En Allemagne

15 décembre 2019 17:55; Act: 16.12.2019 12:29 Print

La castration à vif des porcelets fait polémique

Saisie par une association, la Cour constitutionnelle allemande va se pencher sur la castration des porcs sans anesthésie, très répandue dans les élevages mais qui soulève une contestation croissante.

storybild

La castration à vif cause une intense douleur aux animaux. (photo d'illustration). (photo: iStock)

Sur ce sujet
Une faute?

L'organisation de protection des animaux Peta a déposé mi-novembre un recours constitutionnel contre ce procédé destiné à éviter la mauvaise odeur dégagée par la viande de certains porcs mâles. Effectuée sans anesthésie sur les porcelets de moins de huit jours, la castration cause une intense douleur aux animaux.

Procédure inédite, l'ONG a saisi la justice en tant que représentante des porcs, dont elle estime les droits «bafoués»: elle demande par ce biais aux juges de leur reconnaître des droits individuels. «Des entités non strictement humaines, comme des entreprises ou des associations bénéficient d'une personnalité juridique. Pourquoi donc ne pas l'accorder aux animaux?», argumente auprès de l'AFP, l'avocate de l'association, Cornelia Ziehm.

Libération d'une chimpanzé

Pour Peta, le droit allemand, qui permet à «tout un chacun» («jedermann») de demander la protection en justice de ses droits, ouvre la voie à cette reconnaissance, dans la mesure où la Constitution impose à l’État fédéral de «protéger les animaux» par responsabilité pour les «générations futures». «Aucun droit individuel n'est accordé aux animaux» dans ce texte, estime toutefois Jens Bülte, professeur spécialiste en droit des animaux à l'université de Mannheim.

L'idée de donner une personnalité juridique aux êtres vivants non-humains a fait son chemin ces dernières années, à la faveur du développement du mouvement antispéciste. Selon ses défenseurs, elle leur assurerait une meilleure protection devant les tribunaux, une notion qui commence d'ailleurs à dépasser les cercles militants.

En Argentine, fin 2016 le tribunal de Mendoza a ordonné la libération de Cecilia, une femelle chimpanzé qui se morfondait dans un zoo, relevant son droit de ne pas être emprisonnée sans jugement en vertu de l'habeas corpus, une disposition fondamentale du droit anglo-saxon. Mais la requête de Peta a «peu de chances d'aboutir» car «la loi fondamentale est largement tournée vers la protection des droits humains» prédit le professeur Jens Bülte.

Interdiction repoussée

En 2013, les députés du Bundestag ont adopté une interdiction de la castration des porcs sans anesthésie au 1er janvier 2019, avant de décider, fin 2018, de la repousser à 2021. Les parlementaires de la coalition au pouvoir, du SPD (sociaux-démocrates) et de la CDU (chrétiens démocrates), pointaient à l'époque du doigt «le manque d'alternatives concrètes» à ce procédé. Les pistes avancées pour remplacer la castration à vif -anesthésie locale, détection des carcasses odorantes à l'abattoir, sélection génétique- ne «répondent pas pour le moment aux exigences de la pratique», regrettaient les députés.

Une décision saluée par les organisations agricoles, qui demandaient plus de temps pour s'adapter, craignant une forte hausse des coûts de production mettant en danger les élevages face à la concurrence internationale, pour une filière déjà en difficulté économique. «L'industrie de la viande s'oppose aux mesures en faveur du droit des animaux principalement pour réduire ses coûts», avait déploré le président du groupe écologiste au Bundestag, Anton Hofreiter.

L'Improvac, un produit permettant, grâce à deux piqûres en début et en fin de vie, de supprimer la mauvaise odeur des carcasses de porcs, constitue le principal espoir d'une filière pour qui le temps presse avant l'interdiction définitive de 2021. Un projet test sur 100 000 porcs a d'ailleurs été initié dans le nord du pays par les syndicats agricoles locaux. L'Improvac, autorisé depuis 2009 dans l'Union Européenne, n'avait pas été développé en Allemagne en raison de son coût élevé.

En France, le ministre de l'agriculture Didier Guillaume a évoqué en novembre une interdiction pour fin 2021, sans faire toutefois d'annonce officielle. Des mesures sur le bien-être animal sont attendues dans les prochaines semaines. Certains pays européens ont déjà mis fin à la castration des porcelets, comme la Norvège, la Suisse et la Suède.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • virinoh le 15.12.2019 22:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On fait des atrocités aux animaux à peine nés car sinon l’industrie de la viande ferait moins de profits. C’est quoi ce monde?!

  • Sowat le 15.12.2019 18:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comment peut-on faire une chose pareille !, c'est monstrueux !

  • Dimitri Lebeauf le 15.12.2019 19:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon rappelons que ces animaux vont tous finir à l'abattoir puis en chair à saucisse mais c'est bien d'essayer d'être correct avec eux avant l'abattage

Les derniers commentaires

  • Doe le 16.12.2019 16:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Miam, du bon porcelet grillé.

  • baboun le 16.12.2019 14:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comme les castrats, ils chantent mieux après.

    • Stéphanie le 16.12.2019 23:10 Report dénoncer ce commentaire

      Oui mais en soprano et non plus en ténor

  • Jacques Vincennes le 16.12.2019 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense qu'il serait salutaire à tout un chacun et ce avant même de s'autoriser à émettre le moindre jugement, de tenter pour un temps de ne plus consommer que ce qu'il aura lui-même produit.

  • Maeleine Hermal le 16.12.2019 13:35 Report dénoncer ce commentaire

    On va d'abord s'occupper de faire étendre et appliquer l'interdition de l'excision et ensuite on se penchera sur le cas de nos chers petits cochons,

    • BlabLaCar le 16.12.2019 16:15 Report dénoncer ce commentaire

      L'un empeche pas l'autre, sauf pour ceux qui ne font que parler...

  • Le Vieux Du Lac le 16.12.2019 10:52 Report dénoncer ce commentaire

    C'était mieux quand on élevait nos bêtes, poules, moutons, lapins.. on les tuait et on les mangeait pour la famille, il y avait moins de gaspillages, si on pense à combien de viande est jetée ou reconditionnée dans des produits pas vraiment bons pour la santé..