Santé!

08 juin 2020 13:35; Act: 08.06.2020 14:55 Print

Les Belges trinquent à nouveau dans les cafés

La Belgique a rouvert ce lundi matin ses bars, cafés et restaurants. À Bruxelles, les clients étaient heureux de retrouver leurs petites habitudes.

storybild

Les Belges sont de retour au restaurant! (photo: AFP/Kenzo Tribouillard)

Sur ce sujet
Une faute?

Le serveur, amusé: «Pas de bière à cette heure-ci». Il est 9h30. Le client se rabat, sans résistance, sur «un thé vert». Après trois mois d'arrêt forcé pour cause de coronavirus, la vie a repris lundi dans les bars et restaurants de Belgique. Dans la commune populaire bruxelloise de Saint-Gilles, la Brasserie de l'Union, une institution locale, a été prise d'assaut dès le matin. Une cinquantaine de personnes: des couples, des vieux potes, des personnes âgées, des travailleurs affairés derrière leur Mac... En attendant l'heure de la bière - 11 heures - c'est café-spéculoos pour tout le monde.

L'estaminet, qui possède une bière brassée spécialement à son nom, réalise 60% de son chiffre d'affaires grâce au précieux breuvage belge. À l'intérieur, tables en bois, chaises dépareillées, comptoir en fer blanc, déco de bric et de broc. Dehors, une vingtaine de tables sont étalées sur l'esplanade. Soigneusement espacées. Et désinfectées après chaque passage. «J'avais un peu peur de l'ouverture. Je ne suis pas un "gastro", mais je travaille sur l'ambiance, la convivialité. J'avais peur qu'on perde ça. Résultat: on a été envahis», se réjouit le patron, Bart Lemmens, 58 ans.

«Salut patron! On a le droit de s'embrasser?»

Voilà 25 ans qu'il possède l'établissement, géré en bon père de famille et qui n'a, dit-il, pas risqué la faillite à cause du confinement. Mais les effectifs ont été divisés par deux, de 13 à 6. Sa crainte était surtout de «devoir jouer les flics» pour que les clients respectent les distances de sécurité et les fameux «gestes barrières». «Mais ils ont été cool», ajoute-t-il, avec son accent flamand. «Avec des gens qu'ils connaissent ils font attention. Tout s'est bien passé».

Tintement de vaisselle et éclats de rire dans les bruits de vapeur de la machine à café: L'Union reprend vie comme s'il avait fermé la veille. «Salut patron! On a le droit de s'embrasser?» lance un client au maître des lieux. Une hésitation, un sourire, puis une bise, une seule, à la belge: «On vit dangereusement!».

Autre lieu, autre ambiance dans le quartier européen, où les établissements accueillent surtout les expatriés des environs: fonctionnaires, journalistes, lobbyistes, qui composent la «bulle» bruxelloise. Les restaurants, qui vivent surtout à l'heure du déjeuner, respirent. Mais s'adaptent, à l'instar de la Casa Italiana, resto familial, qui a équipé ses tables de panneaux en plexiglas léger pour isoler les clients. Dans une zone commerçante du quartier, le patron du Petit Paris est lui affairé comme jamais. Pas le temps de parler: «Je suis seul à faire le service!» peste-t-il, en bras de chemise, derrière son masque.

«Le social m'a manqué»

Jacques, 66 ans, l'observe, heureux de «revoir des gens». «Le social m'a manqué», dit cet homme venu de Hoeilaert, dans la banlieue flamande de Bruxelles. Dans ce pays de 11,5 millions d'habitants, le virus a fait près de 10 000 morts, une mortalité parmi les plus élevées au monde, rapportée à la population totale. Tous les cafés, bars et restaurants avaient dû fermer le 13 mars à minuit. Et malgré le feu vert au redémarrage, tous ne rouvrent pas pour autant. Certains ont été pris de court par l'annonce du gouvernement mercredi dernier. D'autres ont déjà fait évoluer leur activité pour éviter la faillite.

C'est le cas du Voltaire, établissement d'Ixelles qui a licencié son personnel de salle et ne rouvrira pas à court terme: il devient une épicerie de luxe, confie l'une des employées remerciée. Pour venir en aide au secteur, le gouvernement belge a annoncé vendredi une réduction de la TVA à 6% jusqu'à à la fin de l'année, à l'exception des boissons alcoolisées. Les employeurs sont également incités à octroyer à leurs employés un «chèque consommation» de 300 euros visant à relancer l'activité des secteurs les plus touchés. Dont la restauration.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • AnonymousCR le 08.06.2020 16:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À la vôtre mes amis belges

  • Bréisseler Infirmier le 08.06.2020 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    On a transformé les services covid 19 en services coma éthylique dans les hôpitaux. Des frites et de la mayo sont mis à disposition des visiteurs à l'entrée de l'hôpital

  • Van der wallen le 09.06.2020 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    Très très bien... Des escargots au corona virus...

Les derniers commentaires

  • Van der wallen le 09.06.2020 12:09 Report dénoncer ce commentaire

    Très très bien... Des escargots au corona virus...

  • Dede le 09.06.2020 06:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont entièrement raison de reprendre une vie sociale normale. Pour les épidémiologistes le virus est parti alors autant profiter en restant prudent avant la deuxième vague cet automne. SANTÉ amis Belges

  • bonsens le 08.06.2020 17:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça pour trinquer ils sont forts les belges

    • Les derniers commentaires le 08.06.2020 17:41 Report dénoncer ce commentaire

      Y a pas que pour cela...

  • AnonymousCR le 08.06.2020 16:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    À la vôtre mes amis belges

    • Anne le 08.06.2020 17:56 Report dénoncer ce commentaire

      A la vôtre à tous! A nos familles, nos amis, nos connaissances. A ceux qui nous ont manqué pendant ces mois d'assignation à résidence. Que ceux qui nous ont quitté reposent en paix......A la santé de la vie et de la liberté......en espérant que cette liberté retrouvée reste celle que nous avons connu et qui nous est si chère.....Nos parents, grands-parents, arrières grands-parents se sont assez battus pour que nous vivions libres et en paix.

  • Bréisseler Infirmier le 08.06.2020 15:43 Report dénoncer ce commentaire

    On a transformé les services covid 19 en services coma éthylique dans les hôpitaux. Des frites et de la mayo sont mis à disposition des visiteurs à l'entrée de l'hôpital