Balkans

15 décembre 2019 10:59; Act: 15.12.2019 11:06 Print

La Croatie, désertée, prend la tête de l'UE

Aux yeux de ses voisins, la Croatie est l'heureuse élue qui a réussi à rejoindre l'UE voici six ans. Mais cela n'empêche pas ses habitants de continuer à s'en aller.

storybild

Dans les villes et villages de l'est et du centre, des panneaux «à vendre» sont accrochés aux murs de maisons vidées de leurs habitants partis chercher une vie meilleure.

Sur ce sujet
Une faute?

Alors que Zagreb assumera pour la première fois le 1er janvier la présidence tournante de l'Union européenne, le gouvernement se demande comment mettre fin à un exode qui a vidé depuis 2013 des régions entières de ce pays riverain de l'Adriatique.

Dans les villes et villages de l'est et du centre, des panneaux «à vendre» sont accrochés aux murs de maisons vidées de leurs habitants partis chercher une vie meilleure dans des pays européens plus riches.

«Les rires des enfants sont de plus en plus rares», se lamente Visnja Cosic, 50 ans, qui vend des légumes sur un marché de Petrinja, d'où sont partis un habitant sur huit ces dix dernières années. «Dans les petites villes, il n'y a pas de boulot», explique-t-elle. Son mari Mario comprend pourquoi les gens désertent. «Si j'avais 20 ans de moins, je m'achèterais un aller simple pour sortir», confie-t-il.

Depuis six ans, les exportations ont augmenté, les financements européens ont afflué. Mais le salaire moyen de 862 euros (943 francs) mensuels ne peut pas rivaliser avec ce qui se pratique ailleurs. La Croatie n'est pas non plus épargnée par la corruption et le népotisme qui règnent dans tous les Balkans.

Ras-le-bol

De fait, en ouvrant les portes de l'UE, l'adhésion a accéléré l'émigration. Aujourd'hui, 15,4% de la population active vit dans un autre pays européen, soit la proportion la plus forte derrière la Roumanie, selon Eurostat.

La Croatie comptait au dernier recensement de 2011 4,2 millions d'habitants. Mais depuis 2013, 190 000 personnes sont parties. Et comme les statistiques officielles ne comptent pas ceux qui ne signalent pas leur départ, les spécialistes estiment que 300 000 habitants manquent à l'appel.

D'après un sondage réalisé en novembre par l'Université de Zagreb, plus des deux tiers des gens émigrent pour des raisons économiques. La seconde raison avancée c'est le ras-le-bol face à la corruption.

«Les gens ont l'impression que leur situation économique est mauvaise mais ne voient pas comment la changer car les 'règles du jeu' sont fixées, le système est corrompu», dit Zvonimir Galic, professeur de psychologie à l'Université de Zagreb auteur de l'étude.

«Une offre que je n'ai pu refuser»

Ana-Marija Hota a tenu pendant dix ans à Zagreb un salon de coiffure qui marchait bien. Mais deux mois après l'entrée dans l'UE, elle est partie avec son mari informaticien et leurs deux enfants en Irlande, destination privilégiée des émigrés croates avec l'Allemagne et l'Autriche.

«Les meilleurs salaires n'étaient qu'une des raisons», raconte Mme Hota, 37 ans, qui cumule désormais à Dublin deux emplois, dans la coiffure et le marketing numérique. L'autre motif, «c'est la corruption, le caractère intouchable des politiciens soupçonnés de malversations et l'intolérance».

Les campagnes se vident rapidement mais les jeunes éduqués de Zagreb font aussi leurs valises, alimentant une «fuite des cerveaux». «J'ai reçu une offre que je n'ai pas pu refuser», explique Ivan Krpelnik, informaticien de 26 ans, qui travaille en Allemagne depuis août. «Ici, le travail et l'effort sont bien plus appréciés qu'en Croatie», relève-t-il.

«Effondrement»

D'autres nouveaux membres d'Europe de l'Est ont vécu la même chose après l'adhésion. Mais la Croatie a une population minuscule ce qui la rend plus vulnérable à l'hémorragie de ses habitants, souligne le démographe Stjepan Sterc.

