Allemagne/Affaire Maddie

12 juin 2020 13:59; Act: 12.06.2020 14:26 Print

La police avait le suspect dans le viseur depuis 2013

Alors qu'elle a relancé de manière spectaculaire l'affaire Maddie, la police allemande est mise en cause pour avoir informé en 2013 le suspect qu'elle l'avait dans le viseur.

storybild

Ni l'avocat, ni la police de Brunswick n'ont voulu réagir aux informations du magazine. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La police allemande est mise en cause dans l'enquête sur la disparition de la petite Britannique Maddie pour avoir informé dès 2013 le principal suspect qu'elle l'avait dans le collimateur, affirme Der Spiegel vendredi.

La police allemande a relancé de manière spectaculaire l'enquête sur la mystérieuse disparition de Madeleine McCann, trois ans, en 2007 en annonçant il y a dix jours qu'elle avait identifié un suspect, Christian Brueckner, 43 ans, un pédophile multirécidiviste actuellement en détention à Kiel, dans le nord de l'Allemagne. Il vivait à l'époque des faits à quelques kilomètres de l'hôtel où l'enfant avait disparu.

Du temps pour détruire des preuves

Or, selon Der Spiegel, la police allemande était sur les traces de ce suspect dès 2013, à la suite d'informations transmises par un homme affirmant avoir été un collègue de travail de Christian Brueckner au moment des faits.

Compte-tenu de ce témoignage, la police de Brunswick (nord-ouest) avait immédiatement convoqué Christian Brueckner pour l'entendre en tant que témoin, selon la même source. Dans ce courrier officiel adressé au suspect le 4 novembre 2013, que Der Spiegel assure avoir lu, la police disait clairement au suspect qu'elle voulait l'entendre sur l'affaire Maddie, laissant à Christian Brueckner suffisamment de temps pour détruire d'éventuelles preuves.

Émission

D'ordinaire, les enquêteurs cherchent d'abord à réunir des informations sans confronter frontalement un éventuel criminel. Ni l'avocat, ni la police de Brunswick n'ont voulu réagir aux informations du magazine.

En 2013, la police allemande avait été mise sur la piste de Christian Brueckner, à la suite d'une émission très regardée en Allemagne, qui permet à la police de lancer des appels à témoins.

Un homme affirmant qu'à l'époque Christian Brueckner travaillait avec lui au Portugal, dans le secteur des services liés aux piscines s'était alors manifesté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Alien Observer le 12.06.2020 15:39 Report dénoncer ce commentaire

    il y a comme une subtile et légère sensation de lenteur et d'inefficacité dans cette enquête..

  • Sepp le 12.06.2020 14:52 Report dénoncer ce commentaire

    La police devrait avoir le droit d'entrer tout de suite dans les logements des suspects, surtout en cas de passé criminel. Juste pour faire des photos dans un premier temps. Si le soupcon s'intensifie, la police devrait avoir le droit de fouiller le logement après.

Les derniers commentaires

  • Alien Observer le 12.06.2020 15:39 Report dénoncer ce commentaire

    il y a comme une subtile et légère sensation de lenteur et d'inefficacité dans cette enquête..

    • Système corrompu le 12.06.2020 23:34 Report dénoncer ce commentaire

      La police n'est pas lente mais voila la loi lui ordonne d'apporter les preuves indéniable comme quoi c'est bien le coupable. Si la police aurait pus lui faire une injection de penthotal on saurait si c'est bien lui et aussi ou se trouve le corps de magye mais voila on donne des droits au criminel mais aucun à leurs victimes

  • Sepp le 12.06.2020 14:52 Report dénoncer ce commentaire

    La police devrait avoir le droit d'entrer tout de suite dans les logements des suspects, surtout en cas de passé criminel. Juste pour faire des photos dans un premier temps. Si le soupcon s'intensifie, la police devrait avoir le droit de fouiller le logement après.

    • @Sepp le 12.06.2020 18:16 Report dénoncer ce commentaire

      Ben voyons, je venir faire un tour chez toi parce que j'ai des soupçons et je te suspecte de je ne sais pas trop quoi. Je ferai des photos et on verra bien plus tard si ça servira...