Coronavirus

21 juillet 2020 06:54; Act: 21.07.2020 14:51 Print

L'UE s'accorde sur un plan de relance historique

Après d’âpres négociations, les 27 dirigeants de l’UE sont tombés d’accord mardi matin sur un plan de relance post-coronavirus de 750 milliards d’euros.

storybild

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et le patron du Conseil européen Charles Michel à Bruxelles, le 21 juillet 2020. (photo: KEYSTONE)

Sur ce sujet
Une faute?

Il aura fallu quatre jours et quatre nuits et de multiples prises de bec, mais les 27 dirigeants européens ont trouvé mardi, un accord sur un plan historique destiné à soutenir leurs économies frappées par la crise du coronavirus, basé pour la première fois sur une dette commune.

«Deal!» a annoncé en anglais le Belge francophone Charles Michel, président du conseil européen, sur son compte Twitter. «Jour historique pour l’Europe!» a assuré dans la foulée le président Emmanuel Macron, sur le même canal.

«Nous avons un accord. Et un bon accord! Avec un budget 2021-2027 de 1 074 milliards et un plan de relance de 750 milliards, jamais l’Union européenne n’avait décidé d’investir de manière aussi ambitieuse dans l’avenir», a expliqué la Première ministre belge Sophie Wilmes.

Compromis

Au terme d’une bataille acharnée entre les pays dits «frugaux» et le couple franco-allemand, un compromis a finalement été conclu lors d’un sommet extraordinaire commencé vendredi.

Pour soutenir l’économie européenne qui affronte une récession historique, le plan prévoit un fonds de 750 milliards d’euros, qui pourront être empruntés par la Commission sur les marchés. Il se décompose en 390 milliards de subventions, qui seront allouées aux États les plus frappés par la pandémie. Ce sera la dette commune à rembourser par les 27.

Cette émission de dette commune, une première, repose sur une proposition franco-allemande, qui suscitait une farouche opposition de la part des pays dits «frugaux» (Pays-Bas, Autriche, Danemark, Suède) rejoints par la Finlande.

Outre ces subventions, 360 milliards d’euros seront disponibles pour des prêts, remboursables par le pays demandeur. Le plan est adossé au budget à long terme de l’UE (2021-2027), qui prévoit une dotation de 1 074 milliards d’euros, soit 154 milliards d’euros par an.

À plusieurs reprises, les pays «frugaux», taxés par certains de «radins», ont menacé de faire capoter ce plan massif de soutien à l’économie, qui profiterait avant tout aux pays du Sud comme l’Italie et l’Espagne. Ces pays les plus touchés par l’épidémie sont aussi jugés trop laxistes en matière budgétaire par leurs partenaires du Nord.

Gages

Pour vaincre leurs réticences, le président du Conseil européen, Charles Michel, a dû revoir sa proposition initiale et leur fournir des gages. Notamment en révisant à la baisse les 500 milliards de subventions prévues au départ et défendues par Berlin et Paris. Mais aussi en augmentant de façon substantielle les rabais accordés à ces pays, qui jugent leurs contributions nettes au budget de l’UE disproportionnées. La correction accordée à l’Allemagne reste stable. Par rapport à la proposition initiale de Charles Michel, ces hausses des rabais vont de 22% pour les Pays-Bas à 138% pour l’Autriche.

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, le plus difficile à convaincre, avait reconnu que des progrès avaient été faits en sa direction.

«Pour la première fois dans l’histoire européenne, le budget est lié aux objectifs climatiques, pour la première fois, de respect de l’État de droit devient une condition pour l’octroi des fonds», a annoncé Charles Michel. Cette conditionnalité rencontrait une forte opposition de la Pologne et la Hongrie, deux pays dans le collimateur de la Commission et du Parlement européen qui ont enclenché une procédure à leur encontre pour des violations de l’État de droit. Viktor Orban, qui avait fait planer des menaces de veto au sommet, a réclamé la fin de cette procédure dite de «l’article 7» à l’encontre de son pays, qui peut en théorie déboucher sur des sanctions. La presse hongroise pro-Orban a salué une «grande victoire».

Les sources de tension n’ont pas manqué au cours de ce sommet marathon. Emmanuel Macron a notamment haussé le ton pour dénoncer la mauvaise volonté et les «incohérences» des frugaux. Mais le sommet a aussi été l’occasion d’une relance spectaculaire du couple franco-allemand, après des mois d’impatience et de frustrations réciproques, et du même coup du projet européen, ébranlé par la crise du Covid-19.

(L'essentiel/AFP/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jingsa le 21.07.2020 07:56 Report dénoncer ce commentaire

    Historique effectivement , les 27 viennent de contracter une dette colossal pour nos enfants.

  • seewide le 21.07.2020 07:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Poudre aux yeux. Ils ont été des incompétents dans la gestion de cette crise mais vont être experts pour en faire payer les conséquences aux autres

  • pffff le 21.07.2020 13:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je me demande surtout ou vont encore disparaître tout ces milliards dont on ne voit pas souvent le résultat de leur injection ds l’économie

Les derniers commentaires

  • Republique bananière le 21.07.2020 19:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour les gens qui ne veulent pas de dettes: pensais maintenant au monde sans les milliards émis par les banques centrales pour maintenir notre niveau de vie. 40% de chômage, guerre civiles et à (court) terme guerre mondiale (atomique). Alors merci qui?

  • Joseph le 21.07.2020 18:57 Report dénoncer ce commentaire

    Très bien plus d'argent pour les banques et bien sur fonds d'investissements... Plus combiem d'industries vont être déplacés vers dehor l'Europe ??? On na vu bien que des chou se simoles comme des masques étaient produits en chine... Tous ces politicians et financiers don des traites des peules europeenes..

  • Ezechiel le 21.07.2020 14:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Reconstruire la cathédrale de Nantes.. ? Elle n'est pas détruite que je sache. travaux oui. De toute façon on mettra la main au portefeuille et c'est normal.

  • pffff le 21.07.2020 13:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je me demande surtout ou vont encore disparaître tout ces milliards dont on ne voit pas souvent le résultat de leur injection ds l’économie

    • Unicorn le 22.07.2020 18:57 Report dénoncer ce commentaire

      80% des aides d'Etat pour sauver les banques en 2008 ont fini dans les bulles spéculatives de l'immobilier, des sociétés et de la bourse. Sans aucune contrepartie dans l'économie réelle. L'histoire est en train de se répéter, cela permettra aux GAFA de coloniser l'espace...

  • George le 21.07.2020 12:13 Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi certains devront encore payer pour d'autres ????

    • Roger le 21.07.2020 13:27 Report dénoncer ce commentaire

      puisqu'on te dit que c'est pour notre bien!

    • eurodéfeque le 21.07.2020 13:40 Report dénoncer ce commentaire

      L'UE c'est pour notre bien. C'est notre projet... comme le vivre ensemble, le prolo lambda ne doit surtout pas se prononcer sur le sujet... maintenant retourne au travail !

    • Kevin le 22.07.2020 07:03 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi sur 750 milliards le Luxembourg ne prends que 100 millions ? Soit 0.01%???