Vote populaire

25 novembre 2018 14:06; Act: 26.11.2018 17:29 Print

La Suisse ne soutiendra pas les vaches à cornes

Les électeurs suisses se sont prononcés sur trois questions, dimanche, lors de votations. L'une d'elles concernait l'octroi de subventions pour les éleveurs de vaches à cornes.

storybild

Armin Capaul, figure connue en Suisse, avait porté le projet sur le soutien aux éleveurs de vaches à cornes. (photo: AFP/Fabrice Coffrini)

Sur ce sujet
Une faute?

Les électeurs suisses ont voté dimanche contre l'initiative populaire dite «des vaches à cornes», qui prévoyait d'accorder des subventions aux éleveurs qui préserveraient les cornes de leur bétail, selon de premières estimations. Conduite par Armin Capaul, un éleveur écologiste devenu star médiatique en Suisse, cette consultation autour du sort des cornes de l'animal quasi-emblème du pays avait beaucoup fait parler d'elle mais le oui n'a recueilli que 47%, selon les estimations fournies à la mi-journée par l'institut de sondage gfs.bern.

Les électeurs suisses ont en revanche voté en faveur d'un renforcement des capacités de surveillance des assurances santé pour empêcher les fraudes, dans une autre consultation fédérale. Selon gfs.bern, quelque 67% ont ainsi voté en faveur du texte de loi intitulé «base légale pour la surveillance des assurés» qui prévoit une extension des prérogatives des assurances pour se prémunir contre les resquilleurs, et notamment la possibilité «d'observations secrètes» dans le cas «d'indices concrets de perceptions indues».

Enfin, un troisième texte, proposé par l'UDC (Union démocratique du centre, droite populiste), et qui visait à imposer une suprématie de la Constitution suisse sur les traités internationaux signés par la Confédération, a été rejeté. Cette initiative intitulée «le droit suisse au lieu des juges étrangers (initiative pour l'autodétermination)», qui prévoyait d'adapter voire de dénoncer les «obligations de droit international» si elles n'étaient pas conformes à la Constitution helvétique, n'a recueilli que 33% de votes favorables.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jim Kana le 25.11.2018 17:53 Report dénoncer ce commentaire

    A part les cornes quelle est la différence entre une à cornes et une sans cornes?

  • la vache le 25.11.2018 17:13 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres vaches. Il faut vraiment que l'humain s'occupe de tout.

  • Anne le 25.11.2018 22:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les cornes sont arrachées aux tous petits, par un procédé brutal et douloureux, le plus souvent sans anesthésiant. C'est ça la différence..

Les derniers commentaires

  • Knipchen le 26.11.2018 07:44 Report dénoncer ce commentaire

    La fidélité des suisses pour leurs vaches n’est plus ce qu’elle était.

  • Anne le 25.11.2018 22:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les cornes sont arrachées aux tous petits, par un procédé brutal et douloureux, le plus souvent sans anesthésiant. C'est ça la différence..

  • Jim Kana le 25.11.2018 17:53 Report dénoncer ce commentaire

    A part les cornes quelle est la différence entre une à cornes et une sans cornes?

  • la vache le 25.11.2018 17:13 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres vaches. Il faut vraiment que l'humain s'occupe de tout.