Tensions diplomatiques

15 février 2018 12:11; Act: 15.02.2018 13:56 Print

Le Kremlin nie avoir lancé une cyberattaque

Pointées du doigt par la Grande-Bretagne, les autorités russes ont démenti être à l'origine du piratage NotPetya en juin 2017. Des milliers d'entreprises avaient été atteintes.

storybild

Une attaque de grande ampleur était survenue en juin 2017. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Le Kremlin a démenti «catégoriquement» jeudi que Moscou ait été à l'origine de la cyberattaque NotPetya en juin 2017, démarrée en Ukraine et en Russie avant de se propager dans le reste du monde, comme l'en a accusé le Royaume-Uni. «Nous démentons catégoriquement de telles déclarations. Nous les jugeons dépourvues de preuves et infondées. Il ne s'agit de rien d'autre que de la continuation d'une campagne russophobe», a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le Royaume-Uni a accusé jeudi «le gouvernement russe, spécifiquement l'armée russe» d'être responsable de cette cyberattaque au rançongiciel (ransomware) qui avait contaminé des milliers d'ordinateurs en 2017. Elle avait notamment perturbé des multinationales et infrastructures critiques, comme les contrôles sur le site de l'accident nucléaire de Tchernobyl et les ports de Bombay et d'Amsterdam.

Parmi les entreprises touchées figuraient le pétrolier russe Rosneft, le transporteur maritime danois Maersk, le laboratoire pharmaceutique américain Merck, le spécialiste français des matériaux de construction Saint-Gobain ou le publicitaire britannique WPP. En Ukraine, pays le plus touché, les opérations des banques avaient été affectées et les autorités avaient évoqué une attaque sans précédent.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Filax le 15.02.2018 12:33 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage que ce n'étaient pas les Russes!

  • 20-100 le 15.02.2018 17:01 Report dénoncer ce commentaire

    Une cyberattaque?? Ce sont les russes évidemment... et Poutine est responsable de chaque action de chaque russe sur la terre... voire même les autres si ce sont des "autres" qui s'attaquent aux intérêts de l'occident et même si c'est une fausse attaque : c'est la faute à Poutine, puisqu'on vous le dit! Tous ceux qui prétendent le contraire sont des colporteurs de fake news et bientôt ils seront poursuivi pour anti-occidentalisme primaire et révisionnisme de l'histoire encore à écrire.

  • RamBo le 15.02.2018 19:56 Report dénoncer ce commentaire

    Une "cyberattaque" ne m'intéresse pas vu qu'elle se joue dans un monde complètement irréel. Occupons-nous plutôt des problèmes non-virtuels, ils sont assez nombreux.

Les derniers commentaires

  • RamBo le 15.02.2018 19:56 Report dénoncer ce commentaire

    Une "cyberattaque" ne m'intéresse pas vu qu'elle se joue dans un monde complètement irréel. Occupons-nous plutôt des problèmes non-virtuels, ils sont assez nombreux.

    • Préhistorique le 16.02.2018 12:36 Report dénoncer ce commentaire

      Le virtuel n'a pas d'impact sur le réel ? .

  • 20-100 le 15.02.2018 17:01 Report dénoncer ce commentaire

    Une cyberattaque?? Ce sont les russes évidemment... et Poutine est responsable de chaque action de chaque russe sur la terre... voire même les autres si ce sont des "autres" qui s'attaquent aux intérêts de l'occident et même si c'est une fausse attaque : c'est la faute à Poutine, puisqu'on vous le dit! Tous ceux qui prétendent le contraire sont des colporteurs de fake news et bientôt ils seront poursuivi pour anti-occidentalisme primaire et révisionnisme de l'histoire encore à écrire.

  • Filax le 15.02.2018 12:33 Report dénoncer ce commentaire

    Dommage que ce n'étaient pas les Russes!