Grande Canarie

12 août 2019 14:51; Act: 12.08.2019 15:04 Print

L'île subit un violent incendie hors de contrôle

Le feu, qui s'est déclaré samedi sur l'île de Grande Canarie, continue de tenir en haleine les pompiers. Aucun blessé n'est à déplorer mais les images sont apocalyptiques.

Une faute?

Les pompiers continuaient à lutter avec d'importants moyens lundi contre un incendie ayant touché 1 500 hectares depuis samedi sur l'île espagnole de Grande Canarie, qu'ils espèrent arriver à contrôler progressivement.

«Nous prévoyons qu'au cours de la journée d'aujourd'hui [lundi], on pourra contrôler progressivement le front encore actif, la tête de l'incendie», a expliqué Angel Victor Torres, président de la région des Canaries, archipel espagnol dans l'océan Atlantique, au large des côtes africaines.

«Cela va représenter un travail important parce que nous luttons contre l'adversité que représentent le vent et l'absence d'eau et de pluies», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse retransmise à la télévision publique espagnole.

Un suspect arrêté

Le feu, qui s'était déclaré samedi dans la commune d'Artenara, à l'intérieur de cette île volcanique, a entraîné l'évacuation d'un millier de personnes et menacé l'un des plus pittoresques villages espagnols, Tejeda. «La meilleure nouvelle, à l'heure actuelle, c'est qu'il n'y a pas de dommages personnels», a souligné Torres, en l'absence de blessé.

Il a regretté que l'île ait pâti d'une «imprudence humaine». La Garde civile a arrêté samedi le responsable présumé de cet incendie, qu'il aurait provoqué en utilisant un appareil à souder.

Extinction définitive difficile

Au sol, 250 personnes restaient mobilisées, avec un système de relève, a précisé une porte-parole des services d'urgence des Canaries. Treize avions et hélicoptères travaillaient sur un front de cinq kilomètres, constituant la «tête du feu», selon la même source.

Le responsable technique des services d'urgence de Grande Canarie, Federico Grillo, a précisé que le périmètre de l'incendie faisait 23 kilomètres. «La tête du feu» a baissé «en intensité», l'incendie y «reste actif, il n'est pas contrôlé, mais il n'évolue pas de manière agressive», a-t-il dit devant la presse.

Dans les prochains jours, une vague de chaleur est annoncée sur l'île, «ce qui rend plus difficile l'extinction définitive de l'incendie», a cependant souligné Torres. L'Espagne, deuxième destination touristique mondiale, est touchée chaque été par de nombreux incendies de forêt du fait de son climat aride.

(L'essentiel/afp)