entre les deux régions, mon pays n’est plus...

  • Bend'habay le 29.05.2019 12:03 Report dénoncer ce commentaire

    Extreme gauche en Wallonie mais il faudrait retirer la region du Sud (Luxembourg) qui pense differement!!!

Les derniers commentaires

  • papy le 29.05.2019 21:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des partis s’orientent vers la droite . D’autres s’orientent vers la gauche . Et toujours aucun pour aller vers l’avant. Qu’elle tristesse !

  • Vindalux le 29.05.2019 12:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Deux régions et deux loi différente !

  • nico le 29.05.2019 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui ça promet et ça arrive partout ethnies, langues religions ..... on va dans le mit

  • Diukdiuk le 29.05.2019 12:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Grave situation, les électeurs ont perdu la tête ! Si c’est un vote contestataire le pays va le payer très cher ! L’europe suit le même chemin ! Je pars .... mais ou ? Les économistes disent qu’une économie a bout de souffle et qui doit repartir le pourrait apres une bonne guerre... inquiétante constatation

    • Didier le 29.05.2019 12:54 Report dénoncer ce commentaire

      Qui a le plus perdu la tête ? Ceux du nord qui ont voté à droite toute ou ceux du sud qui ont encore voté à gauche ?

    • Vieux de la vieille le 29.05.2019 14:42 Report dénoncer ce commentaire

      @Didier, personne, ce sont juste des votes à 100% légitime. A défaut de voir des écolos à la première place, les deux extrêmes voient le jour.

  • jdw le 29.05.2019 12:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et oui les Belges . coupé en 2 même 3. Flamant Wallon Bruxellois. Et 1 Roi. Pour chaque place de Ministre il en faut Trois. Trois Revenus. Belgique Pays en faillite depuis longtemps Sauver par la EU. Comme la France et d'autres Grand Pays soi-disant riche qui ne vivent que des dettes qu'ils continuent à faire grâce au grand puit Economique et Financier de la EU.

    • @jdw le 29.05.2019 12:55 Report dénoncer ce commentaire

      Et le germanophones, vous les oubliez ?

    • chaud le mouton le 29.05.2019 22:14 Report dénoncer ce commentaire

      La Belgique compte 5 gouvernements ! Un gaspillage abyssal avec cette multitude de postes politiques à pourvoir.