Procès inédit en Belgique

21 janvier 2020 18:43; Act: 22.01.2020 14:55 Print

Le désarroi d'une famille face à un cas d'euthanasie

La mémoire de Tine, euthanasiée en 2010 en raison de ses souffrances psychiques, a été longuement évoquée mardi, aux assises de Gand, mettant trois médecins sur le banc des accusés.

storybild

Tine avait été euthanasiée en 2010 en raison de ses souffrances psychiques. (photo: AFP/John Moore)

Sur ce sujet
Une faute?

Assise face à la cour, visage fin derrière des lunettes, les mains crispées sur le tissu de son pantalon, Sophie a raconté la personnalité «borderline» de sa sœur Tine, sa tentative de suicide en 1997, ainsi que ses fréquents états dépressifs, mélancoliques.

Et puis la rupture avec celui supposé être «l'homme de sa vie» et finalement la décision de mourir prise à Noël 2009, à deux mois de ses 38 ans. Une nouvelle que Sophie apprend par un coup de téléphone de son autre sœur, Lotte, la cadette.

Une décision trop précipitée

Pour Sophie, c'est l'incompréhension. Elle nourrit alors l'espoir que les démarches administratives enclenchées par Tine butent sur le troisième avis médical nécessaire en cas d'euthanasie pour des souffrances psychiques.

Tine était «dans un tunnel» inaccessible une fois sa décision arrêtée, mais «nous étions convaincus qu'elle n'allait pas obtenir une troisième signature», affirme la sœur. La question des signatures et des avis médicaux censés être concordants est au cœur du procès. Les trois médecins sont accusés d'avoir pris une décision trop précipitée.

Exécution de l'acte

Sophie Nys, qui a déposé plainte en janvier 2011, déclenchant l'ouverture d'une enquête, reproche au médecin de famille, le dernier consulté, d'avoir donné hâtivement son feu vert après avoir changé d'avis. Ce dernier, Frank De Greef, a d'abord exprimé ses réticences sur la volonté exprimée par Tine et suggéré que les conditions n'étaient pas réunies pour l'euthanasie, selon l'accusation.

D'après Sophie, il aurait dû proposer un traitement quand un nouveau diagnostic d'autisme a été posé en février 2010. Mais la signature du docteur De Greef est venue s'ajouter à celle de la psychiatre de Tine, Godelieve Thienpont, ouvrant la voie à l'exécution de l'acte par le docteur Joris Van Hove, lui aussi généraliste.

«Ça a très mal tourné»

L'euthanasie par injection a eu lieu le 27 avril 2010 au domicile de Tine, en présence de ses proches, certains étant sollicités pour aider le médecin dans son geste. Formé depuis peu à la pratique de cet acte, le docteur Van Hove aurait fait preuve d'un certain «amateurisme», selon des témoignages versés au dossier. «Tine n'est pas morte de manière décente. C'était l'intention initiale, mais ça a très mal tourné», a assuré Sophie à la barre.

En Belgique, l'euthanasie active est autorisée depuis 2002 pour une pathologie «grave ou incurable» entraînant une souffrance physique ou psychique «constante, insupportable et inapaisable», dès lors que le patient en a fait la demande «répétée».

Depuis l'entrée en vigueur de la loi, c'est la première fois que des médecins sont jugés pour des présumés écarts par rapport au cadre légal. Accusés d'«empoisonnement», les trois médecins risquent la réclusion criminelle à perpétuité. Ils contestent les faits et assurent s'être conformés à la loi en répondant à une demande réfléchie et très volontaire. Le procès se poursuivait mardi, en fin d'après-midi, avec les témoignages d'autres proches de Tine. Il doit durer jusqu'à la fin janvier.

(sl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Antoine le 21.01.2020 19:34 Report dénoncer ce commentaire

    Stop à cette hypocrisie. Si une personne décide de ne plus souffrir et de mettre un terme à sa vie c'est son choix et ce n'est pas à la famille de le contester. De même pour le don d'organes si pas d'interdiction déposée à la mairie on prélève sans rien demander à personne.

  • A méditer le 21.01.2020 19:40 Report dénoncer ce commentaire

    Si elle en avait fait la demande, à quoi bon chercher des coupables aujourd'hui..

  • Mireille S le 22.01.2020 09:34 Report dénoncer ce commentaire

    L'entière responsabilité incombe à la famille qui n'a jamais fait preuve de la moindre compassion face à la souffrance et à au contraire tout fait pour l'entretenir.

Les derniers commentaires

  • cédégueulasse le 22.01.2020 10:38 Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve choquant l'euthanasie pour les personnes depressives. c'est juste avouer que nous sommes incapable de faire face à cette maladie. les raisons de ces dépressions viennent souvent de traumatismes dans l'enfance, mais il vaut mieux fermer les yeux, laisser courir les coupables et exécuter les victimes, leur silence est si pratique...je compatis avec la soeur.

  • Mireille S le 22.01.2020 09:34 Report dénoncer ce commentaire

    L'entière responsabilité incombe à la famille qui n'a jamais fait preuve de la moindre compassion face à la souffrance et à au contraire tout fait pour l'entretenir.

  • A méditer le 21.01.2020 19:40 Report dénoncer ce commentaire

    Si elle en avait fait la demande, à quoi bon chercher des coupables aujourd'hui..

  • Antoine le 21.01.2020 19:34 Report dénoncer ce commentaire

    Stop à cette hypocrisie. Si une personne décide de ne plus souffrir et de mettre un terme à sa vie c'est son choix et ce n'est pas à la famille de le contester. De même pour le don d'organes si pas d'interdiction déposée à la mairie on prélève sans rien demander à personne.