Affaire de viol

20 mai 2019 16:02; Act: 20.05.2019 16:12 Print

Le parquet suédois veut la détention d'Assange

La justice suédoise a officiellement requis le placement en détention du fondateur de Wikileaks Julian Assange, accusé de viol dans le pays depuis 2010.

storybild

Julian Assange est actuellement en détention à Londres. (photo: AFP/Daniel Leal-Olivas)

Sur ce sujet
Une faute?

Le parquet suédois a déposé lundi une demande de placement en détention du fondateur de WikiLeaks Julian Assange, déjà emprisonné en Grande-Bretagne, en vue de l'émission d'un mandat d'arrêt européen à son encontre pour un viol présumé commis en Suède en 2010. Une semaine après la réouverture de l'enquête criminelle visant l'Australien, la procureure en charge de l'instruction Eva-Marie Persson a demandé au tribunal «le placement en détention d'Assange en son absence».

La demande a été déposée auprès du tribunal d'Uppsala. Eva-Marie Persson a précisé que si la demande de placement en détention était acceptée, elle émettrait un mandat d'arrêt européen. «J'ai écrit au tribunal pour leur signifier qu'ils ne peuvent pas procéder à l'audience avant que j'aie pu rencontrer mon client et reçu ses consignes. Depuis qu'il est incarcéré à Londres, je n'ai même pas encore réussi à établir un contact par téléphone», a déclaré Per Samuelson, avocat de Julian Assange.

La réouverture de l'enquête suédoise le 13 mai a relancé un feuilleton judiciaire qui dure depuis près d'une décennie, pendant laquelle Julian Assange et ses soutiens n'auront eu de cesse de dénoncer une manœuvre destinée à le faire extrader vers les États-Unis, pour y répondre des fuites de documents secrets américains. Après avoir passé presque sept ans reclus dans l'ambassade équatorienne de Londres, l'Australien de 47 ans a été interpellé le 11 avril. Il a été condamné à 50 semaines de prison pour avoir violé les conditions de sa liberté surveillée en se réfugiant dans cette ambassade en 2012.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Angelo51 le 20.05.2019 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Génial comme les grandes puissances utilisent des petits pays comme leur bras armés de la justice. Je pensais que cette accusation d’agression avait été abandonnée. Par contre beaucoup d’accusations similaires dans le même pays n’ont même pas été prises en considération au nom du politiquement correct vers les années 2015.

Les derniers commentaires

  • Angelo51 le 20.05.2019 18:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Génial comme les grandes puissances utilisent des petits pays comme leur bras armés de la justice. Je pensais que cette accusation d’agression avait été abandonnée. Par contre beaucoup d’accusations similaires dans le même pays n’ont même pas été prises en considération au nom du politiquement correct vers les années 2015.