Stations-services

19 août 2019 07:33; Act: 19.08.2019 11:30 Print

Le mouvement de grève a pris fin au Portugal

La grève qui a affecté le secteur pétrolier portugais la semaine dernière a pris fin dimanche soir, a annoncé un syndicat. Les négociations vont se poursuivre.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les chauffeurs de camions-citernes portugais dont la grève a entraîné des pénuries de carburant dans le pays depuis le début de la semaine, ont mis fin à leur mouvement dimanche soir, a annoncé un syndicat. «Étant donné que toutes les conditions sont désormais réunies pour négocier, nous avons décidé de mettre fin à la grève», a déclaré aux médias Pedro Pardal Henriques, porte-parole du Syndicat national des transporteurs de matières dangereuses (SNMMP).

«Une réunion est prévue mardi et il n'est pas exclu que de nouvelles grèves soient convoquées si l'ANTRAM (le syndicat des patrons du secteur) adopte une attitude intransigeante» lors des négociations, a précisé le président du SNMMP Francisco Sao Bento. Les chauffeurs de camions-citernes réclament des hausses de salaire pour les prochaines années et la reconnaissance d'un statut particulier en raison des risques auxquels ils sont exposés. Le syndicat indépendant des transporteurs de marchandises (SIMM), l'autre syndicat ayant appelé à cette grève, avait déjà décidé de l'arrêter vendredi pour entamer des négociations avec l'ANTRAM.

Cette grève a provoqué des pénuries, ce qui a obligé le gouvernement portugais à réquisitionner des chauffeurs pour faire respecter un service minimum de ravitaillement dès le premier jour du mouvement initié lundi. Le gouvernement a aussi fait appel à une partie des 500 policiers, gendarmes et militaires préalablement formés à conduire des camions-citernes, pour remplacer des grévistes et réapprovisionner en carburant aéroports, ports, services de secours, entreprises de transports en commun et stations-services. Outre les régions de Lisbonne et Porto, la région de l'Algarve, prisée des touristes, a également été très touchée avec de longues files d'attente aux stations-services.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.