Tensions politiques

27 avril 2019 10:49; Act: 27.04.2019 11:01 Print

Le couple exécutif italien vit une scène de ménage

Les tensions sont de plus en plus vives et publiques entre la Ligue et le Mouvement 5 Étoiles, qui forment une coalition en Italie depuis un peu moins d'un an.

storybild

Luigi Di Maio (à gauche) et Matteo Salvini (à droite) sont réunis au sein du gouvernement dirigé par Giuseppe Conte (au centre). (photo: AFP/Alberto Pizzoli)

Sur ce sujet
Une faute?

Le couple gouvernemental italien, formé de la Ligue (extrême droite) et du Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème), est en proie depuis des jours à de vives tensions, à un mois des élections européennes. La tension latente entre ces deux forces politiques très différentes entre elles, et qui ne sont liées que par un «contrat de gouvernement», a explosé au grand jour lorsqu'un secrétaire d'État, Armando Siri, proche de Matteo Salvini, le patron de la Ligue, a été accusé de corruption.

La justice italienne soupçonne M. Siri d'avoir empoché 30 000 euros, ou la promesse qu'il les obtiendrait, de la part d'un entrepreneur, Paolo Franco Arata, pour faire passer des amendements législatifs favorables aux affaires de ce dernier dans le secteur de l'énergie éolienne. Pour le M5S qui a fait de l'honnêteté son principal slogan et l'image de marque de ses élus, c'en est trop: les demandes de démission de M. Siri se sont multipliées, y compris de la part du chef du Mouvement, Luigi Di Maio, vice-Premier ministre. Mais M. Salvini, lui aussi vice-Premier ministre, n'en démord pas: jusqu'à preuve du contraire par la justice italienne, M. Siri est innocent, explique-t-il à longueurs d'interviews ou sur les réseaux sociaux. «Irresponsable», «incroyable légèreté», les accusations depuis volent bas.

«Entre la farce et le drame»

«Y a-t-il encore un gouvernement?», s'interrogeait récemment le quotidien La Stampa. «On ne peut plus aller de l'avant comme ça. On ne peut pas travailler dans un climat pareil, attaqué quotidiennement», aurait déclaré M. Salvini au chef du gouvernement Giuseppe Conte, selon La Stampa. Le gouvernement pourra vivoter jusqu'au 26 mai, date des élections européennes en Italie, mais «après, nous devrons prendre des décisions, la situation n'est plus tenable», a encore affirmé M. Salvini à son entourage, selon la même source.

«Dans des conditions normales, le gouvernement M5S-Ligue se serait désintégré déjà depuis longtemps», estime pour sa part La Repubblica. «L'exécutif Conte est déjà mort, mais il reste debout, un peu comme un zombie, dans l'attente des élections européennes», ajoute l'éditorialiste Stefano Folli, estimant l'Italie suspendue «entre la farce et le drame». Dans ce climat, chaque sujet devient prétexte pour un échange de remarques acerbes dans un contexte électoral où la Ligue cherche à confirmer son avance pour, éventuellement, s'imposer après les élections, tandis que le M5S se bat pour enrayer son déclin dans les sondages.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • climat entre pleurnichement et larmes le 29.04.2019 08:59 Report dénoncer ce commentaire

    une comédie qui ne fait pas rire, un drame qui ne fait que pleurer ... une farce qui n'en est pas une, mais triste réalité ...

Les derniers commentaires

  • climat entre pleurnichement et larmes le 29.04.2019 08:59 Report dénoncer ce commentaire

    une comédie qui ne fait pas rire, un drame qui ne fait que pleurer ... une farce qui n'en est pas une, mais triste réalité ...