Covid au Royaume-Uni

22 janvier 2021 07:49; Act: 22.01.2021 12:36 Print

Le dur confinement des écoliers défavorisés

Pas d'ordinateur, d'Internet ou de pièce pour travailler au calme, les écoliers britanniques défavorisés font face à des inégalités à l'heure du confinement.

storybild

Le ministre de l’Éducation, Gavin Williamson, a dit «espérer» une réouverture des écoles d'ici à Pâques, en avril. (photo: AFP/oli Scarff)

Sur ce sujet
Une faute?

«À la maison, je dois partager l'ordinateur avec mon grand frère et ma sœur», explique la fillette de huit ans, scolarisée à Tower Hamlets, quartier le plus pauvre de Londres. «Et sans la maîtresse, je suis un peu perdue!».

Avec plus de 93 000 morts dus à la pandémie, le Royaume-Uni est de nouveau entré en confinement début janvier. Après s'y être longtemps refusées, les autorités ont fini par fermer les écoles. Le ministre de l’Éducation, Gavin Williamson, a dit «espérer» une réouverture d'ici à Pâques, en avril. Difficile pour toutes les familles, la situation l'est encore plus dans celles en grandes difficultés matérielles, pour qui l'école en ligne relève du défi.

Sur un téléphone portable

«Il y a des élèves qui essayent de travailler sur un téléphone portable, c'est très compliqué», raconte James Turner, directeur de l'association Sutton Trust, qui lutte pour la mobilité sociale par l'éducation.

«Certaines mamans se lèvent très tôt pour recopier à la main les documents sur lesquels vont travailler leurs enfants, car elles n'ont pas d'imprimante», renchérit Kate Anstey, cheffe de projet au sein du Child Poverty Action Group, qui se félicite cependant des coups de fils des enseignants qui «aident les enfants à s'accrocher». Selon l'association, 40% des familles à faible revenu manquent d'une ressource essentielle pour permettre à leurs enfants de travailler à la maison.

Des ordinateurs

Théoriquement, les élèves classés «vulnérables» peuvent cette fois, contrairement au printemps, continuer d'aller à l'école. C'est le cas de Kamaljit, qui avait dû passer le premier confinement chez elle, mais que ses parents ont finalement renvoyée à l'école il y a une semaine, en raison des difficultés.

Mais dans les faits, beaucoup refusent d'envoyer leur progéniture par peur qu'elle ramène le virus. Le gouvernement a promis au début du confinement de fournir un million d'ordinateurs aux familles défavorisées. Mais certaines associations luttant contre la pauvreté infantile reprochent au gouvernement de ne s'attaquer qu'à la partie émergée de l'iceberg.

«Le siège des toilettes comme bureau»

«C'est très loin d'être uniquement un problème d'ordinateurs», dénonce Laurence Guinness, directeur de Childhood Trust. «On suit des enfants qui vivent dans des logements surchargés - jusqu'à six personnes dans une pièce - sans espace pour travailler, qui n'ont pas de table, pas de chaise».

Il pense à «cette mère célibataire» dont l'enfant n'a d'autre solution que d'utiliser «le siège des toilettes comme bureau», à ces petits qui ne peuvent rester assis «plus de deux heures» à cause du froid car leur famille ne peut payer le chauffage ou à ceux qui n'ont qu'une seule ampoule dans tout l'appartement, car éclairer plusieurs pièces coûterait trop cher.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Eschois le 22.01.2021 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Les énormes inégalités sociales de l'UK vont s'empirer encore plus, je pense! Ils devaient rester dans l'UE pour autoriser les pauvres à émigrer vers le continent, car là c'est terminé pour eux!

  • Mal barrés le 23.01.2021 15:28 Report dénoncer ce commentaire

    Peu importe le problème, les enfants sont ou seront toujours les victimes, du passé, du présent et du futur. Et souvent, les adultes qu'ils deviendront dépendra du vécu et du ressenti de cette enfance.

  • leo le 22.01.2021 23:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est comme ça. La pandemie c'est un problème mondiale pas seulement des écoliers.

Les derniers commentaires

  • Mal barrés le 23.01.2021 15:28 Report dénoncer ce commentaire

    Peu importe le problème, les enfants sont ou seront toujours les victimes, du passé, du présent et du futur. Et souvent, les adultes qu'ils deviendront dépendra du vécu et du ressenti de cette enfance.

  • lapetitevoix le 23.01.2021 08:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ici au Luxembourg il y a aussi bcp de résidents qui ont eu cette amère expérience d avoir tout à gérer le temps d utilisation pour chaque enfant , manque de conexión etc . Aujourd’hui on dirait que la pandémie nous a poussé à l utilisation de technologie où pas toute la population a de moyens pour s offrir un ordinateur . Il y a une super association qui s appel Digital inclusion ou les gens puissent faire un don de leurs ordinateurs et après une bin entretien seront réutilisé pour les gens dans le besoin ...

  • leo le 22.01.2021 23:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est comme ça. La pandemie c'est un problème mondiale pas seulement des écoliers.

  • Tome le 22.01.2021 22:34 Report dénoncer ce commentaire

    Merci au gouvernement luxembourgeois d avoir compris en tout cas. De plus il n y a que très peu de contamination à l école. Moins qu au travail en tout cas ou dans les transports en commun.

  • Eschois le 22.01.2021 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Les énormes inégalités sociales de l'UK vont s'empirer encore plus, je pense! Ils devaient rester dans l'UE pour autoriser les pauvres à émigrer vers le continent, car là c'est terminé pour eux!