Le taux de natalité est faible et le pays est au bord d'un «effondrement démographique» qui n'est pas de bon augure pour l'économie en général, sans parler du système de retraites, ajoute-t-il.

Le PNB par habitant est le deuxième plus bas de l'UE après la Bulgarie, selon Eurostat. L'économie, fortement dépendante du tourisme, manque de bras et compte sur des migrants venus de la région, Bosnie, Serbie ou Kosovo pour fonctionner.

Le gouvernement admet qu'il y a un problème mais a du mal à renverser la vapeur. La présidente Kolinda Grabar-Kitarovic, en lice pour un second mandat à la présidentielle du 22 décembre, a récemment estimé que les «tendances démographiques négatives» représentaient le «principal défi» d'une Croatie.

Le gouvernement a annoncé cette année une série de mesures pour encourager les jeunes à rester et faire des enfants. La question démographique est au coeur de «la survie de la nation croate», assurait cet été le Premier ministre Andrej Plenkovic.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Samir le 15.12.2019 16:09 Report dénoncer ce commentaire

    Aujourd’hui on dit que Tito a été dictateur mais tout le monde sait très bien qu'à l'époque de Tito on vivait mieux que dans plus part des pays de l'Europe occidentale. Voilà que le prix de la " liberté " découvre les visages de ceux qui sont faits disparaitre un magnifique pays comme la Yougoslavie.

  • Goran le 15.12.2019 18:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça c'est la vérité ????

  • Dragan le 15.12.2019 17:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Samir a bien raison mais les hommes comme Tito sont rares, ils avait eu le courage de dire non à l'impérialisme occidental en 1945 puis aussi non à l'ingérence de l'URSS en 1948 pour une vraie indépendance de l'ouest et aussi de l'est. Ainsi contrairement aux autres en Europe de l'est, tous les Yougoslaves pouvaient voyager alors que les Polonais par ex. étaient occupés et enfermés chez eux par l'URSS/Russie. Tito reste dans le cœur de beaucoup de Yougoslaves !!!

Les derniers commentaires

  • Triste constat le 16.12.2019 21:27 Report dénoncer ce commentaire

    C'est la preuve qu'il y a un fameux décrochage entre les dirigeants de l'Europe et la réalité des citoyens qu'ils représentent.

  • Jèje le 16.12.2019 09:05 Report dénoncer ce commentaire

    Quand tu vois l'état de délabrement de Zagreb et que tu penses à toutes ces devises qui entrent dans les caisses de l'état grâce au tourisme tu comprends tout de suite .

  • Chouette237 le 15.12.2019 18:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je le redis : Yougo-Nostalgie !! C’était mieux avant .... mais bon ... faut vivre avec son temps

  • Goran le 15.12.2019 18:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça c'est la vérité ????

    • Samir le 16.12.2019 06:09 Report dénoncer ce commentaire

      Pardon mais on ne comprend pas. Vous ne ne croyez pas aux chiffres de démographie du gouvernement de Croatie? Veuillez préciser Goran.

    • Goran le 16.12.2019 06:33 Report dénoncer ce commentaire

      Exactement. Aujourd'hui, 15,4% de la population active vit dans un autre pays européen, ils disent. Mais les chiffres ne sont pas fiables, c'est sans doute encore plus, alors comment croire le gouvernement croate???

  • Dragan le 15.12.2019 17:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Samir a bien raison mais les hommes comme Tito sont rares, ils avait eu le courage de dire non à l'impérialisme occidental en 1945 puis aussi non à l'ingérence de l'URSS en 1948 pour une vraie indépendance de l'ouest et aussi de l'est. Ainsi contrairement aux autres en Europe de l'est, tous les Yougoslaves pouvaient voyager alors que les Polonais par ex. étaient occupés et enfermés chez eux par l'URSS/Russie. Tito reste dans le cœur de beaucoup de Yougoslaves !!!