En Italie

03 avril 2019 10:12; Act: 03.04.2019 11:07 Print

Le cachalot avait 22 kg de plastique dans le ventre

Une femelle cachalot s'est échouée jeudi dernier, sur une plage de Sardaigne. Son sort a ému le ministre transalpin de l'Environnement.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est une scène hélas de plus en plus courante. Jeudi 28 mars dernier, la carcasse d'un cachalot femelle a été découverte sur la plage de Porto Cervo, au Nord de la Sardaigne. L'information a notamment été dévoilée sur Facebook par le ministre italien de l'environnement, Sergio Casta, qui s'est ému de cette macabre découverte.

Selon les analyses menées par l'organisme de biologie marine Seame Sardinia, 22 kilos de plastique ont été extraits de la carcasse de l'animal long de 6 mètres, parmi lesquels: «Des sacs-poubelles, des filets de pêche, des lignes, des tubes, le contenant d'un liquide de machine à laver encore identifiable, avec marque et code-barres et d'autres objets non identifiables», a listé Luca Bittau, en charge de l'examen du cétacé. Et le scientifique de préciser: «Le cachalot était une femelle enceinte, mais le fœtus est mort».

«Y a-t-il encore quelqu'un qui dit que ce ne sont pas des problèmes importants?»

Face à cette scène, le ministre italien Sergio Casta a publié une longue tirade sur Facebook. «Y a-t-il encore quelqu'un qui dit que ce ne sont pas des problèmes importants?», a interrogé l'homme d’État transalpin. Il invite également chaque pays à mettre en œuvre des politiques pour limiter l'usage massif des plastiques. «Nous avons utilisé de manière insouciante et pendant des années ce confort et aujourd'hui nous en payons les conséquences, comme les animaux», a ajouté le ministre.

Sergio Casta a même affirmé qu'un projet de loi intitulé «#SalvaMare» arrivera au Conseil des ministres dans les prochains jours. Le but serait de permettre aux pêcheurs de ramener à terre tout le plastique pêché en mer, «alors qu'aujourd'hui la loi oblige pratiquement les marins à le rejeter», affirme le ministre de l'Environnement.

(L'essentiel/jfe/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • dawson le 03.04.2019 10:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand on voit les tonnes de déchets le long des routes .... l’Homme scie la branche sur laquelle il est assis .... et elle va bientôt casser !!!!

  • Le Gabonais le 03.04.2019 11:01 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle honte pour la race humaine. Les animaux sont décidément plus évolués que nous...

  • Stef57 le 03.04.2019 10:26 Report dénoncer ce commentaire

    Vivement que l'on en finisse avec le plastique. Au bureu, cela commence par une tasse à café à la place du gobelet en plastique.

Les derniers commentaires

  • Adeline le 03.04.2019 17:36 Report dénoncer ce commentaire

    Porto Cervo, c'est le coin le plus "chic" de l'île, où les touristes n'en ont vraisemblablement rien à cirer du plastique. Pauvre cachalot, tu aurais dû aller sur la côte ouest.....

  • Venzel le 03.04.2019 15:31 Report dénoncer ce commentaire

    Vous imaginez la mort atroce et les souffrances que cet animal à dû subir.

  • Encore le 03.04.2019 11:52 Report dénoncer ce commentaire

    Et ce n'est qu'un début (malheureusement)...

    • Le Gabonais le 03.04.2019 13:56 Report dénoncer ce commentaire

      J'espère que non...

    • Le Burkinabot le 03.04.2019 15:57 Report dénoncer ce commentaire

      L'espoir fait vivre, mais la réalité tue.

  • Viet le 03.04.2019 11:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La faute surtout aux gens qui jettent les détritus dans la mer. Mauvaise éducation...

    • Evolution le 03.04.2019 11:55 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'est pas forcément lié à ça mais principalement des déversement gigantesque d'égoût (avec tout ce qui s'y trouve) etc dans les mers, les déchets peuvent également venir de nauffrages ou de tempêtes (conteneurs tombés à l'eau,...). Le Gange en Inde en est un parfait exemple.

    • Fred le 03.04.2019 16:03 Report dénoncer ce commentaire

      @ Evolution: Quel que soit le moyen c'est toujours un être humain qui est à la base de cette pollution. Le plastique n'est pas le responsable car une formidable invention mais c'est ce qu'en font les humains qui est déplorable.

  • Le Gabonais le 03.04.2019 11:01 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle honte pour la race humaine. Les animaux sont décidément plus évolués que nous...