Famille recluse aux Pays-Bas

21 janvier 2020 17:41; Act: 21.01.2020 17:48 Print

Le père voulait chasser les «mauvais esprits»

L'homme de 67 ans qui a retenu prisonniers ses six enfants durant plus de dix ans, aux Pays-Bas, voulait les préserver de «l'impureté» du monde extérieur.

storybild

La ferme dans laquelle la famille vivait recluse, en sous-sol. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le père de famille dont les enfants avaient été découverts en octobre, reclus dans une ferme isolée des Pays-Bas, les battait et les maltraitait pour chasser les «mauvais esprits» et voulait les préserver de «l'impureté» du monde extérieur, a déclaré mardi, le parquet, devant un tribunal néerlandais.

Une première audience dans cette affaire se tenait mardi, devant le tribunal d'Assen (nord), en attendant l'ouverture du procès au fond contre les deux suspects, dont le père des six enfants qui sont aujourd'hui tous adultes.

Suspendu par les mains et les pieds

La famille avait été découverte par la police dans une petite pièce fermée à l'intérieur d'une ferme isolée à Ruinerwold, un village de la province de Drenthe. Beaucoup de questions subsistent autour de cette étrange affaire qui s'est déroulée dans une localité où personne ne semblait connaître les occupants de la ferme ni même avoir été au courant de leur présence.

Un des enfants a été suspendu par les mains et les pieds, battu à coups de pied et enfermé dans un petit espace, tandis qu'un autre a été contraint de passer un été enfermé dans une niche pour chien, selon le parquet.

Détention prolongée

Le père, identifié par les médias comme Gerrit Jan van D., 67 ans, a «séparé les plus jeunes enfants du monde extérieur dès la naissance. Personne ne connaissait leur existence. Ils n'étaient pas non plus inscrits à l'état civil et n'existaient donc pas réellement», a poursuivi le ministère public.

Le père de famille était absent à l'audience mardi. Victime d'une hémorragie cérébrale en 2016, il ne peut pas parler et est partiellement paralysé, ont rapporté les médias néerlandais. Le tribunal d'Assen a décidé qu'il devait être soumis à un examen neurologique, selon les médias. Le tribunal a prolongé la détention des deux suspects pour trois mois supplémentaires.

«Serrure figurative sur la porte»

Gerrit Jan van D. a été arrêté à la mi-octobre, quelques jours après que la police l'a découvert avec cinq de ses enfants reclus dans la ferme. Son sixième enfant qui vivait à la ferme, un fils âgé d'environ 25 ans, s'était rendu dans un bar du village dans un état «confus» et avait alerté les autorités. Ancien membre d'une secte, il est accusé par le parquet d'avoir privé les enfants de leur liberté, de les avoir «frappés, de leur avoir donné des coups de pied et de les avoir privés de manger et de boire».

Cette maltraitance représentait pour les enfants une «serrure figurative sur la porte», estime l'accusation. «Aucune serrure matérielle n'est requise comme preuve de privation illégale de liberté ou de prise d'otages», a-t-elle ajouté.

L'homme est également soupçonné d'avoir agressé sexuellement deux de ses trois enfants les plus âgés qui ont quitté le domicile familial et n'ont pas vécu dans la bâtisse de Ruinerwold. Il est par ailleurs soupçonné de blanchiment d'argent.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Grand Maître le 21.01.2020 20:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout les bâtiments retirés ou isolés devraient pouvoir être contrôlés par un service de POLICE au moins une fois tout les ans sur demande d'un commissaire ou shérif ou maire etc...et pour tout propriétaire en cas de doute ou d'inactivité sur propriété.

  • Knipchen le 21.01.2020 21:49 Report dénoncer ce commentaire

    Le moins que l’on puisse dire est que les ‘gens du coin’ ne sont pas d’un naturel curieux, un peu comme les voisins des camps, dont on fête la libération, qui ignoraient tout de ce qui s’y passait.

  • Henck le 22.01.2020 10:38 Report dénoncer ce commentaire

    Quid des végan qui nourrissent leur enfants selon leurs idées préconçues de ce que doit être la nourriture etc etc il y a pas mal de gens qui on se sont infligés eux même des lavement de cerveaux et qui sont des dangers pour eux et les autres

Les derniers commentaires

  • Henck le 22.01.2020 10:38 Report dénoncer ce commentaire

    Quid des végan qui nourrissent leur enfants selon leurs idées préconçues de ce que doit être la nourriture etc etc il y a pas mal de gens qui on se sont infligés eux même des lavement de cerveaux et qui sont des dangers pour eux et les autres

  • citoyen le 22.01.2020 01:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est plutôt ce père qui est un mauvais esprit et représente aussi la vraie impureté extérieure il faut être sans pitié avec ces gens car ces enfants ne vont plus jamais se remettre de ce qu'ils ont vécu à cause de cet homme

    • Henck le 22.01.2020 10:39 Report dénoncer ce commentaire

      Il est clair que ses enfants vont être placés

  • Knipchen le 21.01.2020 21:49 Report dénoncer ce commentaire

    Le moins que l’on puisse dire est que les ‘gens du coin’ ne sont pas d’un naturel curieux, un peu comme les voisins des camps, dont on fête la libération, qui ignoraient tout de ce qui s’y passait.

  • Grand Maître le 21.01.2020 20:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout les bâtiments retirés ou isolés devraient pouvoir être contrôlés par un service de POLICE au moins une fois tout les ans sur demande d'un commissaire ou shérif ou maire etc...et pour tout propriétaire en cas de doute ou d'inactivité sur propriété.

    • Méfiant le 22.01.2020 10:28 Report dénoncer ce commentaire

      Complètement d'accord. Je suis persuadé que dans des coins isolés, il se passent de "drôles" de choses.