Polémique en cours

13 mai 2019 17:14; Act: 13.05.2019 17:41 Print

Le fichage de Monsanto concerne plusieurs pays

Monsanto a reconnu avoir très probablement effectué un fichage de personnalité en fonction de leur position vis-à-vis du glyphosate, dans plusieurs pays européens.

storybild

Monsanto, qui doit subir de nombreux procès à travers le monde, est cette fois au cœur d'une polémique d'un autre genre. (photo: AFP/Michael B. Thomas)

Sur ce sujet
Une faute?

Des fichiers de personnalités commandés par Monsanto tels que ceux révélés en France existent probablement dans d'autres pays européens. «Je pars clairement du principe que d'autres pays européens sont également concernés» et «il est très probable que de telles listes y existent», a indiqué Matthias Berninger, directeur en charge des affaires publiques. «Je n'ai pas d'informations certaines», mais le contrat entre Monsanto et l'agence de communication Fleishman Hillard, qui a établi ces fichiers, «s'étendait à toute l'Europe», a-t-il détaillé.

La justice française a ouvert une enquête sur des soupçons de fichage illégal pour le compte du géant américain Monsanto de centaines de personnalités et médias, concernant notamment leur position vis-à-vis du glyphosate, des OGM, ou leur propension à être influencés. Cette enquête fait suite à une plainte déposée par le quotidien Le Monde et un de ses journalistes, qui figurait dans les fichiers incriminés.

Les documents en question datent de 2016, soit avant le rachat par Bayer du géant américain des pesticides et des OGM, finalisé l'an dernier. Bayer a présenté dimanche ses excuses tout en estimant ne pas voir «pour le moment» d'éléments montrant que les listes établies pour le compte de Monsanto ont enfreint la loi. Cependant, «cette manière de travailler avec des journalistes, des politiques mais aussi des activistes, est inappropriée», a déclaré M. Berninger, ajoutant qu'une enquête interne était en cours.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lulu le 14.05.2019 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    Depuis 50 ans nous nous empoisonnons avec ces produits toxiques. Le profit n'est pas la seule valeur a rechercher, le bien être de notre terre est plus important. Bref, bannissons tout ce qui nous détruit et pensons à utiliser des dérivés avec une application raisonnée pour sauver ce qui est encore à sauver, c'est à dire nous !

  • Le sage le 14.05.2019 08:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive l'âge de pierre !

  • Fredo le 13.05.2019 18:59 Report dénoncer ce commentaire

    Rien de mieux contre les mauvaises herbe que le Roundup J'en ai tout un stock dans ma cave pour le restant de mes jours. Si nous n'avions pas ces entreprise nous serions toujours à l'âge de pierre.

Les derniers commentaires

  • lulu le 14.05.2019 09:12 Report dénoncer ce commentaire

    Depuis 50 ans nous nous empoisonnons avec ces produits toxiques. Le profit n'est pas la seule valeur a rechercher, le bien être de notre terre est plus important. Bref, bannissons tout ce qui nous détruit et pensons à utiliser des dérivés avec une application raisonnée pour sauver ce qui est encore à sauver, c'est à dire nous !

  • Le sage le 14.05.2019 08:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive l'âge de pierre !

  • Fredo le 13.05.2019 18:59 Report dénoncer ce commentaire

    Rien de mieux contre les mauvaises herbe que le Roundup J'en ai tout un stock dans ma cave pour le restant de mes jours. Si nous n'avions pas ces entreprise nous serions toujours à l'âge de pierre.