Royaume-Uni

10 décembre 2019 07:19; Act: 10.12.2019 14:46 Print

La photo qui embarrasse Boris Johnson

Le cliché d'un garçon de quatre ans contraint d'attendre plusieurs heures par terre dans un hôpital a choqué l'opinion et gêné le Premier ministre britannique.

storybild

Boris Johnson a réitéré sa promesse de campagne d'investir massivement dans le domaine de la santé. (photo: Getty Images)

Sur ce sujet
Une faute?

À trois jours des législatives, le Premier ministre britannique Boris Johnson a été mis dans l'embarras lundi par la publication d'une photo d'enfant attendant des soins, par terre dans un hôpital, illustrant les difficultés du système public de santé après des années d'austérité conservatrice.

La photo de Jack faisait la une du tabloïd de gauche Daily Mirror: ce garçon de quatre ans, présentant des symptômes d'une pneumonie, a été emmené en ambulance aux urgences d'un hôpital de Leeds puis contraint d'attendre plusieurs heures, couché par terre sur un manteau, pour être examiné. Une expérience à ce point traumatisante pour la maman que celle-ci va «voter travailliste pour la première fois» de sa vie, a-t-elle raconté au quotidien, qui mène la charge contre les coupes budgétaires dans le service de santé (NHS), un enjeu majeur de la campagne, avec le Brexit.

«Je suis fâchée du manque de financement et du manque de lits parce qu'on laisse tomber nos enfants», s'est insurgée Sarah Williment. Son fils, qui a ensuite dû attendre cinq heures supplémentaires sur un brancard, a finalement été diagnostiqué avec une grippe et une angine. Le conservateur Boris Johnson a réagi sur la radio LBC, assurant «compatir beaucoup avec tous ceux qui ont eu une mauvaise expérience (avec le NHS)» et a présenté ses excuses, tout en réitérant sa promesse de campagne d'y investir massivement.

Adversaires choqués

Plus tard, le Premier ministre s'est emparé du téléphone portable d'un journaliste de la télévision ITV qui l'interrogeait et tentait de lui montrer la photo de l'enfant, cherchant à éluder la question. Selon les images de l'interview publiées sur Twitter, il a fini par rendre l'appareil, regardant la photo «terrible» et s'excusant encore.

Le chef des travaillistes, Jeremy Corbyn, a sauté sur l'occasion pour l'attaquer: «Il a eu neuf ans (les années au pouvoir des conservateurs) pour financer le NHS comme il se doit. Un enfant soigné par terre est une honte pour notre société», a-t-il dit dans un discours enflammé à Bristol. Le ministre de la Santé, Matt Hancock, s'est dit «horrifié» sur la BBC et a assuré vouloir «améliorer» la situation du NHS. Dépêché lundi après-midi à l'hôpital, le Leeds General Infirmary, il a été chahuté à son départ par un petit groupe de manifestants criant notamment «honte à vous».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Loquitto le 10.12.2019 07:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J'ai de la peine pour le peuple britannique. Tout ça c'est un cirque et une perte de temps pas vraiment nécessaire. Et en surplus il pénalisent toute l'europe

  • Grand est le 10.12.2019 08:04 Report dénoncer ce commentaire

    Triste, triste ... Voir cela à notre époque, nous régressons.

  • evident le 10.12.2019 09:37 Report dénoncer ce commentaire

    La santé est devenu une affaire de gros sous où l'humain n'a malheureusement plus sa place ...

Les derniers commentaires

  • violoric le 10.12.2019 13:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Étonnantes ces révélations toujours sorties du chapeau quelques jours avant une élection. Je ne peux croire que les médias, avides de démocratie, cherchent à influencer les votes des électeurs...!!!!!!

    • Le Belge, une fois le 10.12.2019 17:25 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait d'accord avec votre observation.

  • Danarbog Hast le 10.12.2019 13:20 Report dénoncer ce commentaire

    Patientons encore quelques mois et on pourra parler de la Grande Bretagne au passé décomposé.

  • Ronald le 10.12.2019 11:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il m'est arrivé la même chose en France il y a quelques années, 4-5h par terre et souffrant, opération dès le lendemain.

  • Oncle S. le 10.12.2019 11:49 Report dénoncer ce commentaire

    Ne vous leurrez pas, c'est ce qui arrive ajd en France et en Belgique. Au Luxembourg, nous somes habitués à des services hospitaliers sous-dimensionnés et nous nous reposons largement sur les pays frontaliers. Pas plus tard que la semaine dernière j'étais en France pour une consultation pédiatrique car l'unique spécialiste au Luxembourg est en absence longue durée et on nous a dit d'aller consulter à l'étranger.

    • Fred Mayer le 10.12.2019 13:23 Report dénoncer ce commentaire

      @Oncle S: On a les moyens de faire du marketting en achetant des robots hors de prix dont on aurait pas besoin si nos praticiens étaient un tant soit peu compétents. Et en même temps on fait du lobbiisme pour empêcher les gens compétent de nous concurrencer. Conclusion je ne me fais plus soigner au Luxembourg.

    • Le Belge, une fois le 10.12.2019 17:27 Report dénoncer ce commentaire

      Nous (ma famille) c'est le contraire: ZERO problèmes au GDL.Service impec, pro et sympa dans les hostos luxembourgeois.

    • Dan Ohn le 10.12.2019 17:39 Report dénoncer ce commentaire

      Les robots sont achetés pour permettre une qualité et une précision de soin qu'un opérateur humain ne pourrait pas donner. Si un jour vous devez avoir une opération en micro-chirurgie réparatrice vous serez heureux de pouvoir disposer de ces outils

  • Thunderbird le 10.12.2019 11:13 Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde sais que le système de santé anglais est défaillant !...Il n'est pas le seul d'ailleurs...Celui de la France est aussi à bout de souffle.

    • Claude M le 10.12.2019 13:25 Report dénoncer ce commentaire

      C'est la France qui est à bout de souffle : l'argent manque, mais les compétence sont là. Chez nous c'est le contraire, on a des moyens financiers et les incompétents qui vont avec.