Au Royaume-Uni

18 novembre 2019 08:41; Act: 18.11.2019 10:00 Print

La reconnaissance faciale suscite la controverse

Invoquée comme un progrès sécuritaire par les uns, la reconnaissance faciale, qui est de plus en plus utilisée, est accusée par les autres de nuire aux droits fondamentaux.

storybild

Des passants près d'une caméra de surveillance installée sur Oxford Street, à Londres, le 16 août dernier. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'expérience était menée en toute discrétion. Entre 2016 et 2018, deux caméras de surveillance installées dans le quartier londonien de King's Cross analysaient les visages des passants sans les prévenir par reconnaissance faciale, pouvant les identifier et ainsi suivre leurs mouvements. L'utilisation de cette technologie de pointe près de plusieurs gares très fréquentées de Londres, révélée cet été par le Financial Times, a alimenté la controverse l'entourant, dans une démocratie où son usage n'a pas encore de cadre juridique.

L'entreprise en charge de l'aménagement de la zone a assuré avoir agi «uniquement pour aider la police (...) à empêcher et à détecter les crimes dans le quartier», sans usage commercial. Mais le gendarme britannique de la protection des données, l'Information Commissioner's Office (ICO), s'est saisi de l'affaire. Il a ouvert une enquête et fait part de son inquiétude quant au recours croissant de la reconnaissance faciale, qui permet de comparer les visages captés sur les images de vidéosurveillance à des bases de données. Cette affaire n'est pas isolée et l'association Big Brother Watch dénonce une «épidémie»: des centres commerciaux à Manchester ou à Sheffield, un musée à Liverpool...

«Comme agressé»

Invoquée comme un progrès sécuritaire par les uns, la reconnaissance faciale est accusée par les autres de nuire aux droits fondamentaux. Ed Bridges, 36 ans, attend avec détermination son appel devant la Haute Cour de Cardiff: il poursuit en justice la police galloise pour l'avoir ainsi exposé à cette technologie pendant qu'il faisait ses courses de Noël en 2017 puis lors d'une manifestation en 2018. C'est la première fois qu'une telle action est intentée devant la justice britannique.

La police agissait dans le cadre de tests autorisés et bien signalés par des pancartes. Mais cet employé de l'université de Cardiff dit à l'AFP s'être senti «agressé, volé»: «Ce sont mes données! De la même manière qu'on ne donne pas ses mots de passe, qu'on ne publie pas nos déclarations bancaires en ligne, on a le droit d'attendre (qu'on respecte) notre vie privée et l’État devrait soutenir ce droit, pas le compromettre».

Pour son avocate, Megan Goulding, de l'organisation de défense des droits de l'homme Liberty, la reconnaissance faciale engendre notamment un fort risque «d'autocensure» pour les citoyens exposés à une technologie de surveillance aussi avancée. Pourtant, selon un sondage commandé par l'ICO en début d'année, cette pratique bénéficie d'un très large soutien du public, plus de 80% des personnes interrogées se disant favorable à son usage par la police.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tom le 18.11.2019 18:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "They who can give up essential liberty to obtain a little temporary safety deserve neither liberty nor safety." Benjamin Franklin Je vous laisse traduire Pour ceux qui ne comprennent pas l'importance de garder des libertés ils devraient aussi relire 1984, et minority report (le précrime existe déjà avec l'AI) Il y a 20000 morts en France chaque année pour les accidents domestiques, 85000 femmes déclarent des viols (20% de la réalité)... Et ce n'est pas avec des caméras et des radars que l'on fait avancer les choses. Éducation et non pas répression,

  • robertnorbert le 18.11.2019 10:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Eh ben bravo.. on pourra répertorier votre vie à chaque instant et vous êtes la à dire « si on a rien à se reprocher ». Après vous vous étonnerez d’être menotté du jour au lendemain sans savoir pourquoi. Et finalement parce que vous aurez jeté un papier qui n’aurai pas du aller dans telle ou telle poubelle..

  • 1reiz3 le 18.11.2019 11:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ca va arriver ici aussi: IA, smart cities, IOT, tout sera connecté icompris l'humain. Plus de contrôle plus pour moins de liberter. C'est ce que vous voulez?

Les derniers commentaires

  • good idea le 19.11.2019 14:12 Report dénoncer ce commentaire

    malheureusement c est deja notre quotidien avec les moteur de recherche, les reservations d hotel, nos portables, les cartes de banques donc un peu plus ou peu moins, si ça nous aide a être en sécurité et a arreter les delinquants, terroristes etc, je dis que c est une bonne idée

  • Alleskaabes le 19.11.2019 12:00 Report dénoncer ce commentaire

    aux Etats-Unis tout est surveillé et c'est l'un des pays avec un taux le criminalité le plus élevé du monde, cela dit tout non?

  • Tom le 18.11.2019 18:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "They who can give up essential liberty to obtain a little temporary safety deserve neither liberty nor safety." Benjamin Franklin Je vous laisse traduire Pour ceux qui ne comprennent pas l'importance de garder des libertés ils devraient aussi relire 1984, et minority report (le précrime existe déjà avec l'AI) Il y a 20000 morts en France chaque année pour les accidents domestiques, 85000 femmes déclarent des viols (20% de la réalité)... Et ce n'est pas avec des caméras et des radars que l'on fait avancer les choses. Éducation et non pas répression,

    • @tom le 18.11.2019 19:09 Report dénoncer ce commentaire

      La vidéo ça ne change rien. La délinquance s adapte directement. Et c est bien connu un braqueur ne porte jamais de cagoule. Encore une chose qui va coûter un bras. Je suis completement d accord avec vous.

  • Mouton le 18.11.2019 17:43 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui voudront ne pas être identifiés savent déjà comment faire. Maquillage, masque, casquette, simplement regarder le sol. Donc on ne fliquera que le citoyen lambda. Plus facile à contrôler et qui rapportera de l argent sans se révolter.

  • Mimivergetures le 18.11.2019 13:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Prolux...il n y a pas de tri...ça serait trop coûteux...