Au Royaume-Uni

19 février 2020 19:09; Act: 20.02.2020 11:29 Print

Le système d'immigration post-​​Brexit inquiète

Le Brexit terminé, les conditions d'obtention d'emploi vont être plus strictes pour la main-d'œuvre étrangère, suscitant le désarroi au sein de certains secteurs professionnels.

storybild

Les métiers de la santé emploient une forte quantité de travailleurs immigrés. (photo: Archives/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Le gouvernement conservateur britannique a dévoilé mercredi son nouveau système d'immigration à points post Brexit. Ce projet a été immédiatement fustigé par l'opposition et certains professionnels qui y voient un danger pour le secteur de la santé ou l'industrie alimentaire.

Pour obtenir un visa de travail à partir de l'an prochain, une fois terminée la période de transition du Brexit, il faudra présenter des compétences spécifiques, parler anglais et avoir déjà une proposition d'emploi avec un salaire minimum annuel de 25 600 livres (30 645 euros), excluant ainsi les travailleurs peu qualifiés ou peu rémunérés.

La ministre de l'Intérieur, Priti Patel, a qualifié ces réformes de «fermes et justes», déclarant qu'elles faciliteraient l'obtention de visas pour les travailleurs hautement qualifiés.

Système à points

«Notre économie ne doit plus dépendre d'une main-d’œuvre bon marché en provenance d'Europe, mais se concentrer plutôt sur l'investissement dans la technologie et l'automatisation», a-t-elle déclaré dans le document détaillant les mesures, demandant aux employeurs de «s'adapter».

Le plan du gouvernement exige que chaque travailleur étranger accumule 70 points pour pouvoir obtenir un permis de travail. Il octroie un maximum de 20 points aux candidats qui gagnent au moins 25 600 livres par an et aucun point à ceux qui obtiendront le minimum requis de 20 450 livres. Vingt points iront à ceux qui feront preuve de «compétences appropriées» et vingt de plus à ceux qui parlent l'anglais à un «niveau requis». Il met sur le même plan les citoyens européens et non-européens.

«Désastre absolu»

Ces exigences ont suscité de fortes inquiétudes au sein des secteurs professionnels qui reposent sur des travailleurs peu qualifiés ou peu rémunérés. Une responsable du principal syndicat du secteur public, Christina McAnea, a estimé que ces mesures «vont provoquer un désastre absolu dans le secteur de la santé».

«Les entreprises et les autorités locales ne réussissent pas à embaucher assez de personnel au sein du Royaume-Uni, donc elles doivent se reposer sur des travailleurs venus d'ailleurs», a-t-elle expliqué. «Mais même avec ces travailleurs immigrés, il n'y a pas assez de monde pour répondre à la demande».

La Fédération de l'alimentation et des boissons s'est montrée inquiète d'une éventuelle pénurie au sein de métiers peu qualifiés comme «les assistants en boulangerie, les employés d'abattoir et tous ceux essentiels à toute une gamme de production de denrées alimentaires de base».

La présidente du Syndicat national des agriculteurs, Minette Batters, a prédit de «graves conséquences pour le secteur agricole» où l'automatisation «n'est pas encore une option viable».

Trop d'exceptions

L'opposition a dénoncé les mesures. «Ce système basé sur un niveau de salaire aura tellement d'exceptions, pour le NHS (NDLR: le service de santé), les services sociaux et de nombreux secteurs du privé qu'il perdra son sens», a relevé Diane Abbott, chargée de l'Intérieur au Parti travailliste.

Ces mesures doivent entrer en vigueur au 1er janvier 2021, à l'issue de la période de transition qui a débuté après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le 31 janvier. Mais selon le petit parti europhile libéral-démocrate, dix mois ne suffiront pas aux entreprises pour se préparer, risquant de provoquer «le chaos et la confusion».

Démographie en berne

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a dénoncé des mesures «dévastatrices» pour l'économie écossaise. «Notre démographie (en berne) fait que nous devons continuer d'attirer du monde ici», a-t-elle twitté, «et ça rend cela tellement plus difficile».

Le ministère estime, lui, se conformer au «message clair» envoyé par le peuple britannique lors du référendum de 2016 qui a voté la sortie de l'Union européenne. Le contrôle de l'immigration avait été l'un des grands thèmes de campagne. Ces mesures ne concernent pas les quelque 3,2 millions de ressortissants de l'UE qui auront demandé à résider en Grande-Bretagne, avant la fin de la transition.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • I.F. le 19.02.2020 19:29 Report dénoncer ce commentaire

    C'est normal, ils peuvent utiliser tous les paramêtres économiques maintenant.

  • bonsens le 20.02.2020 02:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ca se fait partout en fait sauf en UE où tous les sous diplômés peuvent venir et les sur-diplômés s’en vont ailleurs pour être payés à hauteur de leurs capacités

  • Comme les Autres le 20.02.2020 08:12 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi inquiète-t-il? Tous les pays souverains de ce monde ont des règles pour l'immigration

Les derniers commentaires

  • Angelo51 le 20.02.2020 20:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au moins le Luxembourg est certain de pouvoir fidéliser ses frontaliers à prix d’or. Le salaire annuel que le RU a fixé pour les étrangers qualifiés est inférieur au smic des non-qualifiés au Luxembourg qui adore payer trop pour pas grand-chose. Quant à la connaissance de l’anglais de nos chers frontaliers elle est lamentable.

  • Comme les Autres le 20.02.2020 08:12 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi inquiète-t-il? Tous les pays souverains de ce monde ont des règles pour l'immigration

  • Ben-J le 20.02.2020 07:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est comme si Bouygues n’avait pas pu se servir de la main d’œuvre du Maghreb dans les 60-70s, vous imaginez?

  • bonsens le 20.02.2020 02:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ca se fait partout en fait sauf en UE où tous les sous diplômés peuvent venir et les sur-diplômés s’en vont ailleurs pour être payés à hauteur de leurs capacités

  • Oufouf le 19.02.2020 23:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les anglais sont pragmatiques. A terme ça ira mieux que l'Europe

    • Antoine le 20.02.2020 19:42 Report dénoncer ce commentaire

      @ Oufouf: Les Anglais ont un énorme avantage c'est d'être privilégié des USA et bien entendu d'avoir le marché Australien et du Commonwealth mais c'est pas gagné pour autant pour eux. Si nous n'avions pas eu l'Europe une grande majorité de nos nation seraient en faillite complète.

    • Le flic de Schengen le 21.02.2020 09:05 Report dénoncer ce commentaire

      @Oufouf s'ils étaient si pragmatiques ils n'auraient jamais quitté l'UE (=la plus grande zone de libre échange au monde).