En France

20 juin 2019 15:40; Act: 20.06.2019 16:29 Print

Le cannabis en cause dans le naufrage de 2018

Le naufrage d'un chalutier avait fait deux morts en 2018 en baie de Saint-Brieuc, en France.

storybild

Le cannabis a sans doute provoqué «un allongement de son temps de réaction et une mauvaise coordination de ses mouvements». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'enquête du Bureau enquête accident (BEA) mer sur le naufrage d'un chalutier qui avait fait deux morts en 2018 en baie de Saint-Brieuc, a conclu à un manque de réaction au moment de l'accident lié notamment «à l'influence du cannabis» sur un matelot qui était à la barre du navire.

L'«Ophélie», un chalutier d'une dizaine de mètres construit en 1989, avait fait naufrage dans la nuit du 3 au 4 décembre 2018 au large de Saint-Brieuc, avec deux marins à bord. Le corps du matelot de 44 ans avait été retrouvé le jour de l'accident tandis que celui du patron de 31 ans avait été retrouvé le 28 décembre, après renflouement du navire.

«Gestion inadaptée»

La perte de stabilité, qui a entraîné le naufrage de l'Ophélie, «est très probablement due à une gestion inadaptée de la croche du chalut sur une roche», note le rapport du BEA, diffusé jeudi.

Le cannabis (9,8 ng/mg de THC dans le sang du matelot) a sans doute provoqué «un allongement de son temps de réaction et une mauvaise coordination de ses mouvements alors qu'il (NDLR: le matelot) était confronté à une situation nécessitant la pleine possession de ses moyens», note le rapport.

Pour le patron, dont le décès est consécutif à «un choc violent au thorax» et non à une noyade, «les tests de dépistage d'alcoolémie et de drogue n'ont pas été effectués» compte tenu du délai entre son décès et l'examen médical, précise le BEA.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Maus le 20.06.2019 16:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une raison de plus de le dépénaliser au lux. bravo......

Les derniers commentaires

  • Maus le 20.06.2019 16:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une raison de plus de le dépénaliser au lux. bravo......

    • Charles le 20.06.2019 17:48 Report dénoncer ce commentaire

      Il n'y a pas de chalutier dans le centre ville. Des gros travaux oui et super lents, une analyse des chefs de chantier au THC ?