Allemagne

22 mai 2018 15:37; Act: 22.05.2018 16:01 Print

La justice refuse encore d'incarcérer Puigdemont

La cour régionale compétente du Schleswig-Holstein a de nouveau estimé qu'il n'y avait aucun risque de fuite du responsable indépendantiste catalan.

storybild

Carles Puigdemont ne retournera pas en prison dans l'immédiat. (photo: AFP/Tobias Schwarz)

Sur ce sujet

Un tribunal allemand a rejeté mardi une nouvelle demande du parquet d'incarcérer le responsable indépendantiste catalan, Carles Puigdemont. Il attend une décision dans les jours ou semaines à venir sur son éventuelle remise à l'Espagne. Après une première vaine tentative le mois dernier, le procureur allemand chargé du dossier a demandé une nouvelle fois son placement en détention, arguant d'un risque de fuite accru. Mais son argumentation a été rejetée par la cour régionale compétente du Schleswig-Holstein, selon un communiqué de cette dernière.

Ce même tribunal du nord de l'Allemagne avait déjà ordonné en avril la remise en liberté de la figure centrale du séparatisme catalan, dans l'attente de l'examen sur le fond de la demande de remise formulée par l'Espagne. Madrid a émis un mandat d'arrêt européen et veut le juger pour rébellion et de détournement de fonds pour avoir proclamé l'indépendance de la Catalogne l'an dernier. Or, la justice allemande a émis des doutes quant à la validité de ces chefs d'accusation au regard du droit national.

Le parquet allemand a lui estimé que les réponses apportées par l'Espagne pour justifier des poursuites étaient convaincantes. À ses yeux, cela accroît le risque de fuite de M. Puigdemont, arrêté fin mars en Allemagne, alors qu'il cherchait à rejoindre sa terre d'exil belge.

Pas de risque croissant de fuite

Mais le tribunal compétent a rétorqué qu'il «n'a pas constaté de risque croissant de fuite», soulignant que l'ex-président catalan se pliait aux conditions de son contrôle judiciaire. Pour le parquet allemand, des informations supplémentaires transmises par Madrid pour étayer son dossier, notamment des vidéos, montrent pourtant «des actes de violence contre la police espagnole» par des militants indépendantistes, ce qui justifie à ses yeux des poursuites pour rébellion.

Le parquet a ajouté mardi qu'il allait sous peu formellement demander au tribunal d'autoriser le renvoi en Espagne de l'ex-président catalan. Le tribunal compétent, qui aura le dernier mot, a toutefois laissé entendre jusqu'ici qu'il n'était pas convaincu par les accusations de rébellion. Reste à savoir s'il autorisera ou non une remise de M. Puigdemont pour des accusations moins graves de détournements de fonds publics.

Après la déclaration d'indépendance avortée de la Catalogne, le 27 octobre, M. Puigdemont s'est exilé et a renoncé à diriger la région. Un proche a pris sa place ce mois-ci, après des mois sous tutelle madrilène.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Opinion le 22.05.2018 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement que la justice allemande fasse preuve d'indépendance.

Les derniers commentaires

  • Opinion le 22.05.2018 16:43 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement que la justice allemande fasse preuve d'indépendance.