Pays-Bas

08 mai 2012 13:22; Act: 08.05.2012 13:42 Print

La «carte cannabis» a du mal à passer

Coffee shops fermés en signe de protestation, hausse de la vente illégale… La mise en place de la «carte cannabis», en vigueur depuis une semaine dans le sud des Pays-Bas, est chaotique.

storybild

De nombreuses manifestations ont accompagné la mise en place de la nouvelle loi le 1er mai. (Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

«Il faut du temps pour que tout se mette en place», reconnaît Charlotte Menten, une porte-parole du ministère néerlandais de la Justice et de la Sécurité. Entrée en vigueur le 1er mai dans le sud du pays, la «carte cannabis» doit permettre d'endiguer les embouteillages, tapage nocturne et prolifération de vendeurs de drogue provoqués par l'afflux de millions d'étrangers venus acheter du cannabis dans les coffee shops.

La nouvelle législation, qui concerne dans un premier temps environ 80 des 670 coffee shops néerlandais, doit faire de ces établissements des «clubs fermés» comptant au maximum 2 000 membres domiciliés aux Pays-Bas et âgés de plus de 18 ans. Elle sera étendue à tout le pays en 2013. Les quatorze coffee shops de Maastricht (sud-est), foyer de la résistance contre la «carte cannabis», sont fermés depuis le 1er mai en signe de protestation contre cette mesure «discriminatoire» et qui entraînera une baisse importante de leur chiffre d'affaires, selon eux.

«Nous allons pouvoir saisir la justice»

Un seul d'entre eux, l'«Easy Going», avait ouvert les 1 et 2 mai, le temps de recevoir un avis de fermeture temporaire de la municipalité pour avoir vendu du cannabis à des Belges et des Allemands. «Nous allons pouvoir saisir la justice», affirme Marc Josemans, propriétaire de l'«Easy Going» et président de l'Association des coffee shops de Maastricht: «Nous n'attendions qu'une chose, que la municipalité nous ordonne de fermer!».

«Le gouvernement veut appliquer à l'échelle nationale une solution destinée à régler un problème local, à Maastricht», soutient de son côté Willem Vugs, président de l'Association des coffee shops de Tilburg. «Ici, il n'y a pas ou peu de nuisances liées aux coffee shops», assure-t-il. Sept des onze coffee shops de Tilburg, fermés depuis le 1er mai en signe de protestation, ont rouvert lundi et respectent désormais la loi. «Ils ont très très peu de clients», assure M. Vugs.

Les Belges vont désormais plus au nord

Ailleurs dans le sud du pays, la nouvelle législation se met en place «sans trop de problèmes», affirme la police. Si à Breda, Maastricht, Venlo et Tilburg, les contrôles policiers sont réguliers, ailleurs comme à Eindhoven, ils n'ont pas encore débuté, les policiers chargés des contrôles étant en cours de formation. À Den Bosch, Oss et Uden, plus éloignées de la frontière belge, «les contrôles ne sont pas une priorité» car les nuisances liées au tourisme de la drogue y sont «réduites», selon un porte-parole de la police locale.

La vente illégale de cannabis dans la rue a augmenté à Maastricht et Venlo (sud-est), selon la police, ce qui n'est pas le cas pour le moment au sud et au sud-ouest des Pays-Bas. La nouvelle législation ne décourage toutefois pas certains touristes de la drogue qui se rendent plus au nord, là où la «carte cannabis» n'est pas encore en vigueur, comme à Nimègue (est). «Depuis quelques jours, il y a des voitures avec des plaques belges dans le centre et qui sont clairement là pour les coffee shops», raconte Florian Vingerhoeds, porte-parole de la police locale : «Avant, on ne voyait jamais de plaques belges»

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • UnConso. le 10.05.2012 02:22 Report dénoncer ce commentaire

    bien dit luc! malheureusement les gens gardent les yeux fermes et ca va continuer comme ca! cannabis devrait etre legal parce que les gens devraient pas se meler des choses dont ils sont meme pas concernees. les gens parlent que de la dependance et oublient que la majorite des cons. de canna. considerent le canna. comme un accesoire. le traffic de drogues va jamais disparaitre APPRENONS A VIVRE AV

  • Luc le 08.05.2012 16:55 Report dénoncer ce commentaire

    savent que les dealers qui s'approvisionnent aux Pays-Bas le font non pas dans les coffees shops mais bien dans la rue grace aux rabbateurs qui les envoient acheter le gros dans des appartements non loin. Ce trafic là va continuer, pas besoin de carte de membre... sa fait monter les prix. A qui profite le système? Ouvrez les yeux!

Les derniers commentaires

  • UnConso. le 10.05.2012 02:22 Report dénoncer ce commentaire

    bien dit luc! malheureusement les gens gardent les yeux fermes et ca va continuer comme ca! cannabis devrait etre legal parce que les gens devraient pas se meler des choses dont ils sont meme pas concernees. les gens parlent que de la dependance et oublient que la majorite des cons. de canna. considerent le canna. comme un accesoire. le traffic de drogues va jamais disparaitre APPRENONS A VIVRE AV

  • Luc le 08.05.2012 16:55 Report dénoncer ce commentaire

    savent que les dealers qui s'approvisionnent aux Pays-Bas le font non pas dans les coffees shops mais bien dans la rue grace aux rabbateurs qui les envoient acheter le gros dans des appartements non loin. Ce trafic là va continuer, pas besoin de carte de membre... sa fait monter les prix. A qui profite le système? Ouvrez les yeux!