Royaume-Uni

22 septembre 2021 23:20; Act: 23.09.2021 12:46 Print

La soirée pyjama se transforme en massacre

Une femme de 35 ans, ses deux enfants de 11 et 13 ans ainsi qu’une jeune fille de 11 ans ont été retrouvés morts dimanche matin. Le petit ami de la trentenaire a été arrêté.

Sur ce sujet
Une faute?

Un effroyable drame est survenu le week-end dernier dans une maison de Killamarsh, au centre de l’Angleterre. Appelés dimanche matin par un témoin inquiet, des policiers ont découvert les corps d’une femme de 35 ans et de trois enfants âgés de 11 et 13 ans. Il s’agissait de Terri Harris, de son fils John Paul, de sa fille Lacey et de la meilleure amie de celle-ci, Connie. Damien Bendall, 31 ans, a été rapidement arrêté et mis en examen mardi pour ce quadruple meurtre. Selon des proches des victimes, le suspect et Terry étaient en couple.

La jeune Lacey, 11 ans, avait invité sa copine Connie à venir passer la nuit chez elle. Pour l’heure, le mobile du crime reste un mystère et la police compte sur la coopération du voisinage pour tenter d’en savoir plus, rapporte The Independent. «Moi-même et l’équipe d’enquêteurs sommes particulièrement désireux d’entendre toute personne qui se trouvait dans le quartier entre 18h le samedi 18 septembre et 7h le dimanche 19 septembre, ainsi que toute personne qui aurait des images de vidéosurveillance de la rue», a indiqué Sally Blaiklock, enquêtrice en cheffe.

Brisé, le père de John Paul et Lacey s’est effondré lundi lors d’une veillée organisée pour les victimes. Sur Facebook, Jason Bennett a rendu hommage à son fils à travers une vidéo: «J’aurais aimé être là et te sauver pour arrêter toute la douleur subie et te dire que tout ira bien. Mais maintenant, je vis la pire chose qu’un parent puisse vivre», a-t-il écrit en légende. «Te voir devenir une jeune femme belle et attentionnée a changé ma vie. (…) Un jour, nous nous retrouverons», a-t-il confié sur une autre vidéo consacrée à sa fille.

«Je n’arrive pas à croire que je ne les reverrai plus jamais. Je veux juste les serrer dans mes bras et les embrasser. J’ai le cœur brisé», a-t-il déclaré au Daily Mail sur les lieux du drame. Charlie Gent, le père de Connie, était incapable de trouver les mots pour décrire sa douleur. «Je ne souhaite à personne de vivre ce que je vis en ce moment», a-t-il confié. La police, de son côté, évoque un incident isolé et ne recherche personne d’autre en relation avec cette affaire.

(L'essentiel/joc)