Royaume-Uni

03 janvier 2020 14:40; Act: 03.01.2020 15:05 Print

«Le véganisme est une croyance philosophique»

Un juge britannique estime que les végans éthiques, opposés à toute exploitation animale, devraient être protégés contre les discriminations.

storybild

Toute insulte envers des végans pourrait être perçue de la même manière qu'une insulte raciste ou sexiste et peut être discriminatoire. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice britannique du travail a jugé vendredi que le véganisme éthique constituait une «croyance philosophique» protégée par la législation contre les discriminations, dans le cadre d'une affaire sur un licenciement contesté. «Je suis totalement convaincu que le véganisme éthique constitue une croyance philosophique», a déclaré le juge Robin Postle, du tribunal prudhommal de Norwich (est de l'Angleterre).

Un végan éthique ne consomme aucun aliment d'origine animale et refuse aussi toute exploitation animale (port de cuir, de laine ou utilisation de cosmétiques testés sur des animaux). La loi de 2010 sur l'égalité définit la «croyance philosophique» comme une croyance authentique, et «non une opinion ou un point de vue basé sur l'état actuel des informations disponibles». Elle doit aussi être compatible avec la dignité humaine et ne pas entrer en conflit avec les droits fondamentaux d'autrui.

«C'est un jugement très important»

Le juge a également estimé que Jordi Casamitjana, un résident londonien de 55 ans jugeant avoir été licencié pour ses convictions véganes, adhère à cette croyance. Ce jugement «contribuera à encourager le véganisme parce que les végans qui pourraient avoir peur de parler de leur croyance, qui pourraient ne pas se sentir bienvenus, se sentiront désormais valorisés», a réagi Jordi Casamitjana devant la presse. Cela aura «un effet domino», selon lui: avec plus de végans, cela aidera «plus d'animaux, l'environnement, la santé».

«C'est un jugement très important. Il reconnaît pour la première fois que le véganisme éthique (...) peut être protégé contre la discrimination», a commenté son avocat, Peter Daly. Toute insulte envers des végans éthiques «pourrait être perçue comme du harcèlement de la même manière qu'une insulte raciste ou sexiste peut être discriminatoire».

Le tribunal devra désormais déterminer si Jordi Casamitjana a été ou non discriminé par son ancien employeur en raison de sa croyance. Ce dernier affirme avoir a été congédié par l'association «League Against Cruel Sports» - qui lutte en particulier pour l'interdiction de «sports cruels» faisant intervenir des bêtes après s'être inquiété du fait que le fonds de retraite des salariés investissait dans des entreprises pratiquant des tests sur les animaux. L'association assure que son ex-salarié a été licencié pour faute grave.

Selon un sondage Ipsos Mori commandé par The Vegan Society, il y avait en 2019 près de 600 000 végans au Royaume-Uni.

(L'essentiel/afp)