Au Royaume-Uni

16 février 2020 15:28; Act: 16.02.2020 15:37 Print

La tempête Dennis fait peser «un danger de mort»

La tempête Dennis a balayé ce dimanche le Royaume-Uni, clouant au sol des centaines d'avions pendant que l'armée est mobilisée et le sud du Pays de Galles en alerte rouge.

Il est tombé 13 cm de pluie en 24 heures.

Sur ce sujet
Une faute?

Pluies torrentielles, vents violents: la tempête Dennis a balayé dimanche le Royaume-Uni, clouant au sol des centaines d'avions pendant que l'armée est mobilisée et le sud du Pays de Galles en alerte rouge, la météo y présentant un «danger de mort». Dimanche midi, le pays connaissait le record du «plus grand nombre d'alertes et d'avertissements en cours contre les inondations jamais enregistrés en Angleterre à ce jour», a indiqué un directeur de l'Agence environnementale (EA) dans un tweet, en dénombrant 594.

Elles s'étendent sur une zone allant du sud de l'Écosse à la Cornouailles (sud-ouest de l'Angleterre), après que plusieurs rivières sont entrées en forte crue. A Aberdaron, dans le sud du Pays de Galles, des vents de plus de 145 km/h ont été enregistrés. Plusieurs centaines de vols à destination ou au départ de l'ensemble du Royaume-Uni sont cloués au sol, ont annoncé les compagnies British Airways et EasyJet. Samedi déjà, 230 vols EasyJet avait été annulés. Le service ferroviaire a aussi été suspendu dans le sud du Pays de Galles, en raison de la présence d'eau sur les voies.

L'Institut météorologique britannique (Met) a placé dimanche matin le sud du Pays de Galles en alerte rouge, le niveau d'alerte le plus élevé, à cause des fortes pluies liées à la tempête Dennis. Une première concernant les pluies depuis décembre 2015. Une alerte rouge équivaut à «des conditions météorologiques dangereuses» présentant «un danger de mort», des risques de perturbations dans l'approvisionnement en énergie et des dommages aux infrastructures. «Nous exhortons les gens à faire attention et à prendre leurs dispositions pour être en sécurité», a déclaré Jeremy Parr, responsable de la gestion des risques d'inondations au sein de l'organisme gouvernemental gallois chargé des ressources naturelles.

Au barrage de Cray Reservoir, dans le sud du Pays de Galles, il est tombé 132,8 mm de pluie entre samedi matin 7h et dimanche matin 8h, soit l'équivalent de plus d'un mois de précipitations sur cette région (110,8 mm en moyenne en février), détaille le MET sur son site internet. À la frontière entre l'Ecosse et l'Angleterre, l'Agence écossaisse de protection de l'environnement (Sepa) a prié les habitants de quitter leur logement. D'autres évacuations sont en cours, notamment dans le village gallois de Skenfrith, a indiqué dimanche la police du Gwent sur son compte Twitter. Elle a lancé aussi un appel à témoins pour un homme disparu samedi, sans dire pour autant si cela était lié à la tempête.

Une autre disparition a été signalée à Brighton, où la police recherche activement une jeune femme d'une vingtaine d'années, qui a été aperçue entrant dans l'eau dimanche vers 02h45. Deux corps ont été repêchés très tôt samedi matin au large de la côte sud de l'Angleterre, dans une mer agitée, au début de la tempête. Il n'est pas encore établi si les circonstances de ces décès sont liées à la tempête Dennis. Samedi, le ministère de la Défense a déployé l'armée dans le West Yorkshire, une zone dans le nord de l'Angleterre durement touchée le weekend précédent par les inondations liées à la tempête Ciara. Plusieurs compétitions sportives prévues dimanche, dont la Coupe d'Angleterre féminine de football, des matchs de rugby et des courses de chevaux, ont été annulées.

La situation restera complexe dimanche après-midi dans les régions du sud du Royaume-Uni, où «des pluies fortes et persistantes se déplaceront lentement vers l'est», a indiqué le Met sur son compte Twitter à 11H48, prévoyant «partout ailleurs un mélange de soleil et d'averses violentes», avec des épisodes «très venteux» dans le nord et l'ouest du pays.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • De Belch d'URSS/Russie, eemol le 16.02.2020 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si c'est nécessaire l'UE pourra toujours les aider je suis sûr

  • SeeYou le 16.02.2020 18:45 Report dénoncer ce commentaire

    Il devient nécessaire d'apprendre à nager. Peut-être même se faire greffer des branchies pour vivre dans l'eau vue comment de présente les choses

Les derniers commentaires

  • SeeYou le 16.02.2020 18:45 Report dénoncer ce commentaire

    Il devient nécessaire d'apprendre à nager. Peut-être même se faire greffer des branchies pour vivre dans l'eau vue comment de présente les choses

  • De Belch d'URSS/Russie, eemol le 16.02.2020 16:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si c'est nécessaire l'UE pourra toujours les aider je suis sûr