Genève

22 août 2019 17:04; Act: 22.08.2019 17:21 Print

La girafe protégée pour éviter son extinction

Les délégués à la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction ont reconnu que la survie du plus grand mammifère était menacée.

Sur ce sujet
Une faute?

Une centaine de pays ont voté ce jeudi à Genève en faveur de la régulation du commerce international des girafes, afin de protéger ce grand mammifère menacé d'une «extinction silencieuse».

Les délégués à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) ont ainsi reconnu pour la première fois que le commerce de peau, de cornes, de sabots et d'os de girafes notamment constituait une menace pour la survie de l'espèce. La décision a été adoptée en commission par 106 voix contre 21 et 7 abstentions. Elle devra encore être confirmée en séance plénière d'ici le 28 août, date de la clôture de la CITES.

Déclin de 40%

La population des girafes d'Afrique a décliné de quelque 40% au cours des trois dernières décennies et compte aujourd'hui moins de 100 000 animaux, selon les derniers chiffres fournis par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Et pourtant, le vote de jeudi, qui permet d'inscrire les girafes à l'Annexe II de la CITES afin de tracer et réguler leur commerce international, a donné lieu à un vif débat entre pays africains.

La proposition émanait d'un groupe de pays de l'ouest, du centre et de l'est de l'Afrique où la population des girafes a été particulièrement décimée. Le délégué du Tchad a notamment relevé que «le commerce frontalier illégal représente une menace importante pour la survie des girafes». Ce groupe de pays a dû affronter la ferme résistance de pays d'Afrique australe où ce grand mammifère est mieux protégé et évolue dans un meilleur environnement.

Régulation injuste pour certains

L'Afrique du Sud, le Botswana et la Tanzanie en particulier ont affirmé qu'il y avait peu de preuves que le commerce international soit la cause du déclin des girafes. Et ils ont estimé injuste d'imposer une régulation internationale à des pays qui s'efforcent de protéger leurs girafes. «Une telle décision revient à ne pas reconnaître nos efforts pour la conservation», a déclaré le délégué tanzanien.

Le Secrétariat de la CITES pense également que le déclin des girafes est davantage dû à la perte de leur habitat en raison des activités humaines plutôt qu'au commerce. Ce vote signifie que le commerce légal d'articles provenant de girafes, y compris les trophées rapportés par des chasseurs, sera désormais soumis à des contrôles au niveau mondial. Les organisations écologistes présentes à Genève se sont félicitées de cette victoire.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tatjana le 22.08.2019 21:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec le changement climatique, l'homme fait disparaître les animaux aussi, c'est terrible, c'est à nous d'y penser car les animaux ne peuvent pas se défendre !!! Moi je soutiens la petite Greta en tout cas !!!

Les derniers commentaires

  • Tatjana le 22.08.2019 21:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec le changement climatique, l'homme fait disparaître les animaux aussi, c'est terrible, c'est à nous d'y penser car les animaux ne peuvent pas se défendre !!! Moi je soutiens la petite Greta en tout cas !!!