Arbalète en Allemagne

15 mai 2019 10:51; Act: 16.05.2019 14:31 Print

L'hypothèse d'un pacte suicidaire se dessine

Le week-end dernier, les corps de cinq personnes, dont trois transpercées de carreaux d'arbalète, ont été retrouvés. Les membres du groupe auraient entretenu des relations intimes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La police allemande explore la piste sectaire d'un pacte suicidaire dans l'enquête sur les cinq mystérieux décès, dont plusieurs à l'arbalète, survenus ces derniers jours en deux endroits du pays, séparés de plusieurs centaines de kilomètres.

La plupart des victimes, quatre jeunes femmes et un homme, étaient manifestement liées par leur passion pour l'imagerie médiévale et l'alchimie, selon plusieurs médias, mardi. L'homme de 53 ans retrouvé mort avec plusieurs flèches d'arbalètes dans le crâne et le corps, identifié comme Torsten W., tenait ainsi une boutique médiévale à Hachenburg en Rhénanie-Palatinat (ouest), «Milites Conductius».

Relations

L'homme à la longue barbe blanche organisait le soir des séances de combat à l'épée. Sur les bras, il s'était fait tatouer des symboles des alchimistes, un mouvement ésotérique vivace au Moyen Âge et prétendant à la transmutation des métaux. Les enquêteurs cherchent à savoir si des habitués de cette boutique sont susceptibles d'être impliqués dans cette affaire, comme ils tentent de connaître les relations exactes qui liaient entre elles ces victimes.

La chaîne de télévision RTL Allemagne, citant des sources proches de l’enquête, affirme que les membres du groupe entretenaient des relations intimes entre eux, l’homme faisant figure de gourou. Certains s’étaient coupés de leur entourage.

Tirs post-mortem

Tous étaient également membres, selon le quotidien Bild, d'une ligue de tournois de chevaliers et de combats de joute.

Les enquêteurs ont continué mardi en parallèle de passer au peigne fin deux sites: une auberge de Passau en Bavière (sud), où ont été trouvés ce week-end trois corps percés de carreaux d'arbalète, et, à plus de 600 km au nord, à Gifhorn en Basse-Saxe (nord-ouest), l'appartement d'une des trois victimes, dans lequel ont été trouvés lundi deux autres cadavres de femmes. Les résultats préliminaires des autopsies de Passau, communiqués mardi par la police bavaroise, montrent que deux des trois victimes de l'auberge ont été tuées d'un carreau dans le cœur.

Il s'agit de l'homme de 53 ans et d'une femme de 33 ans, vêtus de noir et portant des piercings. Tous deux étaient allongés sur un lit, main dans la main. D'autres carreaux ont ensuite été tirés post-mortem, dont certains dans la tête, probablement par la troisième victime, une femme de 30 ans, Farina C., qui se serait ensuite suicidée à l'arbalète en se tirant un carreau dans le cou.

Testaments

«Aucun élément ne montre qu'il ait pu y avoir une dispute entre les personnes présentes» dans la chambre, a indiqué la police bavaroise mardi, suggérant ainsi que la thèse d'un pacte suicidaire entre les personnes était la plus probable. Les testaments des deux victimes allongées sur le lit ont aussi été retrouvés dans la chambre de l'auberge, selon la presse locale.

Concernant les corps des deux femmes retrouvés dans le nord du pays, là encore l’autopsie n’a décelé «aucun signe de violence extérieure». Leur mort remonte à «quelques jours», a indiqué la police mardi soir, et les deux victimes n'ont pas été tuées à l'arbalète. Après un temps d'incertitude au sujet de l'une de ces deux victimes, âgée de 35 ans, la police est finalement convaincue qu'il s'agit d'une institutrice et de la compagne de Farina C., retrouvée à Passau. L'autre victime est une jeune femme de 19 ans, qui habitait également dans cet appartement.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Suisse le 15.05.2019 11:12 Report dénoncer ce commentaire

    Du moment qu'ils nuisent pas à autrui et s'ils veulent se suicider comme au Moyen Âge laissons les !

  • Ant le 15.05.2019 14:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comment on se suicide avec une arbalète ???

Les derniers commentaires

  • Ant le 15.05.2019 14:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comment on se suicide avec une arbalète ???

    • @Ant le 15.05.2019 21:52 Report dénoncer ce commentaire

      On la retourne et on positionne la flèche sur son cou! Avec un fusil c'est pareil mais on met le canon dans la bouche.

  • Le Suisse le 15.05.2019 11:12 Report dénoncer ce commentaire

    Du moment qu'ils nuisent pas à autrui et s'ils veulent se suicider comme au Moyen Âge laissons les !